Protection de l'enfant contre la violence, l'exploitation et les abus

Une étude recommande la prise de mesures pour mettre fin à la violence contre les enfants

Image de l'UNICEF: UN Study: Violence against children
© UNICEF/HQ05-1776/Pirozzi
Quelque 275 millions d’enfants sont témoins chaque année d’actes de violence au foyer. Ce jeune Ukrainien a vu son père tuer sa mère.

Par Jane O’Brien

NEW YORK, 12 octobre 2006 – L’une des études les plus détaillées jamais réalisées sur la violence contre les enfants montre que des millions de jeunes dans le monde subissent les pires formes de la maltraitance, et ne sont que peu ou pas protégés.

L’étude du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence contre les enfants, présentée à l’Assemblée générale hier, examine le problème dans cinq cadres particuliers – le foyer, l’école, les institutions, le lieu de travail et la communauté.

Malgré un manque chronique de données, le rapport conclut que la violence est omniprésente, souvent perpétrée par une personne que connaît l’enfant, et que ces agressions sont souvent cachées ou impunies.

Image de l'UNICEF: UN Study: Violence against children
© UNICEF/HQ96-0959/Balaguer
Des millions de jeunes sont obligés de travailler dans des conditions dangereuses. Ces enfants extraient de la pierre ponce dans une mine au Pérou.

Dénoncer la violence

« Dans tous les pays, des enfants continuent de craindre et de subir la violence », explique le professeur Paulo Sérgio Pinheiro, l’expert indépendant nommé par le Secrétaire général à la tête de l’étude. « La violence ne connaît pas de barrières sociales, culturelles, religieuses ou ethniques. Des situations extrêmes, comme la mainmise de gangs armés sur les communautés, aux pratiques ordinaires qui ont cours à l’école, les enfants doivent faire face à un grand nombre de formes différentes de la violence. »

L’étude a nécessité des milliers de consultations avec des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des experts, et surtout, avec des enfants eux-mêmes. Beaucoup ont rapporté des actes de violence qu’ils ont eux-mêmes subis ou dont ils ont été témoins.

Harry Lopez, 18 ans, travaille dans certains des quartiers les plus violents de Caracas, Venezuela. Il anime un atelier dans les locaux d’une ONG locale qui donne aux enfants et aux jeunes la possibilité de se réunir et de parler.

« Entendre un enfant me dire qu’il ne peut pas sortir de chez lui parce qu’il a peur de se faire agresser – qu’il a peur de jouer dans son quartier parce que ça pourrait lui coûter la vie – c’est ça qui m’a poussé à m’engager contre la violence », dit-il.

Image de l'UNICEF: UN Study: Violence against children
© © UNICEF video
Le Secrétaire général de l'ONU Kofi Anan remercie des enfants pour leur contribution à létude sur la violence contre les enfants.

Le devoir de protéger les enfants

« Les gens doivent commencent à considérer la violence contre les enfants comme une réalité inacceptable qui requiert notre intervention, et non pas comme un phénomène tragique, isolé et inévitable », affirme Karin Landgren, responsable de la protection de l’enfant à l’UNICEF. « Les conclusions du rapport indiquent deux voies à suivre. Elles contiennent un ensemble de recommandations concrètes destinées aux États, et soulignent le besoin d’effectuer beaucoup plus de recherches et d’études. »

Le professeur Pinheiro demande aux États d’assumer la responsabilité principale de la prévention de la violence contre les enfants en mettant en place un cadre juridique à toute épreuve. « Cela veut dire qu’il faut interdire toutes les formes de la violence contre les enfants, à quelque moment que ce soit, et quel que soit l’individu qui la commette. Cela veut dire aussi qu’il faut investir dans des programmes de prévention pour traiter les causes sous-jacentes de la violence.

« Les enfants ne peuvent accepter que cette étude ne soit qu’un rapport de plus, oublié sur les étagères du monde entier », ajoute-t-il. « Nous avons le devoir de veiller à ce que les enfants exercent leur droit de vivre à l’abri de la violence. »


 

 

Vidéo (en anglais)

12 octobre 2006 :
Des enfants parlent de la violence qui les affecte.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

12 octobre 2006 :
la correspondante de Radio UNICEF Blue Chevigny présente le point de vue de cinq enfants de différents pays, qui ont tous participé à l’étude du Secrétaire général des Nations Unie sur la violence contre les enfants.
AUDIO écouter

Vidéo (en anglais)

12 octobre 2006:
Le Secrétaire général de l'ONU Kofi Anan parle à des enfants lors du lancement de l'étude de l'ONU.
 VIDEO  haut | bas


12 octobre 2006:
La Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman explique que la nouvelle étude est une référence.
 VIDEO haut | bas


12 octobre 2006:
Dr. Etienne Krug de l'Organisation Mondiale de la Santé souligne l'étendue de la violence contre les enfants.
 VIDEO haut | bas


12 octobre 2006:
L'Expert indépendant Paulo Sérgio Pinheiro décrit les principales conclusions de l'étude.
 VIDEO haut | bas

Recherche