Libéria

Libéria : l’aide humanitaire libère la génération en guerre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Rudden
L'ancien enfant soldat Ishmael Beah soutient les Engagements de Paris pris à la fin conférence 'Libérons les enfants soldats' à Paris.

Par Sarah Crowe

Concluant les deux jours de la conférence "Libérons les enfants soldats" co-organisée par l'UNICEF à Paris, 58 pays se sont engagés afin d'arrêter l'utilisation d'enfants soldats et aider ceux déjà recrutés par des groupes armés. Voici un rapport sur le statut d'anciens combattants enfants au Libéria.

MONROVIA, Libéria, 5 février 2007 -  Dans la capitale du Libéria, les traces violentes de la guerre et l’état d’abandon sont frappants. Mais les dommages causés à toute une génération sont invisibles.

Par deux fois, et non pas une seule, Sunny a combattu durant la guerre civile du Libéria. La première quand il avait 12 ans : drogué et trompé en croyant que la guerre était une chose amusante, il s’est battu pour les rebelles. Puis, quand il avait 17 ans, il a combattu aux côtés des forces du gouvernement. 

Grâce à un programme bénéficiant du soutien de l’UNICEF et mis en oeuvre par le Sustainable Development Promoters (SDP) de Ganta, près de la frontière guinéenne, Sunny a été inscrit dans un cycle d’études où il a acquis diverses compétences mais s’est spécialisé dans l’agriculture. Aujourd’hui, au lieu de porter des armes et de subir les ordres de « généraux » autoproclamés, Sunny plante des graines et bine le sol.

Mais il portera toujours en lui les marques et les souvenirs de l’exploitation qu’il a subie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Sunny (à droite), 20 ans et ex-enfant soldat, accueille des amis à Monrovia, la capitale du Libéria.

Une vie pleine de cauchemars

Sunny est l’un des 11 780 jeunes Libériens qui ont été directement impliqués dans le conflit, long de près de 15 ans. Tous ont été désarmés et démobilisés entre décembre 2003 et novembre 2004.

Les enfants étaient mêlés à tous les aspects de la guerre. Ils ont servi en première ligne, aussi bien comme esclaves sexuels que comme hommes de peine ou porteurs. Ils étaient obligés de tuer, faisant face à la mort et vivant une vie pleine de cauchemars.

Aujourd’hui, c’est un drame d’un genre bien différent qui se déroule. Assis en cercle, de jeunes Libériens regardaient dernièrement une vidéo de Marlon Brando dans «Jules César» et lisaient Shakespeare dans une bibliothèque bien fournie, à  Tappita, dans le comté de Nimba, au centre de d’études et de documentation soutenu par l’UNICEF et le Département d’aide humanitaire de la Commission européenne. D’autres participaient à des sessions d’orientation de groupe, ou bien, sous un arbre, suivaient des cours d’acquisition d’aptitudes à la vie quotidienne tandis que d’autres encore jouaient au volley-ball ou au tennis de table.  

Réinsertion grâce au travail et au jeu

Ce centre de jour est géré par le partenaire local de l’UNICEF, SEARCH (Special Emergency Activity to Restore Children’s Hope, Programme de secours spécial pour rétablir l’espoir chez les enfants). A l’origine, il avait été créé pour les enfants liés aux forces combattantes qui retournaient chez eux avant que débute le processus officiel de démobilisation. Aujourd’hui, il est à la disposition de tous les enfants de la communauté. 

Daniel Swaray, qui dirige l’organisation non gouvernementale Sustainable Development Promoters (SDP) et qui aide les ex-combattants à acquérir de nouvelles formations,  s’est aperçu à quel point le travail et le jeu peuvent contribuer à la réinsertion d’ex-enfants soldats. «La plupart des stagiaires que nous avons ici se battaient pour les forces antagonistes, explique-t-il.  Mais aujourd’hui, nous jouons ensemble et nous partageons la même assiette.»

De jeunes combattants agressifs, certains âgés d’à peine 13 ans, ont dépensé leur énergie dans le montage de charpentes ou la construction de murs en briques. Les filles qui étaient autrefois victimes de mauvais traitements, apprennent la coiffure et font des manucures et des pédicures au lieu de cuisiner pour des gradés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Sunny, qui apprend aujourd'hui comment devenir agriculteur, est l'un des quelque 12 000 enfants qui ont combattu pendant la guerre civile au Libéria et qui ont depuis été démobilisés.

Compétences pour l’avenir

Ces jeunes Libériens ne sont pas une génération perdue. A Ganta, Sunny et d’autres ex-combattants ont été réinsérés dans la vie civile grâce au programme de développement des compétences organisé par le SDP avec le soutien de l’UNICEF.

«Je suis très content de ce programme parce que j’ai aussi bien appris à m’améliorer moi-même qu’à améliorer mon pays, confie Sunny. Quand j’aurai terminé ma formation, si j’ai un choix, j’essaierai d’avoir mes propres cultures. Je veux aussi mettre en pratique ce que j’ai appris.»

Ici, le progrès est prometteur mais on craint que la communauté internationale ne tienne pas tous ses engagements Dans ce cas, les jeunes du Libéria perdraient la chance de se battre pour un avenir meilleur.   


 

 

Vidéo de la conférence(en anglais)

6 février 2007:
Le correspondant de l'UNICEF dan Thomas parle de la conclusion historique à la conférence "Libérons les enfants soldats"  à Paris. Filmé et monté par Peter Rudden.
 VIDEO  haut | bas

5 février 2007:
Le correspondant de l'UNICEF dan Thomas parle du premier jour de la conférence "Libérons les enfants soldats" à Paris.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Vidéo de l'histoire sur la Libéria(en anglais)

5 février 2007 :
Le reportage au Libéria de la correspondante de l’UNICEF, Sarah Crowe, sur la réintégration des enfants mêlés au conflit armé. Filmé par Peter Rudden.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Les engagements de Paris

Les engagements de Paris [PDF] en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illegaux par des des groupes ou des forces armés.

Les principes de Paris [PDF] principes directeurs relatifs aux enfants associés aux forces armées ou aux groupes armés

 

Alliance UNICEF-ECHO


Comission Européenne Aide Humanitaire (ECHO)
(lien externe, ouver une nouvelle page)

Recherche