Libéria

Protéger les filles et les femmes contre les violences sexuelles dans le Libéria de l’après-guerre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2008/Koch
Des panneaux d'affichage sensibilisent l'opinion publique au problème des violences sexuelles qui demeurent, dans le Libéria de l'après-guerre, une réalité centrale de la vie des femmes et des enfants.

Par David Koch

Le troisième Congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants, qui doit se dérouler du 25 au 28 novembre 2008 au Brésil, a pour but de favoriser la coopération internationale afin que soit menée une action plus efficace contre l’exploitation sexuelle. Voici un reportage dans le cadre d’une série consacrée à ce sujet.

MONROVIA, Libéria, 14 novembre 2008 – En 2003, la paix est revenue au Libéria après quatorze années d’une guerre civile violente et destructrice. Depuis, les progrès menés pour reconstruire le pays ont été considérables : le rétablissement des infrastructures, des services publics, de l’économie et de l’état de droit sont en bonne voie. 

Malgré les progrès significatifs accomplis vers le relèvement de la société civile, la violence sexuelle envers les femmes et les enfants reste un phénomène marquant au Libéria où les Nations Unies conservent leur seconde plus importante mission de maintien de la paix  (MINUL) dans le monde.

Les enfants s’inquiètent de la sécurité

Semaine après semaine, selon les statistiques des services de police, le viol, particulièrement pour les filles âgées de 10 à 14 ans, est le délit le plus signalé.

La violence sexuelle se produit dans tous les milieux socio-économiques et culturels; les femmes sont peut-être socialement conditionnées pour l’accepter, la tolérer ou la rationaliser. Un système judiciaire faible, la violence qui persiste à la suite de la guerre et la réticence à faire état des agressions aggrave la situation. Nul n’est à l’abri d’une agression.  

Henrietta Mensu-Bonsu,  la Représentante spéciale adjointe au sein de la MINUL du Secrétaire général pour l’établissement de l’état de droit, affirme franchement : « Les enfants du Libéria ont fait savoir que leur inquiétude principale était la sécurité et qu’ils ne sont nulle part en sécurité, ni chez eux, ni à l’église, ni à la mosquée, ni en classe. Ils sont vulnérables partout parce qu’ils sont visés par tant de groupes différents... »

Une aide pour les victimes de la violence

Les victimes de la violence sexuelle souffrent de traumatismes physiques et psychologiques qui touchent chaque aspect de leur vie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2008/Koch
Pour aider des jeunes filles et des femmes victimes de violence sexuelle au Libéria, l'UNICEF soutient un programme de maisons refuge .

Une adolescente âgée de 15 ans raconte une terrible agression dans sa propre maison, commise par un ami de son père. « Il m’a appelée dans sa chambre, » se souvient-elle. « Il m’a attrapée et m’a jetée sur le lit. Il a commencé à crier. Il avait un couteau à ses côtés. Il a dit que si je parlais, il me tuerait. Il m’a mis un vêtement dans la bouche. Je me débattais pour me sortir de là. »

Pour aider les jeunes filles et les femmes à récupérer, l’UNICEF apporte son soutien à un refuge offrant repas, médicaments et conseil psychosocial.

« Nous mangeons trois fois par jour. Les conseillers jouent et plaisantent avec nous. Nous jouons au base-ball ou à chat. C’est un endroit où nous pouvons toutes être heureuses, » déclare l’adolescente, reconnaissante.

La Représentante de l’UNICEF au Libéria, Rozanne Chorlton affirme que le refuge est « un endroit discret où les filles qui ont été victimes d’exploitation sexuelle grave peuvent être accueillies et prises en charge et recevoir le type de conseil psychosocial intensif dont elles ont besoin. Cela jusqu’à ce qu’elles puissent de nouveau avoir le contrôle de leurs vies et retrouver assez de dignité et d’assurance pour être capables de regagner leur communauté. »

« Tolérance zéro pour le viol »

Depuis l’investiture en 2006 de la présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf, la première femme africaine chef d’Etat,  la question de l’exploitation sexuelle et de la violence envers les femmes et les enfants est devenue encore plus importante.

« La présidente a clairement fait comprendre que la communauté internationale ainsi que la population du Libéria  ont besoin de collaborer pour combattre la violence sexuelle à l’encontre des femmes », a déclaré le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour le relèvement et la gouvernance auprès de la MINUL, Jordan Ryan. « Les tribunaux doivent fonctionner, les poursuites judiciaires doivent avoir lieu [et] la population doit avoir une tolérance zéro pour le viol. »

Aujourd’hui, alors que le Libéria s’efforce de surmonter les violences de son histoire, la violence sexuelle et l’exploitation sont prises en cible. Des refuges, de nouvelles lois, de nouveaux partenariats, une surveillance accrue et une meilleure sensibilisation de la population aux délits constituent des avancées concrètes pour créer un avenir plus sûr, plus prospère pour toute la population du Libéria.

 


 

 

Vidéo (en anglais)

Octobre 2008 :
le reportage du correspondant de l’UNICEF David Koch sur un refuge pour adolescents victimes de violence sexuelle au Libéria..
 VIDEO  high | low

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche