Page d’accueil / English version / Versión en español / Copyright
 
   
   

Photo : Petit Mexicain dans un centre d’éveil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le développement du jeune enfant est la première étape indispensable à l’amélioration de la vie des enfants mais il ne saurait suffire.

Coûts et financement

Le coût d’un programme de développement du jeune enfant dépend de la nature et de l’ampleur des services qu’il offre. En général, les programmes exécutés dans des centres sont cinq fois plus onéreux que les programmes à domicile, et plus le programme est complet, plus il coûte cher. L’aide alimentaire apportée sous forme de repas et de collations peut représenter jusqu’à 40 % du budget d’un programme.

ECD — Pas de formule universelle


Il n’existe pas de formule universelle qui garantisse le succès des programmes de développement du jeune enfant. L’expérience nous enseigne qu’il existe divers moyens particulièrement efficaces lorsqu’ils sont conjugués :

1. Eduquer et responsabiliser les parents et les dispensateurs de soins.

2. Prodiguer les services aux enfants directement, par des gardes ou des visites à domicile, ou dans des centres extérieurs à leur foyer comme des centres d’éveil intégrés, et par des activités pédagogiques formelles ou informelles.

3. Promouvoir les partenariats avec la communauté afin d’améliorer son environnement physique et ses connaissances de la communauté, en menant des actions collectives et en élargissant la base des négociations politiques et sociales.

4. Renforcer les ressources et capacités nationales.

5. Améliorer la prise de conscience des dirigeants, des planificateurs et du public.

6. Elaborer des politiques familiales nationales qui permettent aux parents de consacrer plus de temps à leurs responsabilités pédagogiques ou aux soins à donner à leurs enfants et qui offrent davantage de possibilités aux grands-parents ou à d’autres adultes de la famille de s’occuper des tout-petits.

7. Elaborer un cadre juridique et réglementaire qui permette une meilleure prise de conscience des droits des enfants, fasse connaître les ressources juridiques à la disposition des femmes et des enfants et encourage le respect des lois ainsi qu’une utilisation plus judicieuse de la législation en place.

 

On estime que le programme de Services intégrés pour le développement de l’enfant (ICSD) mis en œuvre en Inde en 1994 a coûté 27 cents par jour et par enfant. Pour le programme Hogares Comunitarios de Bienestar exécuté la même année en Colombie, qui offrait des services de garderie à plein temps et des repas dans 55 000 sites, ce coût était de 38 cents. D’autres programmes comportant moins de volets ou bénéficiant d’une participation bénévole plus importante des collectivités peuvent être bien meilleur marché.

Il existe plusieurs moyens de financer le développement du jeune enfant. En Suède, par exemple, le programme est pris intégralement en charge par l’Etat. Dans certains pays, comme la Colombie, le gouvernement assume la plupart des coûts de mise en œuvre et les parents paient la moitié des allocations versées au personnel et acquittent sa contribution à la sécurité sociale. En Inde, où la participation financière des parents est minime, le gouvernement national subventionne le coût de la plupart des activités du programme, mais pas de l’aide alimentaire, qui est financée et administrée par les autorités régionales.

Dans le programme Early Child Education au Kenya, en revanche, le gouvernement national ne finance que la formation du personnel. Leur rémunération est prise en charge par les parents. Les administrations locales, quant à elles, fournissent les garderies et assurent leur entretien. En 1993, dans le cadre du Projet intégré pour le développement de l’enfant en Bolivie, les parents acquittaient la somme forfaitaire de 2,50 dollars par mois pour le premier enfant inscrit et un tarif dégressif pour chaque enfant supplémentaire. En Thaïlande, les emprunts remboursés à des fonds de prêts aux village financés par une ONG viennent alimenter un fonds d’investissement destiné à soutenir des programmes de développement du jeune enfant dans la collectivité.

Certes, de nouveaux apports de fonds sont nécessaires pour garantir à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie, mais la création de nouveaux programmes n’entraîne pas forcément d’énormes dépenses. Les ressources requises pour stimuler le développement cognitif d’un jeune enfant par l’éveil, le jeu et l’affection peuvent souvent être trouvées au sein de la collectivité elle-même. Le programme de visites à domicile Sithuwama au Sri Lanka, par exemple, est l’exemple même d’un bon rapport coût-efficacité. Il est exécuté par des femmes bénévoles qui ont reçu une formation au développement du jeune enfant. Membres respectés de la communauté, elles s’occupent chacune de cinq familles. Elles se rendent au domicile des parents et leur prodiguent des conseils sur la croissance et le développement mental de leur enfant.

Une approche multisectorielle combinant des services de santé, d’éducation, de nutrition et de développement peut contribuer à améliorer le rapport coût-efficacité d’un programme. Le plus important toutefois, c’est que cette convergence de services soit orientée sur l’enfant tout entier et non pas seulement sur des secteurs particuliers. Ce faisant, elle renforce et complète le processus de développement.

Les programmes de développement du jeune enfant déclenchent une cascade d’effets positifs dans toute la société. Ils favorisent non seulement des soins de bonne qualité aux nourrissons et aux jeunes enfants, mais ils libèrent les filles de la garde de leurs frères et sœurs plus jeunes, ce qui leur permet d’aller à l’école. Les femmes ont aussi plus de temps libre et peuvent occuper un emploi rémunéré. Celles qui fournissent une aide à domicile ont à leur tour plus de chances de trouver un emploi. Les enfants bénéficient des services de base et s’éveillent à la vie grâce au jeu, au chant ou à la danse. Les familles disposent d’un revenu supplémentaire et les collectivités bénéficient de la création de ces nouveaux emplois et de l’entrée de leurs membres sur le marché du travail.

 

  Page précédente | Page suivante