Pakistan

Au Pakistan, dans la région de Swat, l'Assemblée des enfants permet aux jeunes de se faire entendre

Par Shandana Aurangzeb Durrani

DISTRICT DE SWAT, Pakistan, 2 février 2011 – Malalai Yousafzai, 13 ans et élève de septième année, a présidé avec confiance une séance de l'Assemblée des enfants qui s'est récemment déroulée dans le district de Swat, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, au Pakistan. Ceux qui ont participé à l'assemblée « ont exprimé leurs préoccupations concernant les questions de droit des enfants et présentent des solutions concrètes pour faire face à celles-ci », a expliqué Malalai.

© UNICEF Pakistan/2010/Jameel
VIDÉO (en anglais) : Le reportage du correspondant de l'UNICEF Eduardo Cure sur les activités de l'Assemblée des enfants affectés par les crises dans le district de Swat de la province de Khyber Pakhtunkhwa, au Pakistan.  Regarder dans RealPlayer

 

« Les filles membres de cette assemblée jouent un rôle actif », a-t-elle ajouté. « Nous avons mis en avant les questions importantes qui concernent les enfants, particulièrement la promotion de l'éducation des filles dans la région de Swat ».

L'Assemblée des enfants, appuyée par l'UNICEF, offre une chance unique pour les jeunes de la vallée de Swat qui s'est trouvée au centre de la rébellion et des opérations militaires qui ont suivi et ont entraîné un déplacement massif en 2008. La même région a été frappée de plein fouet par les inondations provoquées par la mousson en 2010 au Pakistan et qui ont provoqué des dégâts colossaux. 

« Force et confiance »

Shahab Khan, 16 ans, dont la famille est originaire de la localité de Qambar, dans le district de Swat, est élève de neuvième année à l'école modèle et orphelinat de Khpal Kor, et membre actif de l'Assemblée des enfants. « Grâce à cette plateforme, des enfants comme moi ont pris connaissance de nos droits et ont reçu la force et la confiance nécessaires pour définir des objectifs positifs pour notre avenir », a-t-il dit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Jameel
Malalai Yousafzai, 13 ans, préside une séance de l'Assemblée des enfants appuyées par l'UNICEF dans le district de Swat dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, au Pakistan.

Retourner à une vie normale n'a pas été facile pour Shahab qui a assisté au meurtre brutal de son père, Sarfaraz Khan, un agent de police, au début 2009.

« J'ai été très perturbé sur le plan émotionnel et venir à Khpal Kor m'a beaucoup aidé. J'ai reçu une orientation psychosociale et j'ai participé à diverses activités comme l'Assemblée des enfants qui ont fait de moi une personne plus solide. Maintenant, je suis tourné vers un avenir positif », a-t-il raconté. 

Enfants affectés par le conflit

La fondation Khpal Kor, une ONG partenaire de l'UNICEF, aide les enfants affectés par des années de conflit dans le Swat. L'année dernière, avec l'aide de l'UNICEF, la fondation a mis en place l'Assemblée des enfants qui est composée de 65 jeunes membres sélectionnés dans différentes écoles du district.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Jameel
Seema Aziz, une élève de huitième année, présente une résolution interdisant les châtiments corporels dans les écoles au cours d'une séance de l'Assemblée des enfants dans le district de Swat, au Pakistan.

« De telles opportunités jouent un rôle essentiel pour établir la paix et bâtir un environnement protecteur pour les enfants de Swat », a expliqué le créateur de la fondation Khpal Kor, Muhammad Ali. « Les enfants de cette région ont été les témoins d'évènements très traumatisants, voire de la mort brutale de leurs parents. Actuellement, nous avons plus de 200 garçons orphelins qui ont perdu leurs parents pendant le conflit et ont besoin d'une attention particulière et de soutien ».

« Grâce à l'Assemblée des enfants, les enfants exposent leurs préoccupations et apportent des solutions, face à leurs homologues adultes et d’autres parties prenantes », explique Muhammad Ali. 

Centres de protection de l'enfance

Différentes crises complexes dans le nord-ouest du Pakistan durant 2009 et 2010 ont exposé les enfants à des risques importants dont la séparation d'avec leurs familles, la violence sexiste, les mariages précoces, l'exploitation sexuelle et la traite. Pour leur permettre de faire face aux répercussions du conflit et des inondations, l'UNICEF et ses partenaires ont mis en place des Centres de protection de l'enfance qui offrent une éducation de base, des activités de loisirs et une aide psychosociale.

Grâce à ces centres et aux activités de l'Assemblée des enfants, dit Farman Ali, Responsable de la protection de l'enfance à l'UNICEF, « nous favorisons un environnement protecteur et sûr qui garantit que les droits des enfants vulnérables de ce secteur ne sont pas bafoués ».


 

 

La voix des jeunes

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche