Progress for Children Homepage
UN BILAN DE LA NUTRITION NUMÉRO 4, MAI 2006 Voir les numéros précédents >

Video

La crise alimentaire au Malawi aggravée par le VIH/SIDAbas | haut débit
(Real player)


Crise dans la Corne de l’Afriquebas | haut débit
(Real player)


Prévalence des cas d’insuffisance pondérale dans six pays d’Afrique australe, où la sécheresse et le VIH/SIDA ont aggravé le statut nutritionnel des enfants.

Un enfant sur cinq au Malawi, au Mozambique et en Zambie présente une insuffisance pondérale et la proportion de ces enfants était plus élevée au Lesotho et au Zimbabwe en 2004 qu’en 1990. Dix pour cent des enfants du Swaziland, le pays où la prévalence du VIH adulte est la plus forte du monde, présentent une insuffisance pondérale.

Afrique de l’Est et australe

L’Afrique de l’Est et australe n’a pas progressé vers la réduction de la proportion d’enfants présentant une insuffisance pondérale. En chiffres absolus, le nombre de ces enfants a en fait augmenté dans la région, ce qui est dû pour l’essentiel à des baisses de productivité agricole, à des crises alimentaires à répétition liées à la sécheresse et aux conflits, et à l’élévation des taux de pauvreté. Parallèlement, le VIH/SIDA a posé de graves problèmes au développement de la nutrition.

Au plan régional, le principal indicateur positif est l’accroissement du taux d’allaitement exclusif dans les six premiers mois de la vie, actuellement à 41 %, ce qui la place avant n’importe quelle autre région à l’exception de celle de l’Asie de l’Est/Pacifique.

Parmi les 17 pays de la région pour lesquels existent suffisamment de données tendancielles pour évaluer les progrès accomplis, seul le Botswana devrait atteindre la cible .Il a ramené le taux d’insuffisance pondérale de 17 % en 1996 à 13 % en 2000, une réussite exceptionnelle compte tenu du fait que seul le Swaziland a des taux de prévalence du VIH/SIDA supérieurs au sien.26 

On ne dispose pas de suffisamment de données sur le Swaziland pour savoir s’il atteindra ou non la cible de l ‘OMD mais il a une proportion d’enfants présentant une insuffisance pondérale (10 %) inférieure à celle de n’importe quel autre pays de la région et il a ramené à 1 % seulement la proportion d’enfants de moins de cinq ans atteints de cachexie. Toutefois, étant donné les liens synergiques entre la dénutrition et le VIH chez l’enfant, ces résultats doivent être interprétés avec prudence.

L’Afrique du Sud, qui est le pays le plus riche de la région, a un pourcentage d’enfants présentant une insuffisance pondérale de 12 %, soit plus faible que celui de n’importe quel autre pays sauf le Swaziland. Toutefois, le pays a reculé, le pourcentage d’enfant présentant une insuffisance pondérale augmentant depuis 1994–1995. L’Afrique du Sud a aussi de loin le taux d’allaitement exclusif au sein le plus bas de la région

En Éthiopie, près de la moitié des enfants présentent une insuffisance pondérale, une situation stationnaire depuis 1990, et elle a donc peu de chances, sauf sursaut extraordinaire, d’atteindre la cible de l’OMD. Par ailleurs, elle a le plus faible taux de consommation de sel iodé de la région : 28 % seulement des ménages en consomment.

Au Burundi et à Madagascar, le pourcentage d’enfants de moins de cinq ans présentant une insuffisance pondérale est supérieur à 40 % et cette situation ne semble pas devoir s’améliorer pour l’instant.  C’est au Burundi qu’on note le taux le plus élevé de retard de croissance (57 %) et en Somalie pour la cachexie (17 %).

 

26  UNICEF, La Situation des enfants dans le monde 2006, p. 110.