Page d’accueil / English version / Versión en español / Copyright
 
   
   
 

Avant-propos

La session extraordinaire que l’Assemblée générale des Nations Unies consacrera aux enfants en septembre 2001 sera extraordinaire à plus d’un titre. Elle pourra contribuer à modeler la vie des enfants et des adolescents du monde entier. Elle rassemblera des chefs de gouvernement et directeurs d’organisations non gouvernementales ainsi que des enfants et des adolescents en donnant l’exemple de l’esprit de participation et de partenariat dont devra procéder à l’avenir l’action de l’ONU. Elle adoptera un plan d’action qui doit inciter la communauté internationale à prendre les mesures qui s’imposent en vue de réaliser les droits de chaque enfant.

Aujourd’hui, des millions d’enfants ont une vie plus sûre, plus saine et mieux remplie qu’il y a 10 ans — avant l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant (1989) et le Sommet mondial pour les enfants (1990). On peut faire la même remarque en ce qui concerne le chemin parcouru par des millions de femmes depuis l’adoption de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (1979). Pourtant, trop d’enfants et de femmes ne bénéficient toujours pas de la protection de la société. Ils sont encore trop nombreux à voir leurs droits piétinés ou menacés.

La session extraordinaire fera le bilan des progrès réalisés en ce qui concerne la tenue des engagements pris lors du Sommet mondial pour les enfants et le respect des obligations découlant de la Convention relative aux droits de l’enfant — aucun instrument relatif aux droits de l’homme n’avait encore été ratifié aussi rapidement par un aussi grand nombre d’États que cette Convention. Ce bilan devrait donner à réfléchir. Mais la session ne s’arrêtera pas là : elle établira le calendrier de réalisation du principal objectif que nous nous proposons d’atteindre au cours de la prochaine décennie, à savoir la protection et la réalisation des droits de tous les enfants et de toutes les femmes.

L’ordre du jour de la session a d’ores et déjà inspiré un débat remarquable autour de trois résultats souhaités : chaque enfant doit prendre le meilleur départ possible dans la vie; il doit recevoir une éducation de base de bonne qualité; et il doit pouvoir développer tout son potentiel et contribuer de façon constructive à la société. La situation des enfants dans le monde 2001 braque les projecteurs sur le premier de ces objectifs — le meilleur départ possible dans la vie pour tous les enfants sans exception.

La détermination qui a imprégné les préparatifs de la session extraordinaire promet de vivifier la réunion proprement dite. Près d’un millier de représentants des gouvernements, du système des Nations Unies et d’entités de la société civile internationale et nationale ont été sollicités. Les enfants et les adolescents figurent parmi ceux qui ont fait entendre leur voix de la façon la plus claire et la plus passionnée.

Aux niveaux local, national et régional, ces jeunes ont fourni leur propre éclairage pour évaluer la façon dont le monde avait honoré ses engagements vis-à-vis des enfants. Ils ont parlé du rôle qui leur revient en tant qu’agents du changement. Nombre d’entre eux viendront à New York pour participer à la session extraordinaire elle-même. Je souhaite qu’ils soient entendus. Et j’espère que nous saurons faire en sorte que cette session extraordinaire de 2001 soit pour eux et pour tous les autres enfants du monde la meilleure façon d’entrer dans le nouveau millénaire.


Kofi A. Annan,
Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

 

 

  Page précédente | Page suivante