Progress for Children Homepage
PROGRÈS POUR LES ENFANTS: UN MONDE DIGNE DES ENFANTS, BILAN STATISTIQUE Voir les numéros précédents >

LES ENFANTS VIVANT DANS DES MÉNAGES PAUVRES ET DANS DES ZONES RURALES ONT MOINS DE CHANCES DE RECEVOIR LE TRAITEMENT RECOMMANDÉ EN CAS DE MALADIES DIARRHÉIQUES

Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans atteints de diarrhée traités par la réhydratation orale ou par une augmentation du volume de fluides avec poursuite de l’alimentation dans les pays en développement, en fonction des caractéristiques familiales (2000–2006)

Maladies diarrhéiques

Maladies diarrhéiques

Cible définie dans Un monde digne des enfants : réduire de moitié le nombre de décès par diarrhées chez les enfants de moins de 5 ans

Les maladies diarrhéiques provoquent chaque année près de 2 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans, ce qui fait de ce fléau la deuxième cause la plus courante de décès d’enfants de par le monde. Depuis plus de 20 ans, la thérapie par réhydratation orale (TRO) est la pierre angulaire de la lutte contre ces maladies. Les recommandations concernant son utilisation ont toutefois évolué au fil des années, ce qui explique la pénurie relative de données comparables concernant ce traitement à partir du début et jusqu’au milieu des années 1990. Les données disponibles indiquent que la couverture pour le traitement des enfants de moins de 5 ans semble s’être fortement améliorée dans le monde en développement (à l’exception de la Chine) ces dix dernières années, y compris en de nombreuses régions d’Afrique subsaharienne. La couverture reste toutefois trop faible.

Au nombre des mesures de prévention des épisodes diarrhéiques chez l’enfant on peut citer la promotion de l’allaitement exclusif au sein, l’amélioration des taux de supplémentation en vitamine A, une meilleure hygiène, une utilisation plus fréquente de sources améliorées d’eau potable et de meilleures installations d’assainissement, ainsi que des mesures encourageant la consommation de zinc et la vaccination contre les rotavirus.

PRÈS D’UN TIERS DES ENFANTS SOUFFRANT DE MALADIES DIARRÉHIQUES DANS LE MONDE EN DÉVELOPPEMENT REÇOIVENT LE TRAITEMENT RECOMMANDÉ

Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans atteints de diarrhée traités par la réhydratation orale ou par une augmentation du volume de fluides avec poursuite de l’alimentation, par région (2000–2006)

 

LA COUVERTURE PAR LE TRAITEMENT RECOMMANDÉ S’EST NETTEMENT ÉLARGIE ENTRE 1995 ET 2005

Proportion d’enfants de moins de 5 ans atteints de diarrhée traités par la réhydratation orale ou par une augmentation du volume de fluides avec poursuite de l’alimentation, sur la base d’une analyse des chiffres réunis dans 31 pays en développement (1995–2005)

 

THÉRAPIE DE RÉHYDRATATION ORALE : DES DÉFINITIONS QUI CHANGENT

Les recommandations du Programme concernant la manière de traiter les maladies diarrhéiques ont changé au fil du temps pour intégrer les méthodes qui obtiennent de bons résultats à domicile et dans la communauté. Dans les années 1980, l’Organisation mondiale de la Santé recommandait de traiter les épisodes diarrhéiques à l’aide d’une solution de sels de réhydratation orale (SRO); les recherches effectuées par la suite ont révélé que les fluides préparés à domicile – en particulier ceux qui contiennent du sodium et du glucose, du saccharose et d’autres hydrates de carbone, tels que les solutions à base de céréales – pouvaient être tout aussi efficaces. Au début des années 1990, on soulignait l’importance d’administrer davantage de fluides et de continuer à alimenter l’enfant, et plus récemment d’utiliser du zinc et des SRO à faible osmolarité dans la prévention et le traitement des épisodes diarrhéiques.  

 

Source des chiffres cités sur cette page : bases de données mondiales de l’UNICEF, 2007. L’analyse des tendances s’appuie sur un sous-groupe de 31 pays en développement pour lesquels des données comparables étaient disponibles; l’estimation pour l’Afrique subsaharienne n’inclut pas le Nigéria, et l’estimation pour les pays en développement n’inclut pas la Chine. L’analyse des disparités s’appuie sur un sous-groupe de 83 pays pour lesquels des données sur les caractéristiques familiales étaient disponibles.