Progress for Children Homepage
UN BILAN DE LA NUTRITION NUMÉRO 4, MAI 2006 Voir les numéros précédents >

Video

Le tsunami met à jour la dénutrition des enfantsbas | haut débit
(Real player)


Vitamine A pour le Myanmarbas | haut débit
(Real player)


La région d’Asie de l’Est/Pacifique a le taux de consommation de sel iodé par les ménages le plus élevé du monde en développement après la région Amérique latine.

Ce succès est en grande partie imputable à la Chine, où 93 % des ménages consomment du sel iodé.

Asie de l’Est/Pacifique

La région de l’Asie de l’Est/Pacifique devrait atteindre la cible de l’OMD grâce en grande partie aux gains enregistrés en Chine, où le taux d’insuffisance pondérale a été réduit de plus de 50 %. N’eût été la Chine, dont les 86 millions d’enfants de moins de cinq ans représentent 59 % de la population des moins de cinq ans de la région, cette dernière n’aurait pas été en passe d’atteindre la cible de l’OMD.

La baisse impressionnante obtenue en Chine en ce qui concerne le taux d’insuffisance pondérale a contribué à la réduction de son taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans. Elle a ramené l’incidence de l’insuffisance pondérale à la naissance à 4 % seulement  tandis que la proportion de ménages consommant du sel iodé y est très supérieure à celle de n’importe quel autre pays de la région.

Ces moyennes masquent cependant d’importantes disparités, en particulier entre les zones rurales et urbaines. Chaque année, par exemple, 1.5 million de nouveau-nés dans cinq provinces de Chine sont sans protection contre les troubles dus à une carence en iode.

La Malaisie, où le taux d’insuffisance pondérale a chuté de plus de moitié entre 1990 et 2003, est le pays qui s’améliore le plus vite. L’Indonésie, Singapour et le Viet Nam devraient également atteindre la cible de l’OMD. Singapour a à présent le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans le plus faible du monde, inférieur à celui de tous les pays industrialisés à l’exception de l’Islande.

Des progrès sont également enregistrés au Myanmar, aux Philippines et en République démocratique populaire lao, mais ils restent encore insuffisants pour que la cible puisse être atteinte dans le délai. Le Timor-Leste a le pourcentage d’enfants présentant une insuffisance pondérale le plus élevé (46 %) et presque la moitié (49 %) des enfants y présentent un retard de croissance mais l’on ne dispose pas de suffisamment de données pour évaluer les progrès accomplis depuis l’indépendance.

À l’heure actuelle, le Cambodge est le pays qui a le moins de chances d’atteindre la cible de l’OMD qui concerne la nutrition. Le pays non seulement a de loin le taux de mortalité infantile le plus élevé de la région, mais le pourcentage d’enfants présentant une insuffisance pondérale a augmenté de 1993 à 2000.  De plus, 12 % seulement des bébés cambodgiens bénéficient de l’allaitement exclusif au sein et 14 % des ménages consomment du sel iodé.

A Aceh (Indonésie), une inspection réalisée en février-mars 2005 a fait apparaître un taux moyen de cachexie de 11 % parmi les enfants de moins de cinq ans déplacés par le tsunami, Cela est pratiquement identique à celui constaté parmi les enfants non touchés par la catastrophe et légèrement inférieur au taux observé immédiatement après le passage du raz-de-marée, ce qui montre que la mauvaise alimentation est un problème chronique de longue durée lié à la pauvreté, à l’insuffisance des connaissances et des pratiques nutritionnelles, et au manque d’installations d’assainissement et de sécurité alimentaire. Ainsi, par exemple, le pourcentage des enfants présentant un retard de croissance à Aceh, 38 %, est beaucoup trop élevé.29

 

29  Gouvernement indonésien, ‘A Comprehensive Assessment of Nutrition and its Determinants in Tsunami-Affected Districts in Nanggroe Aceh Darussalam, Indonesia: February–March 2005’.