Malawi

Au Malawi, l’enregistrement universel des naissances protège les enfants des sévices et ouvre l’accès aux services sociaux

Par Suzanne Beukes

LILONGWE, Malawi, 10 octobre 2012 - Joshou Nandola vient de naître. Il est enveloppé dans une grosse couverture en laine. Le nom de Joshou est inscrit sur son acte de naissance. Joshou pourra ainsi connaître le jour de son anniversaire.

VIDÉO (en anglais) : au Malawi, un programme exigeant l’enregistrement des naissances vise la protection de l’enfance contre les sévices et l’amélioration de l’accès aux services sociaux et d’éducation.  Regarder dans RealPlayer

 

Justina Nandola, la mère de Joshou, a fait la queue avec d’autres mères qui venaient d’accoucher afin de s’assurer que son fils disposerait de cette information essentielle prouvant qu’il est citoyen du Malawi. « C’est très important parce que ce passeport permet de savoir d’où vient une personne », explique-t-elle.

L’enregistrement des naissances protège les enfants
D’après le recensement de la population de 2008, le Gouvernement du Malawi estime qu’environ 16,6 pour cent des enfants de moins de 18 ans détiennent un certificat de naissance.

Sans certificat de naissance, les enfants ont plus de risques de subir des sévices liés à la traite d’enfants par exemple ou au mariage d’enfants.  Ils risquent également davantage d’avoir un accès limité aux services sociaux comme les soins de santé ou l’éducation.

Martin Nkuna, responsable de la protection de l’enfance pour l’UNICEF au Malawi explique « beaucoup d’enfants sont impliqués dans le travail des enfants, beaucoup d’enfants sont dans les rues, et pour faire valoir les droits de ces enfants, il faut pouvoir prouver que ce sont en effet des enfants ».

Vers un enregistrement obligatoire
Le processus d’enregistrement universel des naissances obligatoire a débuté début 2012 à l’hôpital de Bwaila dans la capitale, Lilongwe, où environ 40 à 60 bébés naissent chaque jour. De mars à septembre, plus de 3000 bébés ont reçu des certificats de naissance.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Grâce à la mise en place du programme d’enregistrement des naissances et d’autres initiatives, davantage d’enfants nés au Malawi ont plus de chances de grandir en bonne santé.

Grâce à l’appui de l’UNICEF, ce programme sera bientôt déployé dans d’autres régions du pays. 

Relever les défis inhérents au programme
Il n’est pas évident d’étendre le programme. Sa mise en oeuvre est freinée par des barrières logistiques et culturelles. « Au Malawi, par tradition, il est difficile de donner un nom à un nouveau-né », explique Raphael Munkhondia, agent d’accueil à l’hôpital de Bwaila.

Pour faire face à ces défis, le processus d’enregistrement des naissances intervient tôt, dans les programmes prénatals et les programmes de vaccination. À partir du moment où une femme commence à recevoir des soins prénatals, elle est encouragée à réfléchir à un prénom pour son enfant. 

Après l’accouchement, une mère peut obtenir un acte de naissance lors des visites postnatales ou en se présentant pour les premiers vaccins du bébé.

Le Malawi a fait de grands progrès en matière de réduction du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, qui a baissé de 64 pour cent entre 1990 et 2011. Grâce à la mise en place du programme d’enregistrement des naissances et d’autres initiatives, davantage d’enfants nés au Malawi ont plus de chances de grandir en bonne santé.


 

 

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche