Progress for Children Homepage
UN BILAN DE LA NUTRITION NUMÉRO 4, MAI 2006 Voir les numéros précédents >

Video

Nutrition et conflitbas | haut débit
(Real player)


Six pays de la région Moyen-Orient/Afrique du Nord sont mal partis pour atteindre la cible de l’OMD.

La prévalence de cas d’insuffisance pondérale chez les enfants en Algérie, Egypte, et au Maroc est de 10 % ou moins mais les progrès accomplis depuis 1999 sont insuffisants et il faut redoubler d’efforts. En Iraq, au Soudan et au Yémen, la proportion d’enfants présentant une insuffisance pondérale est en fait plus élevée qu’au début des années 90.

Moyen-Orient/Afrique du Nord

La bonne nouvelle dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, c’est que six de ses 20 pays devraient atteindre la cible de l’OMD. Qui plus est, 12 pays ont des taux d’insuffisance pondérale qui ne dépassent pas 10 %. Mais le pourcentage des enfants présentant une insuffisance pondérale a augmenté entre 1990 et 2004. Les statistiques régionales ont en quelque sorte été « rétrogradées » par la situation tragique des enfants de trois pays particulièrement peuplés : l’Iraq, le Soudan et le Yémen.

Au Yémen, 46 % des enfants présentent une insuffisance pondérale, 53 % des enfants de moins de cinq ans souffrent à présent d’un retard de croissance et 32 % des bébés présentent une insuffisance pondérale à la naissance. Au Soudan, où la guerre civile a compromis l’état nutritionnel des enfants, 41 % des enfants présentent une insuffisance pondérale et 31 % une insuffisance pondérale à la naissance. Le pourcentage des enfants souffrant de cachexie (16 %) est plus élevé au Soudan que dans n’importe quel autre pays de la région, et 1 % seulement des ménages soudanais consomment du sel iodé.

En Iraq, les taux de dénutrition et de mortalité infantile restent nettement plus élevés qu’en 1990 (données de 2000).  Le taux d’allaitement exclusif au sein y est faible et  il sera difficile de se défaire de mauvaises pratiques d’alimentation qui persistent.

La République arabe syrienne, le Territoire palestinien occupé (TPO) et la Tunisie sont les pays qui progressent le plus rapidement. Le TPO a réduit le pourcentage d’enfants de moins de cinq ans présentant une insuffisance pondérale de 5,3 % en moyenne annuelle et, comme la Jordanie et le Qatar a ramené à moins de 10 % le pourcentage des enfants souffrant d’un retard de croissance. La Tunisie a par ailleurs réalisé l’iodation universelle du sel.

Y compris l’Iraq, le Soudan et le Yémen, six pays ne sont pas en voie d’atteindre la cible de l’OMD.  Le taux d’insuffisance pondérale de l’Algérie, de l’Égypte et du Maroc ne dépasse pas 10 %, mais le rythme de progression de ces pays est insuffisant.

On suppose souvent que les problèmes de dénutrition perdront de leur gravité avec la croissance économique et le développement mais cela n’est pas toujours vrai. Le Koweït et les Emirats arabes unis, par exemple, ont des revenus nationaux bruts (RNB) par habitant élevés mais ils ont les mêmes taux de cachexie, ou des taux plus élevés, que le Yémen, où le RNB par habitant est peu élevé.

Les enfants vivant en milieu rural courent un risque d’insuffisance pondérale 1,7 fois plus élevé que ceux qui vivent en milieu urbain; et les enfants appartenant aux ménages les plus pauvres courent un risque plus de deux fois plus grand de présenter une insuffisance pondérale que ceux qui vivent dans les ménages les plus riches.28

 

28  Analyse du taux d’insuffisance pondérale selon le lieu de résidence et le cinquième le plus pauvre ou le plus riche des ménages, basée sur des données d’enquête.