République démocratique du Congo

L’UNICEF aide à la réinsertion des ex-enfants soldats en RD du Congo

Par Ndiaga Seck

DUNGU, République démocratique du Congo, 11 février 2011 – Cette année a apporté de la joie à la famille d’une femme appelée Charlotte, ici dans l’est de la République démocratique du Congo. Raul, son neveu de 14 ans, est revenu après une longue épreuve. En septembre 2008, Raul avait été enlevé par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), un groupe armé qui ravage la Province orientale de la République démocratique du Congo. « Le jour où j'ai entendu dire que Raul avait été enlevé, j’ai été très triste et j’ai eu très peur. J'ai pleuré toute la nuit », se souvient Charlotte.

VIDÉO (en anglais) : 17 janvier 2011 - Ndiaga Seck, de l’UNICEF, enquête sur l’aide que des communautés locales apportent à la réinsertion d’ex-enfants soldats dans l’est de la RD du Congo..  Regarder dans RealPlayer

 

A cette époque, Raul était un élève de l'école primaire. Aujourd'hui, il est presque un adulte. Quand il est rentré le 31 décembre 2010 dans son village de Dungu, sa famille l'a accueilli à bras ouverts. Il a eu de la chance car ce n'est pas toujours le cas; de nombreuses familles rejettent leurs enfants, parce qu’elles ont honte d’eux ou sont révulsées par les actes qu’ils ont commis. Charlotte sait que son neveu a changé. « Il a toujours été intelligent, mais maintenant il pense trop au passé », dit-elle.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/DRC/2011/Seck
Raul, L'ex-enfant soldat (ce n’est pas son vrai nom), 14 ans, retrouve sa tante Charlotte après avoir été enlevé par l’Armée de résistance du Seigneur dans l’est de la RD du Congo.

Des vies changées à jamais

Le soir, Raul a du mal à dormir à cause des meurtres qu'il a vus et des atrocités qu'il a été obligé de commettre. « Je n’osais pas refuser, parce qu'un de mes amis qui avait refusé de tuer a été lui-même abattu », dit Raul. « Si je ne prie pas avant d'aller me coucher, je rêve que la LRA vient me tuer ou m’enlever à nouveau ».

Raul est l'un des nombreux enfants dont la vie a été changée à jamais par la terreur qu’ils ont vécue. Depuis que les attaques de la LRA  ont commencé, en 2008, la situation humanitaire et sécuritaire dans le territoire de Dungu est devenue très volatile.

De 2008 à 2010, l'UNICEF et son partenaire non gouvernemental COOPI ont fourni une assistance à 1570 enfants qui étaient associés à des forces ou groupes armés, y compris 585 filles et 764 garçons associés à la LRA. Trente-trois enfants non congolais ont été rapatriés - dont 18 qui venaient du Soudan, 12 de la République centrafricaine et trois de l'Ouganda. Après leur démobilisation, les enfants comme Raul reçoivent des soins médicaux et psycho-sociaux pour les aider à surmonter leur traumatisme.

Image de l'UNICEF
Raul (ce n'st pas son vrai nom) est resté plus d’une année avec l’Armée de résistance du Seigneur, un groupe armé rebelle de la Province Orientale, dans l’est de la RD du Congo.

Les familles locales accueillent les enfants

 Pour protéger les enfants lors de leur retour à une vie normale, ils sont hébergés dans des familles auxquelles l’UNICEF apporte un soutien.

«Nous utilisons la communauté pour accueillir ces enfants. Outre la question de la sécurité, leur intégration est plus facile quand ils sont, dès le départ, hébergés dans des familles locales », explique Andrea Burelli, Chef du bureau de l'UNICEF à Dungu.

Pour aider les enfants démobilisés à commencer une nouvelle vie, l'UNICEF offre également des kits de démobilisation qui contiennent des chaussures, des articles d'hygiène et des vêtements civils. « Je remercie l'UNICEF des soins que mon neveu a reçus. Je sais qu'il est intelligent et que son avenir est plein de promesses », dit Charlotte avec un sourire. Quant à Raul, il aimerait simplement retourner à l'école et vivre la vie normale d'un enfant.


 

 

Recherche