Analyse de politiques et partenariats pour les droits des enfants

Le Directeur général de l'UNICEF lance un appel pour que soient renouvelés les engagements destinés à mettre fin au recrutement des enfants

Onze nouveaux pays s'engagent à respecter les « Engagements de Paris »

Par Chris Niles

NEW YORK, États-Unis, 28 septembre 2010 – Le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, a lancé un appel en faveur d'un engagement renouvelé de la part de l'ensemble des gouvernements afin de mettre à l'utilisation des enfants dans la guerre.

VIDÉO (en anglais) : 27 septembre 2010 – Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF, lance un appel pour que soient renouvelés les engagements visant à mettre fin à l'utilisation des enfants dans les conflits.  Regarder dans RealPlayer

 

« Nous sommes ici aujourd'hui pour réitérer notre engagement collectif de protéger le droit le plus fondamental d'un enfant: être un enfant, » a déclaré Anthony Lake lors d'une conférence de haut-niveau au Siège des Nations Unies à New York organisée par le gouvernement français.

Onze pays ont récemment adopté les Engagements de Paris qui constituent un accord international pour mettre fin à l'utilisation d’enfants dans les conflits. Plus de la moitié de l'ensemble des nations sont à présent engagées vers cet objectif.

VIDÉO (en anglais): 27 septembre 2010 - Ishmael Beah, Défenseur pour l'UNICEF des enfants affectés par la guerre, explique pourquoi il est important d'offrir des choix concrets aux enfants qui risquent d'être recrutés lors de conflits armés.  Regarder dans RealPlayer

 

Progrès et défis

Lors de cette réunion de haut-niveau, appelée « troisième Forum ministériel de suivi des Engagements de Paris », le Cap-Vert, le Gabon, la Géorgie, l'Islande, la Lettonie, la Nouvelle-Zélande, l'Arabie saoudite, la Serbie, la Corée du Sud, le Togo et l'Uruguay ont adopté les engagements, ce qui porte le nombre de pays leur apportant leur soutien de 84 à 95.

Mais la pratique qui consiste à forcer les enfants à s'engager dans les conflits armés reste répandue. Dans le monde entier, des centaines de milliers d'enfants sont victimes de violations flagrantes de leurs droits.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2036/Markisz
Ishmael Beah, Défenseur pour l'UNICEF des enfants affectés par la guerre, s'exprime lors d'un débat sur les Engagements de Paris et les Principes de Paris relatifs aux enfants associés aux forces ou aux groupes armés . A ses côtés, le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake.

Des progrès significatifs ont été accomplis pour mettre fin à l'utilisation d’enfants dans les conflits. Mais, alors que l'UNICEF et ses partenaires ont arraché à ce sort environ 20 000 enfants durant les seules deux dernières années – dont près de 5000 filles – les besoins restent considérables. 

 Radhika Coomaraswamy, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, a affirmé que le changement de nature des conflits armés entraîne des défis considérables. « Des conflits prolongés, des enlèvements inter-frontaliers, des recrutements dans les camps de déplacés et de réfugiés et l'utilisation d’enfants dans les activités terroristes et anti-terroristes sont les tendances nouvelles qui doivent être étudiées, » a-t-elle dit.

Appel en faveur d'un soutien

Le Défenseur pour l'UNICEF des enfants affectés par la guerre, Ishmael Beah, a dit qu’en intervenant plus tôt dans un conflit, on donnerait aux enfants une alternative à l’enrôlement, particulièrement lorsque beaucoup d'entre eux s'engagent des les groupes armés parce qu'ils se trouvent dans des  conditions économiques désespérées.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2030/Markisz
(De gauche à droite, au premier plan), l'Ambassadeur de France pour les droits de l'homme François Zimeray et le Directeur général de l'UNICEF Anthony Lake participent à un débat sur la fin de l'utilisation des enfants soldats.

« Si j'avais su que, quand je fuyais la guerre en Sierra Leone, il y avait un endroit où j'aurais pu me rendre au lieu d'aller combattre, je serais probablement allé là. Mais mes chances étaient limitées. Je n'avais pas d'endroit où aller, » a-t-il dit.

Constance Thomas, Directrice du Programme international pour l'abolition de travail des enfants, un organisme de l'Organisation internationale du Travail (OIT), a plaidé en faveur de possibilités d'emploi de longue durée et adaptées aux enfants qui ont été libérés des conflits armés. « La réintégration économique a été, et demeure, un défi majeur, » a-t-elle dit. « Effectivement, c'est un des éléments les plus fragiles dans la libération et la réintégration. »

Anthony Lake a dit qu'un financement rapide, durable et souple était la seule façon de garantir que les Engagements de Paris soient honorés par des actes. Il a demandé un soutien actif et généreux.

« Il est temps d'achever cette mission, » a-t-il dit. « Même un petit investissement peut entraîner d'énormes apports dans les vies de ces enfants et ils ont désespérément besoin de notre aide. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Regarder la vidéo de plaidoyer de l'UNICEF qui explore les questions entourant l'utilisation des enfants dans les conflits armés.
 VIDÉO  haut | bas

Recherche