Colombie

L’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF Danny Glover met en lumière les droits des enfants en Colombie

Par M.P. Nunan

CARTHAGÈNE, Colombie, 23 novembre 2011- Dans la ville fortifiée historique de Carthagène, l’Ambassadeur itinérant de l'UNICEF Danny Glover se promène en calèche.

VIDÉO (en anglais) : 20-23 novembre 2011 – La correspondante de l’UNICEF MP Nunan présente la visite de l’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF Danny Glover en Colombie.  Regarder dans RealPlayer

 

Son cocher,  Armando Franco, est bien plus qu’un simple cocher. Il prend part à « Je suis le mur » (I Am the Wall), un projet de la Fondation Renacer, une Organisation non gouvernementale soutenue par l'UNICEF.

Inspirés par la protection qu’offrent les remparts de la ville, Armando Franco et d'autres personnes,notamment les vendeurs de plage et les commerçants, ont été formés pour repérer les signes d’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales  ou d'abus sexuels sur enfants. S’ils ont des soupçons, ils alertent les autorités. Dans de nombreux cas, des arrestations ont été effectuées grâce à des informations de participants au mouvement « Je suis le mur » et plusieurs auteurs d’abus sexuels ont été condamnés.

 « Rien qu’en le voyant circuler du haut de sa calèche, capable d’observer ce qui se passe autour de lui, on comprend à quel point lui et les gens comme lui peuvent vraiment combattre le commerce du sexe », constate Danny Glover. « Il est une partie essentielle, vitale, de cette lutte ».

« Le tourisme à des fins sexuelles commence à disparaître » affirme Armando Franco. « On travaille depuis quelques années maintenant et on le voit rarement. Les mauvais garçons se sont donnés le mot ».

Soutien des entreprises privées

Cinquante-trois hôtels, bars et restaurants de  Carthagène ont également signé un « Code conduite spécial » en vertu duquel toute personne qui amène une personne mineure dans un de ces établissements doit fournir la pièce d’identité de ce mineur, pour empêcher que des actes d’exploitation sexuelle ne se déroulent dans leur établissement. Le programme doit être reproduit dans d'autres villes colombiennes.

Acteur et militant de l’humanitaire de renommée mondiale, Danny Glover est Ambassadeur itinérant de l'UNICEF depuis 2004. Il a récemment passé trois jours en Colombie pour aider l’UNICEF à demander que le secteur privé soutienne le bien-être des enfants du pays.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-1840/Dormino
L’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF Danny Glover pose pour une photo avec deux équipes suite à la cérémonie d’inauguration du premier tournoi national Golombiao à Medellin.

« Il y a deux Colombie » explique la Représentant de l'UNICEF en Colombie, Miriam de Figueroa. « Il y a celle qui est prospère, celle qui progresse, en termes d'économie. Mais nous avons aussi l'autre Colombie, celle qui dévoile des inégalités considérables au sein de chaque catégorie de population et parmi les personnes d’origine africaine, les populations autochtones et celles qui vivent dans les zones rurales du pays ».

Cette iniquité, aggravée par des divisions ethniques et des conflits civils  persistants, a entraîné  la formation de groupes armés, d’organisations criminelles et de réseaux de trafic de drogue, qui cherchent activement à recruter des jeunes.

Et c'est une des raisons pour lesquelles Danny Glover a décidé de se mobiliser.

Protéger les enfants

Le message de l'UNICEF, affirme Danny Glover, « repose sur l’idée de paix, l’idée du respect entre sexes. L'objectif est de prévenir la manipulation des enfants, que ce soit par l'industrie du sexe ou par d’autres forces qui les obligent à adhérer à divers groupes qui soutiennent la violence ».

« Et certainement ici, en Colombie, un pays à revenu intermédiaire, nous souhaitons que les diverses communautés travaillent pour les enfants, dans un esprit de responsabilité », affirme Danny Glover.

Sur scène dans une installation sportive de la ville de Medellin, Danny Glover se tient devant un auditoire subjugué de 300 jeunes athlètes et de centaines d'autres personnes.  C’est lui qui inaugure le premier tournoi national de football « Golombiao ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-1833/Dormino
Des enfants écoutent l’Ambassadeur itinérant Danny Glover raconter ses expériences au Centre « La Boquilla » à Carthagène, au cours de sa visite de deux jours en Colombie.

« Mes partenaires, l'UNICEF et moi-même sommes heureux d’être avec vous pour le coup d'envoi, pour commencer ce jeu de la paix avec le sport le plus populaire du monde, le football », a déclaré Danny Glover.

Promouvoir la compréhension par le sport

Golombiao combine les mots de  « but » (Gol en espagnol) et « Colombie ». Cette stratégie, qui cherche à favoriser la compréhension entre les jeunes Colombiens de nombreuses communautés ethniques et géographiques, a été élaborée par le gouvernement du pays avec le soutien de l'UNICEF.

On ne compte pas les buts dans « Golombiao ».  Au lieu de tenir le score, ce sont les joueurs eux-mêmes qui se jugent et jugent les autres sur la base de leur capacité à jouer tout en adhérant à sept principes, dont la liberté d’expression, la non-violence et l’égalité entre sexes.

Les équipes de huit joueurs doivent se composer d’un nombre égal de garçons et de filles. Une fille doit marquer le premier but de chaque équipe. A la fin du match, les joueurs décident quelle équipe a gagné.

Lénine Esteban Garcia, 19 ans, un des joueurs de ce tournoi bien particulier, affirme qu’il n’a pas été soumis directement à des pressions d’un groupe armé cherchant à le recruter mais en ce qui concerne ses amis, c’est une autre histoire.
 
« Mes amis me disent que c’est bien de se joindre à eux, ils vous donnent de l'argent et tout ça »,  raconte Garcia. « Mais dans mon esprit, je sais que ce n'est pas bon, donc je ne vais pas les rejoindre. Je continue à étudier ».

À la fin de sa visite, Danny Glover a également assisté à la signature d'un protocole d'accord par Mme de Figueroa, de l’UNICEF, et le responsable du secteur social de la Colombie, M. Samuel Azout. La « Signature du Plan stratégique sur la responsabilité sociale et les enfants, en tant qu’engagement des secteurs privé et public » réaffirme  l'engagement pris par le gouvernement et l’UNICEF de se servir du secteur privé en vue d’améliorer le bien-être des enfants.


 

 

Recherche