Unicef Logo and the text: Children Under Threat. The State of The World's Children 2005.

photo
©UNICEF/HQ04-0167
Roger LeMoyne



Le VIH/SIDA prive les enfants de leurs droits. Dans un ménage touché par le SIDA, la consommation d’aliments peut diminuer de 40 %, les enfants courant alors un plus grand risque de malnutrition et d’arrêt prématuré du développement statural. Au Cambodge, une étude récente réalisée conjointement par l’Alliance des ONG khmères contre le VIH/SIDA et Family Health International a constaté que, dans les familles touchées par le SIDA, environ un enfant sur cinq avait été contraint de prendre un travail au cours des six mois précédents pour subvenir aux besoins de sa famille. Un sur trois devait dispenser des soins et se charger des principales tâches domestiques. Beaucoup de ces enfants avaient dû abandonner leurs études ou aller vivre ailleurs. Ces expériences ont exposé ces enfants à une forte réprobation sociale et provoqué chez eux un niveau élevé de stress psychosocial, les filles étant plus vulnérables que les garçons.

Les familles sont touchées bien avant qu’un parent ne meure, car dès le moment où les adultes tombent malades, il se peut qu’ils soient incapables de travailler. Une étude menée dans l’est du Zimbabwe a conclu qu’une maladie incurable occasionnait des pertes importantes de revenu et de capital. Les revenus, souvent maigres, sont souvent mis à mal par l’augmentation des dépenses de santé et, finalement, par le coût des funérailles. Dans la même étude, ces dépenses représentaient environ la moitié du revenu moyen par habitant.

Ces pressions financières contraignent beaucoup d’enfants dont la famille est touchée par le VIH/SIDA, en particulier les filles, à abandonner leurs études pour travailler ou s’occuper de leur famille, et ces enfants courent un risque accru de se livrer à un travail dangereux et d’être exploités de quelque autre manière. Les enfants qui travaillent pour subvenir aux besoins de leur famille le font aux dépens non seulement de leur éducation, mais aussi de leur repos, de leurs jeux et de leurs loisirs. Ils se privent de l’occasion de participer à la vie de leur communauté, de pratiquer leur religion et de prendre part à des activités culturelles et sportives. La perte de ces droits signifie qu’en fait, un grand nombre d’enfants rendus orphelins ou vulnérables par le VIH/SIDA ne profitent pas de leur enfance.


Also in this section
Interview
Picture

Story
Picture


Story
Picture

Story
Picture




L’action que mène l’UNICEF contre le VIH/SIDA [Web]

Facing the Future Together: Report of the Secretary-General's Task Force on Women, Girls and HIV/AIDS in Southern Africa [PDF, English only]

Les générations orphelines d’Afrique [PDF]

Les enfants au bord du gouffre 2004 : Rapport commun sur les nouvelles estimations du nombre d'orphelins et cadre d'action [PDF]

Combattre le VIH/SIDA - Stratégies pour gagner : 2002-2005 [PDF]


“Dans le monde actuel, les enfants … doivent être reconnus… parce que ce sont eux qui dirigeront ce même monde à l’avenir.”
Une fille de 19 ans, Nigéria

Connectez-vous à  www.unicef.org/voy/french

Nombre d’enfants qui sont devenus orphelins à cause du SIDA dans le monde : 15 millions; nombre d’enfants vivant en Allemagne : 15,2 millions. Nombre d’enfants au Royaume-Uni : 13,2 millions.
0
© UNICEF 2004