Protection de l'enfant contre la violence, l'exploitation et les abus

Alors que l’UNICEF désigne une porte-parole sur la violence contre les enfants, un rapport des Nations Unies donne des signes d’espoir

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2007/Toutounji
La Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman (à droite), accueille Sarah Jones, qui vient d’être nommée Porte-parole de l’organisation sur la violence contre les enfants.

Par Chris Niles

NEW YORK, États-Unis, 19 octobre 2007 – Un rapport faisant le point sur l’éradication de certaines des pires formes de violence contre les enfants,  présenté aujourd’hui à l’Assemblée générale des Nations Unies, indique que des progrès ont été réalisés. Ce rapport arrive au moment précis où l’actrice Sarah Jones, qui a remporté le Tony Award, vient d’être nommée par l’UNICEF son premier Porte-parole sur la violence contre les enfants.

On enregistre des signes d’amélioration au niveau des taux de traite des enfants, d’exploitation sexuelle à des fins commerciales, de violence dans un cadre éducatif, et de certaines formes de travail des enfants, indique ce rapport, qui est présenté aujourd’hui à l’Assemblée générale des Nations Unies afin de mettre à jour l’étude sans précédent du Secrétaire général, il y a un an. 

Selon ce nouveau rapport, des progrès ont également été réalisés en ce qui concerne les 12 recommandations de base de l’étude faite en 2006, notamment dans le domaine des réformes juridiques, de la formation des professionnels qui s’occupent des enfants touchés par la violence, des campagnes de sensibilisation et de la responsabilisation.
Le rapport recommande une mobilisation des communautés afin de générer un changement du climat social, renforcé par un appui politique à tous les niveaux. Il insiste en outre sur la nécessité d’une collaboration des enfants et des jeunes à ce processus.

« Mettre fin à la violence contre les enfants »

« Nous  devons tous nous unir pour mettre fin à la violence contre les enfants, quel que soit le contexte social, économique et culturel » a déclaré Mme Jones.

À l’occasion de la sortie de cette mise à jour de l’étude sur la violence, 1 000 ONG de 134 pays ont lancé un appel en vue d’intervenir au niveau des Nations Unies contre ce fléau. Mme Jones, une actrice qui a reçu le Tony Award, a interprété sur scène un spectacle dont elle est l’auteur, visant à attirer l’attention sur le problème.

Dans ce spectacle, comme dans le « one-woman show » Bridge and Tunnel qu’elle joue avec un succès retentissant à Broadway, Mme Jones interprète plusieurs rôles différents.

Chacun des personnages donne ici son opinion sur la violence contre les enfants.

Espérer une amélioration

« Cela donne d’autres perspectives. On ne se borne pas seulement à des actualités ou à des statistiques, on découvre des visages et on entend des voix, » a dit Mme Jones, en parlant de son effort de sensibilisation que représente son spectacle. « Il a davantage d’impact. »

« J’espère vraiment qu’il est possible d’améliorer les choses dans le domaine de la violence contre les enfants » a poursuivi Mme Jones. « L’une des raisons qui me permet d’espérer, paradoxalement, c’est que nous nous heurtons tous à ce problème, dans tous les pays. Peu importe où vous vous trouvez, la violence contre les enfants fait partie du quotidien. »


 

 

Vidéo (en anglais)

19 octobre 2007 :
Sarah Jones, qui vient d’être nommée Porte-parole sur la violence contre les enfants, parle de ses nouvelles fonctions.
 VIDEO  haut | bas

La dramaturge et actrice, Sarah Jones , a interprété à L’ONU un spectacle dont elle est l’auteur, visant à attirer l’attention sur le problème de la violence contre les enfants.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche