Progress for Children Homepage
UN BILAN DE LA NUTRITION NUMÉRO 4, MAI 2006 Voir les numéros précédents >

Video

La nutrition et les enfantsbas | haut débit
(Real player)

 

Le tsunami met à jour la dénutrition des enfantsbas | haut débit
(Real player)


Au lendemain de toutes les situations d’urgence, la dénutrition, endémique, se traduit par une croissance exponentielle du risque de maladie et de décès parmi les enfants. Dans la plupart des situations, l’alimentation des enfants est déficiente au départ, avant même que la crise n’aggrave les problèmes structurels que sont l’insécurité alimentaire, l’accès limité aux services de santé essentiels, l’insalubrité du milieu et les mauvaises pratiques d’alimentation et de soins. On comprend que les réserves nutritionnelles limitées des jeunes enfants soient rapidement épuisées après une situation d’urgence. Les carences en micronutriments, en particulier la carence en fer, l’avitaminose A et la carence en iode, sont souvent une grave menace à la santé publique.

Situations d’urgence

Situations d’urgence

Pour favoriser l’accès aux services sanitaires et nutritionnels de qualité dès le début d’une situation d’urgence grave et au-delà, l’UNICEF a décidé de lancer un ensemble essential d’interventions, à savoir les Principaux engagements pour les enfants en situation d’urgence. Ces interventions sont : évaluations nutritionnelles rapides; vaccination antirougeoleuse, accompagnée de supplémentation en vitamine A; distribution d’aliments enrichis et de suppléments en micronutriments; appui à l’allaitement et à l’alimentation complémentaire en faveur des nourrissons et des jeunes enfants; alimentation thérapeutique et complémentaire en collaboration avec le Programme alimentaire mondial et des ONG; appui au suivi et à la surveillance nutritionnels; et information et conseils en matière de nutrition, y compris pour l’allaitement.

Au cours de la décennie écoulée, la communauté internationale a su beaucoup mieux faire face aux conséquences sanitaires et nutritionnelles des situations d’urgence complexes. Elle a amélioré les modes d’intervention, dans le domaine de la santé publique et le milieu clinique, pour faire face aux maladies à fort potentiel épidémique, en particulier dans les camps, et les taux de mortalité des enfants gravement sous-alimentés ont chuté.

Une étude demandée par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires en août 2005 a recommandé d’attribuer les responsabilités par secteur aux organisations chefs de file et le regroupement de partenaires pour améliorer l’état de préparation aux situations d’urgence et les interventions. L’UNICEF a été prié de prendre la tête du groupe chargé de la nutrition.

Lorsque les conflits et catastrophes naturelles aboutissent à des drames humains, le public et les organismes humanitaires ont tendance, à juste titre, à privilégier les enfants. Mais le nombre d’enfants qui succombent lors des urgences est faible comparé aux millions d’enfants dénutris qui chaque année tombent malades et meurent au cours de cette « urgence silencieuse » provoquée par la dénutrition, loin des préoccupations de la communauté internationale.8

Pour en savoir plus sur la nutrition dans les situations d’urgence -->

 

 

8  Gross, Rainer et d Patrick Webb ‘Wasting Time for Wasted Children: Severe child undernutrition must be resolved in non emergency settings’ The Lancet (à paraître en 2006).