La situation des enfants dans le monde 2003
Accueil Table des matières Articles Tablas Cartes Presse Pourles enfants
Faire participer les enfants

Confier aux jeunes un rôle constructif est essentiel pour leur développement – et pour la paix dans le monde, déclare l’UNICEF

Mexico, le 11 décembre 2002 – L’UNICEF a affirmé aujourd’hui que des dizaines de millions d’enfants du monde entier se sentent très éloignés des institutions politiques et n’ont guère confiance dans leur gouvernement. Il a demandé qu’on les écoute davantage et qu’on leur permette de participer aux décisions qui les concernent.

« Dans un monde meurtri par les conflits et divisé par la pauvreté, il est absolument essentiel qu’on s’occupe des enfants, qu’on les écoute, qu’on leur donne un rôle à jouer pour améliorer leur avenir, a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy. En permettant aux enfants et adolescents de prendre part de façon constructive à la vie de leur communauté ou de leur nation on encourage leur optimisme naturel et on les prépare à jouer un rôle positif une fois qu’ils seront adultes. »

Lors du lancement du rapport annuel sur La Situation des enfants dans le monde 2003, fleuron des publications de l’UNICEF, Mme Bellamy a expliqué que des enquêtes menées sur quatre continents ces trois dernières années auprès d’un échantillon de 40 000 enfants permettent de conclure que des millions de jeunes doutent que le fait de voter puisse améliorer leur vie. Et ils ne pensent pas que les dirigeants politiques soient un modèle à suivre.

« Les enfants nous ont montré ainsi quelque chose d’important et qui est très révélateur des valeurs qu’on leur enseigne, a dit Mme Bellamy. Notre première réaction doit être tout simplement d’écouter ce qu’ils ont à nous dire, parce que ce qu’ils nous disent, en réalité, c’est que nous ne les écoutons pas assez. Notre deuxième réaction doit consister à faire participer les enfants et adolescents, à leur faire jouer un rôle positif dans la solution des problèmes qui les concernent et à tirer profit de leur perspicacité et de leur désir d’aider à faire bouger les choses. »

Mme Bellamy a affirmé que ces récents sondages, ainsi que les bons résultats obtenus par l’UNICEF lorsqu’il a fait participer les enfants à ses programmes, ont conduit l’organisation à consacrer à cette question le rapport de cette année. La Situation des enfants dans le monde 2003 examine donc en profondeur la participation des enfants, un domaine laissé en grande partie inexploré jusqu’à présent. Plus précisément, le rapport examine dans quelle mesure on laisse les enfants et les jeunes participer de façon constructive à la solution des problèmes qui les concernent. Le rapport affirme que la participation des enfants est essentielle si on veut les préparer aux responsabilités qu’ils devront assumer en tant qu’adultes et si l’on souhaite une société plus unie.

« Nous constatons que la participation et le fait de s’intéresser dès leur plus jeune âge aux questions qui les concernent, loin de promouvoir l’anarchie ou l’irrespect envers l’autorité ou de saper l’autorité parentale, produisent une génération de jeunes qui sont plus respectueux et s’intéressent davantage à leurs droits et aux droits d’autrui », note le rapport.

Exclure les enfants présente de sérieux inconvénients, fait valoir le rapport. Lorsqu’on les maintient à l’écart du processus décisionnel et qu’on ne leur donne pas suffisamment l’occasion de participer à la solution des problèmes qui les concernent directement au cours de leur croissance, on les empêche d’acquérir des aptitudes capitales, notamment la capacité de s’exprimer, de régler des différends, de faire des choix de vie responsables, d’ouvrir un dialogue positif ou de se sentir responsables d’eux-mêmes, de leur famille et de leur communauté.

Ce que les enfants nous apportent

Au-delà des avantages à long terme pour les enfants eux-mêmes et pour les sociétés qu’ils seront appelés à diriger, La situation des enfants dans le monde 2003 fait valoir que si l’on donne aux enfants les moyens qui leur permettront de prendre part aux décisions et aux actions des adultes, ces décisions et actions seront fréquemment plus positives, plus créatives, plus énergiques et plus fructueuses.

« Les enfants et les adolescents ont prouvé que lorsqu’ils sont associés à l’activité du monde qui les entoure, ils font bouger les choses. Ils ont des idées, une expérience et des intuitions qui enrichissent la compréhension des adultes et apportent une contribution positive aux actions de ces derniers », note le rapport.

