Page d’accueil / English version / Versión en español / Copyright
 
   
   
UNICEF/Manila/008-02

Des services convergents aux Philippines

A Capagao, un village pauvre de la province de Capiz, les agents sanitaires du barangay (village) s’assurent que les enfants se font vacciner et passent leurs visites médicales en les accompagnant eux-mêmes au dispensaire local. Là, sur une carte où figurent toutes les maisons du village, on note les indices de croissance de chaque enfant, s’il reçoit du sel iodé et autres micronutriments et s’il a accès à de l’eau salubre et à des toilettes. La sage-femme ou l’agent sanitaire du barangay donne des sels de réhydratation aux enfants souffrant de malnutrition et de diarrhée.

Le poste de santé et de nutrition se trouve dans une petite hutte au toit de chaume au bout de l’unique rue en terre battue du village, l’un des 42 000 du pays. Chaque mois, c’est là que deux agents sanitaires pèsent 40 enfants de moins de cinq ans, distribuent de la vitamine A aux femmes qui allaitent et une alimentation d’appoint aux bébés et jeunes enfants souffrant de malnutrition. Ils dispensent également aux parents des conseils en matière de santé, d’alimentation et de développement de l’enfant.

Cet ensemble de services s’inscrit dans le cadre des quatrième et cinquième Programmes de pays pour enfants, un nouveau type de collaboration entre le gouvernement philippin et l’UNICEF. Depuis 1996, ce programme fournit des services complets dans les secteurs de la santé, de l’alimentation et de l’éducation des tout petits aux 14 régions des Philippines qui comptent le plus grand nombre d’enfants de moins de cinq ans désavantagés et marginalisés.

Cette initiative intergouvernementale regroupant les ministères de la santé, de l’éducation et des affaires sociales, s’appuie sur des interventions préexistantes dans le secteur des soins de santé de base, dont un programme de vaccination en pleine expansion, la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant qu’ont développée l’OMS et l’UNICEF, la distribution de micronutriments et le programme Maternité sans risques. La partie « développement du jeune enfant » est gérée sur place et comprend les crèches, l’éducation primaire, une formation visant à rendre les parents plus « efficaces » et une formation solide pour ceux qui s’occupent de l’éducation et des soins aux tout-petits ainsi que pour les sages-femmes des zones rurales et les agents sanitaires des barangay.

Grâce au soutien de l’Etat, de l’UNICEF, de l’Agence australienne pour le développement international, de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement, les administrations provinciales et municipales des Philippines établissent ces postes de santé et de nutrition, honorant ainsi les engagements pris par le pays en faveur du développement du jeune enfant. Rien que dans la province de Capiz, on en compte déjà 200.

 

  Page précédente | Page suivante