Page d’accueil / English version / Versión en español / Copyright
 
   
   
UNICEF/99-0057/Lemoyne

Les réfugiés les plus jeunes, dans l’ex-République yougoslave de Macédoine

En mars 1999, 360 000 personnes s’enfuirent du Kosovo en guerre pour se réfugier chez leurs voisins de l’ex-République yougoslave de Macédoine. Près de la moitié d’entre elles furent accueillies, nourries et soignées par des familles macédoniennes. Mais dans ces foyers d’accueil où l’on comptait quelquefois près de 100 personnes sous le même toit, les conditions de vie étaient éprouvantes. Tous ces gens, plongés brutalement dans une existence difficile, souffraient mais c’étaient les tout petits qui étaient le plus désavantagés.

Les enfants d’âge scolaire pouvaient suivre des cours, eux. Certes, ils avaient lieu dans des classes de fortune et bondées, mais cela leur donnait au moins un sentiment de normalité et de stabilité au milieu de tous ces bouleversements. Mais les plus jeunes passaient leur temps en des lieux surpeuplés, en compagnie de parents traumatisés par la guerre, des mères en majorité, qui n’avaient plus assez d’énergie pour s’occuper d’eux et leur accorder l’attention dont ils avaient besoin.

En moins d’un mois, l’UNICEF et la Ligue albanaise des femmes, une ONG regroupant des associations féminines de l’ex-République yougoslave de Macédoine, mirent sur pied un programme d’urgence dans les sept communautés les plus touchées par la crise. Quelque 150 bénévoles reçurent une formation au travail communautaire, aux visites familiales et aux réunions de groupe ainsi qu’aux problèmes de développement de l’enfant. Une campagne d’information sur l’éducation des enfants en temps de crise fut lancée à l‘intention des réfugiés et des familles d’accueil, soit 6 500 familles et 9 000 enfants.

En dépit de conditions de vie difficiles, ce programme d’urgence a permis d’améliorer les soins aux enfants et également d’identifier et d’aider les personnes ayant besoin d’un suivi psychosocial. Après le retour des réfugiés au Kosovo, le programme a été adapté aux besoins des familles et des enfants macédoniens vivant dans ces communautés en majorité rurales. Outre l’amélioration des pratiques de puériculture, le projet a permis de renforcer la capacité des femmes à jouer un rôle actif et à prendre des décisions, dans la famille comme dans la communauté.

Ces projets ayant été accueillis avec beaucoup d’intérêt, un plan d’élargissement à l’échelle nationale a été élaboré en collaboration avec la Ligue albanaise des femmes et l’Union des organisations de femmes, un organisme qui rassemble des femmes macédoniennes, gitanes, serbes ou d’autres groupes minoritaires. Trente-deux centres régionaux de formation et de coordination ont été créés, ainsi que des ludothèques et bibliothèques pour enfants. Le projet couvre plus de 650 villages et touche quelque 70 000 enfants.

 

  Page précédente | Page suivante