Page d'accueil | English | Español

Publication in English | Publicación en español

UNICEF La situation des enfants dans le monde
2002 © UNICEF

Prendre l'initiative
 

 

VI. Les obstacles aux initiatives

La pauvreté, les conflits armés et le VIH/SIDA n'anéantissent pas seulement la vie des enfants, ils dévastent également des nations entières.

© UNICEF/97-0083/Horner

Kong, l'un des 10,4 millions d'enfants dont les parents sont morts du SIDA, vit maintenant avec sa tante dans la province de Chiang Rai (Thaïlande).

Ce sont les enfants qui souffrent le plus de la pauvreté, ainsi que de l'injustice, de l'exploitation, de l'analphabétisme et du désespoir qui en découlent. Les dirigeants dignes de ce nom comprennent que, pour lutter efficacement contre la pauvreté qui ravage tant de nations, il faut avant tout s'occuper des enfants – en fournissant des programmes de développement de la petite enfance, des services de protection de l'enfance, une éducation et des soins de santé.

L'éducation, l'égalité et les soins de santé ne sont pas des questions indépendantes les unes des autres, ce sont des solutions aux retombées positives multiples. Investir en faveur des enfants peut, par exemple, permettre de réduire les conflits armés, à mesure que des enfants en bonne santé, munis de connaissances et non d'armes à feu, font progressivement régner la paix dans le monde.

Pendant que certaines nations sont en proie à des conflits et à la pauvreté, aucun continent n'est épargné par l'épidémie de VIH/SIDA – l'un des problèmes politiques et sociaux les plus redoutables. Comme d'autres maladies, le SIDA fait davantage de ravages dans les régions où règnent la pauvreté et la malnutrition et où l'eau est insalubre et les services d'assainissement inadéquats. C'est parmi les femmes et les filles que le nombre de nouveaux cas d'infections par le VIH augmente le plus rapidement.

L'Afrique subsaharienne est la région la plus durement touchée par l'épidémie: l'espérance de vie a chuté; les réseaux familiaux, les services sociaux et les systèmes de santé ont de grandes difficultés à prendre en charge les enfants dont les parents sont morts du SIDA. D'innombrables pays voient leur avenir s'assombrir.

Le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a dit de l'épidémie qu'elle était «une crise de gouvernance et une insuffisance de direction». Il a proposé de créer un Fonds mondial pour la santé et la lutte contre le SIDA, doté de plusieurs milliards de dollars qui seraient versés par les gouvernements des pays donateurs et des pays en développement, ainsi que par le secteur privé. Des gouvernements, le secteur privé, des fondations ont répondu à son appel. Ainsi, une société du Groupe Crédit Suisse, Winterthur Insurance, a fait une contribution d'un million de dollars et la Bill & Melinda Gates Foundation a de son côté versé 100 millions de dollars au Fonds, ce qui fait d'elle le plus important donateur privé à ce jour.

«L'esprit d'initiative – tant à l'échelle mondiale qu'au niveau local – est la meilleure arme contre l'épidémie», a ajouté le Secrétaire général.

###

Pour plus d'informations sur les thèmes susmentionnés, cliquez sur les liens qui suivent (certains de ces liens ne sont disponibles qu'en anglais):
S.E. Kofi A. Annan
Le Fonds mondial pour la santé et la lutte contre le SIDA
La Fondation Bill & Melinda Gates

Page précédente: des actions mobilisatrices

Page suivante: ce qui est bon pour les enfants est bon pour le monde entier

 

 
 

« En bref »

 
*
Prendre l'initiative : 1990 - 2000
 
*
La session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants
 
*
Le Mouvement mondial en faveur des enfants : « Dire oui pour les enfants »
 
*
L'extraordinaire portée des initiatives individuelles
 
*
Des actions mobilisatrices
 
**
Les obstacles aux initiatives
 
*
Ce qui est bon pour les enfants est bon pour le monde entier
 
*
La mobilisation passe par l'écoute
 
*
Le silence des enfants a de graves conséquences
 
*
Chaque pays a un rôle à jouer