Protection de l'enfant contre la violence, l'exploitation et les abus

Premier groupe de travail régional arabe sur la lutte contre le trafic d'enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1751/Zaidi
Un groupe de 64 enfants en provenance de Dubaï arrive à l'aéroport international de Lahore, au Pakistan. Ils sont le septième groupe d'enfants ex-jockeys de chameaux à être rapatriés dans le cadre de l'accord signé en mai 2005 entre les Emirats Arabes Unis et l'UNICEF.

Par Esmaeil Ibrahim

RIYAD, Arabie saoudite, 1er mars 2006 – Les participants au premier groupe de travail jamais créé sur la lutte contre le trafic d'enfants dans le monde arabe ont demandé que ces pratiques soient érigées en crime.

Le groupe de travail, qui a achevé ses activités ici la semaine dernière, mise sur la prise de conscience progressive de l'importance des droits de l'enfant, dont témoigne la récente interdiction par les Emirats arabes unis (EAU) de l'utilisation de jeunes enfants comme jockeys dans les courses de chameaux.

Parmi les participants figuraient des représentants officiels de gouvernements au niveau national et local, des universitaires, des chefs religieux ainsi que des représentants de différentes organisations de la société civile. Neuf pays étaient représentés durant cet évènement : l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar, le Bahreïn, le Yémen, le Liban, l'Egypte et la Jordanie.

Les délégués se sont aussi exprimés en faveur du développement de Plans d'action nationaux pour lutter contre le trafic d'enfants; pour le renforcement de la coopération régionale et de ses liens; pour une aide supplémentaire en faveur du développement des capacités; et pour un partenariat avec l'UNICEF et les différentes organisations internationales en réponse au trafic d'enfants.

L'ampleur du problème

Le groupe de travail était organisé par l'Académie Naif Arab des Sciences de la Sécurité et l'UNICEF.

«Cette réunion restera mémorable, a déclaré June Kunugi, la Représentante de l'UNICEF dans les Pays du  Golfe persique. Nous félicitons l'Académie Naif Arab ainsi que le Royaume d'Arabie Saoudite et les remercions d’avoir accueilli le premier groupe de travail arabe sur un sujet d'une telle importance.»

«Cela a été l’occasion d'acquérir une connaissance technique du dossier, de partager les expériences nationales et de s'engager collectivement dans une coopération et une action de suivi.»

On estime que chaque année, quelque 1,2 million d'enfants risquent d’être victimes de ce trafic. La traite d’enfants est un problème mondial qui touche aussi bien les pays industrialisés que les pays en développement. Plusieurs raisons expliquent l’existence de ce phénomène : citons entre autres, l'utilisation des enfants comme main-d'œuvre à bon marché, le travail forcé, l'exploitation sexuelle ou le recrutement par les forces armées ou les groupes en conflit.

Les enfants obligés de travailler comme jockeys de chameaux dans la région du Golfe ont la plupart du temps été vendus par leurs familles, quelquefois alors qu’ils avaient à peine quatre ou cinq ans. Ils ont été amenés d'autres pays, contraints à des conditions de vie pénibles et obligés de travailler de longues heures dans un sport dangereux.

Image de l'UNICEF
© Naif University
Le Dr Ushari Khalil, consultant senior de l'UNICEF pour la protection de l'enfant; June Kunugi, Représentante de l'UNICEF pour Oman et le bureau de la région du Golfe; le professeur A. Al-Ghambi et le Dr Al-Shehri, de l'Académie Naif.

Le groupe de travail dans les détails

Les discours liminaires  été prononcés par le Sheik Dr Hamza al Fi`er, un des sheiks de la Sainte Mosquée de Makkahal Mukarramah et professeur de charia à l'Université d'Um al-Qura ainsi que par le professeur Ali al Namla, ancien Ministre du travail et des affaires sociales d'Arabie Saoudite.

L'accord entre les Emirats arabes unis et l'UNICEF, signé en mai 2005 avec pour but de financer le rapatriement et l'intégration des ex-enfants jockeys ainsi que l'interdiction d'utiliser des jockeys âgés de moins de seize ans, a fait l’objet de discussions au cours des travaux.

Des experts internationaux ont conduit les débats sur les différents aspects du problème du trafic d'enfants; parmi ceux-ci :

  • définitions et cadres directeurs
  • expériences internationales et enseignements tirés de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique
  • la protection des enfants victimes du trafic
  • les poursuites contre les trafiquants
  • la coopération internationale
  • les structures nécessaires à l'orientation, à la coordination et à l’exécution
  • un Plan d'action national modèle pour lutter contre le trafic d'enfants dans les pays arabes.

La coopération entre l'UNICEF et l'Arabie saoudite contre le trafic d'enfants et  à leur exploitation a commencé en 2004 quand son Altesse Royale le Prince Abdul Majiid Bin Abdul Aziz a demandé l’appui de l'UNICEF pour mieux protéger les enfants vendeurs de rues ou mendiants.

L'UNICEF a commencé à apporter son aide à un abri de Jeddah qui, jusqu'à présent, a  accueilli plus de 3 000 enfants victimes du trafic et en a rapatrié plus de 2 000, au Yémen, au Nigéria, en Afghanistan, au Pakistan, au Niger et dans d'autres pays.


 

 

Recherche