Protection de l'enfant contre la violence, l'exploitation et les abus

Enfants privés de soins parentaux

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2007-2751/Claudio Versiani
Isabel Homez, 91 ans, tient sa petite fille Marlene Martinez, qui a cinq ans. appartenant aux peuples mayas autochtones, elles vivent dans une zone rurale isolée de la municipalité de Chinautla, dans le département de Guatemala.

Les enfants perdent parfois leur première ligne de défense et de protection, leurs parents. Les raisons d'une telle séparation sont diverses et comprennnent les enlèvements, la traite des enfants, les mouvements migratoires, la vie dans la rue, ou le recrutements par des Forces ou groupes armés ; le placement dans des institution devant leur assurer une protection de remplacement en raison de problèmes liés à la santé, à l’éducation, à la violence domestique, à la pauvreté, à la mort des parents ou à la stigmatisation sociale.

En 2008, en Europe centrale et orientale, sur 1,3 million d'enfants qui vivent dans des institutions des structures d'assistance publique ; à peine moins de la moitié vivent dans de grands foyers ou pensionnats (UNICEF, "À la maison ou dans un foyer", 2011). Au Moyen-Orient et en Afrique, on estime que plus de 300 000 enfants vivent en institution (UNICEF 2009 Progrès pour les enfants). Mais ces chiffres pourraient être largement sous-estimés.

L'UNICEF adhère aux Lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2009.  Ces directives encouragent les efforts déployés pour maintenir chaque fois que possible les enfants au sein de leur famille. Quand cela n'est pas dans l'intérêt de l'enfant, l'État a le devoir de faire respecter les droits de l'enfant et de lui assurer une protection appropriée dans un autre cadre : par des membres de la parenté, par des parents adoptifs ou des familles d'accueil, dans d'autres formes de placement familial ou à caractère familial, dans des foyers d'accueil ou des structures autonomes surveillées. Le recours à une protection de remplacement ne devrait se faire qu'en cas de nécessité, et de façon à promouvoir le bien-être de l'enfant, afin de lui apporter une protection stable, sûre et à long terme, et si possible en réunissant l’enfant avec sa famille. Les faits constatés prouvent que la qualité de la protection de remplacement détermine de façon cruciale le bien-être d'un enfant. Les enfants placés en institution pour une longue durée risquent davantage de présenter des troubles du développement cognitif, social et émotionnel (particulièrement chez les enfants de moins de trois ans).

L'UNICEF aide les gouvernements à renforcer leurs législations et politiques pour pleinement intégrer les Lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants (2009); encourage les gouvernements à renforcer l'aide sociale (dont les activités communautaires) et les services de protection sociale pour appuyer et renforcer les familles afin de consolider les liens familiaux et prévenir les séparations, et de faciliter la réinsertion dans le milieu familial quand cela est possible.

Ces directives s'appliquent dans des contextes de développement et dans des situations d'urgence, où elles recommandent que des mesures soient prises pour rechercher et réunir les familles,  et où la prise en charge en institutions ne doit être qu’une mesure temporaire prise en attendant de placer les enfants dans des structures à caractère familial. Ces directives sont par ailleurs en accord avec les Principes directeurs inter-agences relatifs aux enfants non accompagnés ou séparés (2004) qui s'appliquent dans les situations d'urgence.

Pour de plus amples informations, consultez la page des ressources.


 

 

Lignes directrices et manuels

Nations Unies, Lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants, 2010 (PDF)

Réseau Better Care et UNICEF, Manual for the Measurement of Indicators for Children in Formal Care, 2009

La Déclaration commune sur l'application d'une protection sociale adaptée aux enfants, 2009, a été approuvé par le  Department for International Development, United Kingdom (DFID UK), HelpAge International, Hope and Homes for Children, Institute of Development Studies, l'Organisation internationale du travail (OIT), Overseas Development Institute, Save the Children UK, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme desNations Unies pour le développement (PNUD), la Banque mondiale, World Vision.

UNICEF, Children in Informal Alternative Care, 2011

Ressources des partenaires

Sites web externe :
Réseau Better Care
(améliorer la protection)

Boîte à outils Better Care

Conférence de La Haye du droit international privé : protection des enfants et adoption internationale

Recherche