Il présente plusieurs exemples de situations où l’on a écouté les enfants et où on leur a donné la possibilité d’agir et d’apporter des changements positifs dans leur communauté :

« Je pense que la société a tout à gagner à la participation des enfants et adolescents, a dit Mme Bellamy, parce que les enfants et les jeunes abordent les problèmes avec énergie et sous un angle nouveau. Leurs solutions ne sont pas toujours réalisables, mais ils ne se laissent pas facilement décourager. Grâce à eux, on s’aperçoit qu’il existe d’autres possibilités, des idées nouvelles surgissent et les chances de succès augmentent. »

Atteindre les objectifs du Millénaire

Mme Bellamy a fait valoir que sur les huit grands objectifs adoptés par les nations du monde en 2000 et connus sous le nom d’Objectifs de développement pour le Millénaire, six concernent l’enfance et exigent que l’on investisse de manière soutenue pour le bien-être des enfants. Ecouter les enfants, se mettre à leur place, les associer aux efforts à accomplir, tout cela est essentiel pour réaliser ces objectifs. La plupart de ces objectifs doivent être atteints en 2015 ou avant. Mais l’un d’entre eux, celui qui concerne l’amélioration des perspectives d’éducation pour les filles, doit être atteint d’ici à 2005.

Le rapport de l’UNICEF affirme que les dirigeants de la communauté internationale doivent faire appel à la jeunesse et reconnaître qu’elle représente une ressource d’une importance capitale. Il exhorte les gouvernements à commencer à enseigner les valeurs démocratiques aux enfants dès la petite enfance en améliorant l’accès des enfants à l’éducation et en encourageant leur participation à la vie civile et au gouvernement.

« Si nous ne favorisons pas la participation des enfants dès leur plus jeune âge, a dit Mme Bellamy, nous allons manquer l’occasion d’enraciner la démocratie dans le monde et de protéger la dignité humaine. Et dans ce cas, les jeunes risquent de se sentir exclus et impuissants et cela peut avoir de dramatiques conséquences. »

Le rapport de l’UNICEF fait remarquer que 150 millions d’enfants continuent à souffrir de malnutrition, que 120 millions d’enfants en âge d’aller à l’école (dont une majorité de filles) ne sont pas scolarisés et que, tous les jours, 6 000 enfants et adolescents sont infectés par le VIH. Le rapport estime que pour résoudre ces problèmes, il faut faire participer les enfants et les adolescents et les inclure dans les processus décisionnels et les campagnes de prévention contre le VIH/SIDA.

« Il ne faudrait pas croire que le fait d’écouter les opinions des enfants revient tout simplement à les approuver », note le rapport. « L’idée est plutôt de les amener à prendre part à un dialogue et à un échange qui leur enseignent comment influencer de façon constructive le monde qui les entoure, L’échange social que suppose la participation encourage les enfants à assumer des responsabilités croissantes en tant que citoyen actifs, tolérants et démocratiques en devenir ».


Lancement du rapport à Mexico

Mme Bellamy a procédé aujourd’hui à Mexico au lancement de La situation des enfants dans le monde 2003. C’est aussi à Mexico qu’elle a pris part à un dialogue entre générations qui a réuni de jeunes Mexicains et des dirigeants du pays, y compris le président Vicente Fox.

Pour Mme Bellamy, il était logique de procéder au lancement du rapport dans un pays d’Amérique latine, car on a accompli des efforts remarquables dans cette région pour reconnaître et appliquer les droits de l’enfant, y compris le droit d’être consulté sur toutes les questions qui le concernent.

« L’Amérique latine a fait preuve de remarquables capacités d’initiatives dans ce domaine, a expliqué Mme Bellamy. Je suis particulièrement reconnaissante au Président Fox de s’être engagé en faveur des droits de l’enfant et d’avoir montré à la nation qu’il est important et utile d’écouter les enfants et de les faire participer à la création d’un avenir meilleur. »

Lancement européen à Bruxelles

Le rapport a été lancé aujourd’hui à l’occasion du 50e anniversaire du Comité belge pour l’UNICEF.

Le Directeur général adjoint de l’UNICEF Kul Gautam a animé un débat sur la participation des enfants avec l’aide de jeunes venus du Bénin, du Congo, de l’Italie, de la Namibie, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la Slovénie et de jeunes Belges. Les enfants ont présenté leurs points de vue et leurs idées lors de cette rencontre appelée « Les enfants, acteurs de changement ». Vanessa Redgrave, Représentante spéciale de l’UNICEF pour les arts du spectacle et d’éminentes personnalités politiques belges et du Parlement européen ont assisté à l’événement.

* * *

Les médias audiovisuels peuvent commander les images vidéo accompagnant le rapport sur le site : http://www.unicef.org/broadcast/brolls/sowc2003/index.html

Pour toute information supplémentaire ou pour interviewer des spécialistes de l’UNICEF, veuillez vous adresser à :

Alfred Ironside, UNICEF Media
New York & Mexico City (212) 326-7261

Wivina Belmonte, UNICEF Media
Geneva & Brussels (4179) 204-2345

Mitchie Topper, UNICEF Media
New York (212) 303-7910

Monica Sayrols, UNICEF Media
Mexico City (52-55) 5202-3233, ext. 207

Salvador Herencia, UNICEF Media
Panama City & Mexico City (507) 616-3159

Kate Donovan, UNICEF Media
New York (212) 824-6722