Progress for Children Homepage
PROGRÈS POUR LES ENFANTS: UN MONDE DIGNE DES ENFANTS, BILAN STATISTIQUE Voir les numéros précédents >

Discipline imposée aux enfants

Discipline imposée aux enfants

Objectif défini dans Un monde digne des enfants : protéger les enfants contre toutes les formes de maltraitance, de délaissement, d’exploitation et de violence

Le recours à des méthodes violentes pour imposer la discipline aux enfants n’est pas rare. Selon les enquêtes menées dans 29 pays et territoires, 86 % des enfants âgés de 2 à 14 ans avaient subi des sanctions disciplinaires violentes à la maison; dans pratiquement tous ces pays, discipline était synonyme de violence pour plus de la moitié des enfants et un enfant sur cinq avait subi des châtiments corporels violents.

Le recours à la violence pour imposer la discipline se retrouve dans tous les contextes socioéconomiques. Dans la majorité des pays, les enfants vivant dans les ménages les plus démunis sont autant exposés aux châtiments violents que les enfants des milieux les plus aisés; de même, les enfants des zones rurales sont sur le même rang que les enfants des villes.

La proportion de mères ou de personnes responsables d’enfants qui pensent que les châtiments corporels sont nécessaires pour éduquer les enfants varie d’un pays à l’autre mais elle est toujours inférieure à la proportion d’enfants qui affirment avoir subi un châtiment corporel physique mineur au cours du mois qui a précédé l’enquête – 28 % et 62 %, respectivement. Le milieu social et culturel exerce une influence profonde sur la relation entre de telles attitudes et comportements.

Dans son étude sur la violence contre les enfants (2006), le Secrétaire général des Nations Unies demande que l’on cesse de justifier la violence perpétrée contre les enfants par la tradition ou la nécessité de faire régner la discipline, et il exhorte les États à interdire toutes les pratiques violentes et notamment les châtiments corporels.

 

86 % DES ENFANTS SUBISSENT DES MÉTHODES DISCIPLINAIRES IMPOSÉES PAR LA VIOLENCE

Pourcentage des enfants âgés de 2 à 14 ans victimes de violence, par méthode disciplinaire, dans 29 pays étudiés (2005–2006)

 

LES CHÂTIMENTS CORPORELS SONT  UN PHÉNOMÈNE FRÉQUENT MÊME LORSQUE LA SOCIÉTÉ LES RÉPROUVE

Pourcentage d’enfants âgés de 2 à 14 ans soumis à des châtiments corporels mineurs et pourcentage de mères ou de responsables d’enfants convaincus que les enfants doivent être punis physiquement (2005–2006)

Définitions
Par discipline violente, on entend les mesures prises par un des parents ou une personne qui s’occupe d’enfants visant à provoquer une douleur physique ou une souffrance psychologique chez l’enfant dans le but de corriger un comportement ou comme moyen de dissuasion. La discipline violente peut revêtir deux formes : l’agression psychologique et les châtiments physiques ou corporels. La première forme consiste à crier, hurler et insulter l’enfant. Les châtiments physiques ou corporels ont pour but de provoquer une douleur ou une gêne physique chez l’enfant, sans le blesser. Les châtiments physiques mineurs consistent à secouer l’enfant, le gifler, le frapper sur les mains, les bras, les jambes ou les fesses. Les châtiments corporels graves consistent à frapper l’enfant sur le visage, la tête ou les oreilles, ou à battre l’enfant avec force ou à plusieurs reprises. Dans les enquêtes, on demande aux mères ou aux responsables d’enfants si leurs enfants ont subi des sanctions disciplinaires violentes de ce type à la maison au cours du mois écoulé.


 

Source des chiffres cités sur cette page : bases de données mondiales de l’UNICEF, 2007, sur la base d’EDS et de MICS et d’autres études nationales réalisées dans 29 pays, 2005–2006.