Protection de l'enfant contre la violence, l'exploitation et les abus

L'industrie du tourisme nord-américaine se joint à l'UNICEF dans le combat contre l'exploitation des enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0201/Markisz
Sa Majesté la reine Silvia de Suède, lors de son discours d’ouverture pour l’adoption du Code d’éthique en Amérique du Nord.

Lors d’une conférence organisée aujourd’hui par l’UNICEF sur la protection de l’enfance contre l’exploitation sexuelle, sa Majesté la reine Silvia de Suède a réaffirmé son engagement pour la défense des mineurs contre les prédateurs sexuels. Ce colloque a marqué l’entrée en vigueur d’un « Code d’éthique » destiné à l’industrie nord-américaine du tourisme, signé par Marilyn Carlson Nelson, présidente de la Carlson Company Inc.

La reine Silvia a affirmé que l’exploitation sexuelle d’enfants constituait un « crime contre l’humanité. »

Le code est conçu pour protéger les enfants contre l’exploitation sexuelle à des fins commerciales, industrie qui brasse des milliards de dollars et fait 2 millions de jeunes victimes chaque année.

Lors de la conférence, un groupe d’experts de haut niveau s’est réuni au siège de l’UNICEF. Etaient présents :

  • Dawid de Villiers, de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) ;
  • John Miller, du ministère des Affaires étrangères des Etats-Unis ;
  • Carol Smolenski du réseau ECPAT Etats-Unis (Eradication de la prostitution enfantine, de la pornographie enfantine et du trafic d’enfants à des fins sexuelles) ;
  • Carol Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF.

« L’industrie des voyages a un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre l'exploitation sexuelle à des fins commerciales, » a déclaré Mme Bellamy. « Nous ne pouvons pas fermer les yeux plus longtemps alors que, dans nos propres communautés, certains se rendent coupables de maltraitances inimaginables à l'égard d’enfants. Ils commettent les pires forfaits. Non seulement ils bafouent froidement la dignité humaine, mais ils le font dans la plus totale impunité. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0202/Markisz
(De gauche à droite) Dawid de Villiers, Secrétaire général adjoint de l'OMT ; Carol Smolenski, Directrice générale d’ECPAT Etats-Unis ; Marilyn Carlson Nelson, Présidente et Directrice générale de Carlson Companies, Inc.

Le Code d’éthique protège les enfants dans le monde entier.

L’UNICEF s’est allié à l’Organisation mondiale du tourisme et au réseau international de soutien ECPAT pour lancer le Code d’éthique.

La reine Silvia a accueilli le premier Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales en 1996, à Stockholm, en Suède. Le Code d’éthique a été adopté en avril 1998 par ECPAT Suède en collaboration avec l’industrie du tourisme scandinave et l’Organisation mondiale du tourisme.

Le code consiste en une procédure volontaire, actuellement appliquée dans 45 pays. En le signant, les professionnels de l'hôtellerie et du voyage (y compris les agents de voyage, les compagnies aériennes, les travailleurs hôteliers, etc.) s'engagent à mettre fin à l’exploitation sexuelle des enfants par divers moyens dont :

  • la création d’une éthique d'entreprise contre l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales ;
  • la formation du personnel dans les pays où les enfants sont sexuellement exploités ;
  • l’introduction de clauses dans les contrats passés avec les fournisseurs, précisant le refus par les parties d'exploiter sexuellement des enfants ;
  • l’information des voyageurs sur l'exploitation sexuelle des enfants.

    Combattre l’industrie du tourisme sexuel.

    La mise en vigueur du « Code d’éthique » en Amérique du Nord constitue un outil essentiel pour l’industrie du tourisme dans la lutte contre l’univers sinistre et souvent secret du commerce touristique sexuel qui implique des mineurs (selon la Convention relative aux droits de l’enfant, toute personne, garçon ou fille, âgée de moins de dix-huit ans, est considérée comme mineure).

    « Il incombe à chacun de protéger les enfants contre l'exploitation sexuelle à des fins commerciales, » a déclaré Carol Smolenski, Directrice d’ECPAT Etats-Unis. « Un code constitue un parfait exemple de la façon dont l'industrie du voyage peut jouer son rôle dans la création d'un environnement qui protège les enfants. »

    Selon l’UNICEF, à la fin de l’année 2000, rien qu’aux Etats-Unis, 325 000 enfants risquaient d’être victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales. Selon ECPAT Etats-Unis, environ 25 pour cent des touristes sexuels hors des Etats-Unis sont américains.

    Afin de résoudre ce problème grandissant, de nombreux pays, y compris les Etats-Unis, ont adopté des lois interdisant les voyages à l'étranger dans le but de se livrer à des actes sexuels sur un mineur.

    Après avoir signé le code, Madame Carlson Nelson a exhorté ses concurrents de l’industrie du tourisme à s’engager dans le combat pour la protection des enfants contre les touristes sexuels.


     

     

    Recherche