Page d’accueil / English version / Versión en español / Copyright
 
   
   
UNICEF/00-0029/Pirozzi

Les cinq petits-enfants de cette grand-mère de Morogoro (Tanzanie) sont des orphelins du SIDA. Elle est venue avec deux d’entre eux recueillir des conseils sur certains médicaments dans un centre de Faraja Trust, une ONG nationale.

Briser les cycles

Pour briser les cycles de la pauvreté, de la violence et de la maladie, il faut intervenir dès le plus jeune âge, le plus vite possible. Les programmes de développement du jeune enfant sont la clé d’une vie riche et productive pour l’enfant et du progrès des nations. De même que la démocratie est un prélude au développement humain, la bonne santé des enfants, tant physique que mentale, est essentielle au développement d’un pays. Quelle que soit sa solidité apparente, une société finit par être déstabilisée par le poids cumulatif des disparités qu’elle perpétue. Et les inégalités qui subsistent dans un pays compromettent l’équilibre entre les nations : des enfants pauvres, souffrant de malnutrition et en mauvaise santé forment des nations affaiblies qui tombent facilement à la merci d’États plus puissants. Lorsque les enfants ne reçoivent pas ce qui leur est dû, l’avenir des pays s’assombrit.

En investissant dans l’enfance dès les premières années de la vie, un pays aide non seulement les familles et les jeunes mais contribue aussi au développement durable. Ces investissements sont une des décisions les plus avisées que les responsables puissent prendre à l’heure actuelle.

La faim, la maladie et l’ignorance n’ont jamais favorisé la croissance économique durable, la démocratie ou le respect des droits de l’homme. En donnant à tous les enfants un bon départ dans la vie, on élimine les obstacles qui entravent le développement humain. Nous devons dès à présent renouveler notre engagement en faveur des droits de l’enfant, formuler la vision d’un monde futur et avoir le courage de prendre toutes les mesures nécessaires pour libérer des générations entières des chaînes qui les maintiennent dans la misère.

 

  Page précédente | Page suivante