Progress for Children Homepage
UN BILAN DE LA NUTRITION NUMÉRO 4, MAI 2006 Voir les numéros précédents >

Certains pays d’Afrique de l’Ouest et centrale ont considérablement amélioré le taux d’allaitement exclusif au sein des nourrissons au cours de leurs six premiers mois.

Dans la région, les taux d’allaitement exclusif au sein ont quintuplé – passant de 4 % à 22% -- de 1990 à 2004 et des améliorations similaires ont été enregistrées dans les pays. Cependant, la région a le taux d’allaitement exclusif au sein le plus faible du monde en développement.

Afrique de l’Ouest et centrale

L’Afrique de l’Ouest et centrale – région qui enregistre le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans le plus élevé du monde – est parvenue à réduire quelque peu depuis 1990 le pourcentage de ses enfants qui présentent une insuffisance pondérale mais cela est insuffisant pour que l’ensemble de la région atteigne la cible de l’OMD.
 
Sur les cinq pays qui sont en bonne voie, le Congo a le plus faible pourcentage d’enfants présentant une insuffisance pondérale (14 %). En Gambie, le pourcentage des enfants présentant une insuffisance pondérale a été ramené de 26 % en 1996 à 17 % en 2000.

Sept pays progressent mais pas suffisamment vite pour atteindre la cible de l’OMD.  Le Nigéria progresse au rythme de 2,2 % par an mais en raison de sa population importante, son pourcentage d’enfants présentant une insuffisance pondérale domine toujours es statistiques de la région. Ses taux d’allaitement exclusif au sein et de supplémentation en vitamine A mais il est devenu le premier pays de la région à réaliser l’iodation universelle du sel.

Cinq pays n’ont pas progressé ou régressé dans le domaine de la dénutrition. Le Burkina Faso et le Niger ont les taux d’insuffisance pondérale les plus élevés mais le Burkina Faso peut se prévaloir d’un taux de supplémentation en vitamine A élevé. Le Cameroun a régressé mais il conserve l’un des taux d’insuffisance pondérale chez l’enfant parmi les plus faibles de la région.

En Sierra Leone, le fort pourcentage d’enfants à faible poids de naissance (23 %) et le faible pourcentage d’enfants bénéficiant de l’allaitement exclusif au sein (4 %) contribuent au taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans le plus élevé du monde.

Même s’il y a lieu de se féliciter des progrès importants de l’allaitement exclusif au sein en Afrique de l’Ouest et centrale, où les taux ont presque été multipliés par cinq entre 1990 et 2004, les taux de cette région (20 %) restent inférieurs à ceux de toutes les autres, le Tchad (2 %) et le Niger (1 % seulement) ayant les pires taux de la région Dans trois pays de la région seulement, plus de la moitié des nourrissons bénéficient de l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de leur vie.

L’anémie reste une grave menace et un certain nombre de pays ont réalisé des enquêtes nationales qui font apparaître des taux inacceptables d’anémie chez les enfants et leurs mères.27 Le pourcentage régional d’enfants atteints de cachexie est de 10 %, mais cette moyenne masque d’importantes disparités. La cachexie affecte plus d’un million d’enfants de moins de cinq ans dans les pays du Sahel.

 

27  EDS pour le Burkina Faso (2003), le Cameroun (2004), le Ghana (2003), le Mali (2001) et le Sénégal (2005), et Enquête nationale sur l’anémie (Guinée, 2000), analysées par le Bureau régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et centrale.