Progress for Children Homepage
UN BILAN DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT, NUMÉRO 5, SEPTEMBRE 2006 Voir les numéros précédents >

Les disparités entre les zones urbaines et rurales en matière d’accès à des sources améliorées d’eau potable sont plus profondes en Afrique de l’Est/Afrique australe que dans n’importe quelle autre région du monde.

Afrique de l’Est /Afrique australe

Pendant les années 1990, les progrès ont été lents, tant en ce qui concerne l’approvisionnement en eau que l’assainissement. En 2004, 56 % seulement de la population de la région avaient accès à des sources améliorées d’eau potable, contre 48 % en 1990, ce qui reste très éloigné des 74 % nécessaires pour atteindre la cible fixée pour 2015, et 38 % de la population avaient accès à des installations sanitaires améliorées, contre à peine plus de 35 % en 1990.

Bien que 74 millions de personnes aient accédé à une source améliorée d’eau potable entre 1990 et 2004, cet élargissement de la couverture n’a pas été à la mesure de la croissance démographique et le nombre absolu de personnes qui n’ont pas accès à des sources améliorées d’eau potable est passé de 129 millions à 154 millions. Pour atteindre la cible de l’OMD d’ici 2015, il faudrait permettre à 129 millions de personnes supplémentaires d’avoir accès à l’eau potable.

Dans le secteur de l’assainissement, l’élargissement de la couverture n’a pas été à la mesure de la croissance de la population, et le nombre de personnes non desservies est passé de 162 millions à 215 millions. Pour atteindre l’objectif de 68 % de la population desservie d’ici à 2015, il faudra que 163 millions de personnes supplémentaires, soit 16 millions environ par an, aient accès à l’assainissement.

Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans en Afrique de l’Est/Afrique australe occupe la deuxième place dans le monde en développement. C’est dire si ces problèmes revêtent une importance critique.

Les situations d’urgence provoquées par les inondations et la sécheresse dans la région sont cycliques et souvent catastrophiques. En raison des changements climatiques, le cycle de la sécheresse qui frappait la corne de l’Afrique tous les 10 ans est devenu plus court et intervient tous les trois à cinq ans.

En plus, le choléra – une maladie d’origine hydrique – est toujours très menaçant.

Les disparités entre les zones urbaines et rurales concernant l’accès à des sources améliorées d’eau potable sont profondes – avec une couverture de 86 % dans les zones urbaines contre tout juste 42 % dans les campagnes.

Madagascar, le Malawi et le Mozambique affichent les progrès les plus notables de l’Afrique de l’Est/Afrique australe en termes d’accès à des installations améliorées d’assainissement entre 1990 et 2004.