Page d’accueil / English version / Versión en español / Copyright
 
   
   
UNICEF/98-0845/Alsbirk

Photo : dans les décombres de cet immeuble de la ville de Gulcuk, épicentre du tremblement de terre de 1999 en Turquie, il ne reste que la photo de cette petite fille.

 

Améliorer les compétences parentales en Turquie

A peine 12 pour cent des enfants de moins de six ans bénéficient des programmes de développement du jeune enfant en Turquie, car les tarifs sont prohibitifs pour une famille turque moyenne. Mais depuis 1994, le gouvernement turc et l’UNICEF travaillent ensemble à la création d’un système de développement du jeune enfant axé sur la famille et la communauté et présentant une alternative aux centres d’éveil centralisés et plus coûteux.

Le programme de formation des mères, qui intervient dans 24 provinces, constitue un des éléments de cette démarche. Les animateurs travaillent directement avec la mère, mais ils invitent également d’autres membres de la famille (le père, les enfants plus âgés et les grands-parents) à participer aux jeux et activités ludiques destinés aux plus jeunes. Lorsque les membres de la famille créent ensemble à la maison une atmosphère de pédagogie interactive et stimulante, les enfants obtiennent de meilleurs résultats dans les tests de langue et de développement. L’ambiance familiale s’en trouve aussi améliorée. Comme le note une des participantes, « Maintenant, je ne frappe plus mon enfant. Et mon mari ne me bat plus non plus. »

Pour toucher le plus grand nombre de familles possible, l’UNICEF a produit en collaboration avec les médias du pays une série de vidéos sur le développement de l’enfant intitulée « Initiative pour améliorer les compétences parentales ». Ces vidéos traitent des huit premières années de la vie de l’enfant. La plupart des parents qui élèvent leurs enfants à domicile ne connaissent pas les besoins d’un tout-petit en matière de développement. Des dessins animés ou des films montrent la progression type, par âge, en compétences linguistiques ou en matière de développement social, affectif, physique et moteur. Les films montrent des échanges entre enfants et dispensateurs de soins qui donnent des suggestions pratiques sur la façon dont les parents peuvent favoriser le développement.

Les vidéos touchent un vaste public, car elles sont diffusées par les chaînes nationales. Diverses publications liées à ces vidéos sont utilisées pour former un large éventail d’éducateurs qui travailleront directement avec les jeunes enfants et leur famille. Ces vidéos sont également devenues un élément important du programme de formation des mères, qui touche environ 80 000 mères dans le pays.

 

 

  Page précédente | Page suivante