PROGRÉS POUR LES ENFANTS
UN BILAN DE LA VACCINATION NUMÉRO 3, SEPTEMBRE 2005 Voir tous les rapports >
Aucun progrès n'a été enregistré entre 1990 et 2003.

L'Afrique occidentale/centrale doit agir de toute urgence pour renforcer sa couverture vaccinale. Non seulement elle affiche, et de loin, la couverture la plus faible du monde – en 2003, 52 % seulement des enfants ont été vaccinés contre la rougeole dans le cadre des services de vaccination de routine – mais elle n'a enregistré aucun progrès entre 1990 et 2003.

La région notifie aussi le taux de mortalité des moins de cinq ans le plus élevé de la planète, avec 193 décès d'enfants pour 1 000 naissances vivantes, alors que la moyenne est de 87 pour 1 000 naissances vivantes pour l'ensemble des pays du monde en développement.

Trois pays seulement de la région pourront probablement atteindre l'objectif de 90 % des enfants vaccinés contre la rougeole d'ici à 2010 – la Gambie, qui a déjà atteint cette cible, plus le Ghana et Sao-Tomé-et-Principe, que l'on considère être sur la bonne voie. Tous les 21 autres pays doivent encore faire de grands progrès.

La couverture vaccinale de routine pour la rougeole n'est que de 35 % en République centrafricaine et au Nigéria, qui sont les pays du monde dont la couverture vaccinale contre la rougeole est la plus faible; le taux annuel moyen d'accroissement nécessaire est de 7,9 points de pourcentage. Cependant, dans ces deux pays, ainsi qu'au Burkina Faso, au Cap-Vert, au Congo, au Gabon, en Guinée équatoriale et au Togo, la couverture vaccinale a, en fait, baissé entre 1990 et 2003.

La situation est particulièrement déplorable au Nigéria en raison de la taille imposante de sa population : avec 2,9 millions d'enfants de moins d'un an qui ne sont pas protégés contre la rougeole, ce pays compte davantage d'enfants non vaccinés que tout autre pays du monde, exception faite de l'Inde.

Les situations d'urgence, l'instabilité et l'insécurité qui règnent dans la moitié des pays de la région entravent fortement la mise en place d'activités régulières de vaccination. L'autre problème est la pénurie de fonds pour financer les vaccins utilisés dans la vaccination de routine. Sur les 24 pays de la région, huit pays dépendent entièrement des donateurs extérieurs pour le financement des vaccins traditionnels du PEV et pour le soutien aux activités de vaccination.

La pénurie de personnels sanitaires capables de mettre en oeuvre les activités de vaccination aux niveaux du district et des services périphériques explique encore la faiblesse des performances, en particulier dans les pays couvrant de larges zones géographiques et où l'accès aux régions isolées est difficile.

Néanmoins, plusieurs pays ont obtenu des résultats positifs. Au nombre des améliorations notables affichées pendant la période 1990 à 2003, on peut citer le Niger, avec une augmentation de 3 points de pourcentage chaque année, et la Mauritanie, avec 2,5 points.

L'Initiative contre la rougeole a soutenu des campagnes au niveau national en 2004 afin de compenser la faible couverture de la vaccination de routine et d'accélérer la réduction de la mortalité. Le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Togo ont affiché une couverture pratiquement universelle.

NOTE SUR LES ANALYSES RÉGIONALES

 
PROGRÈS POUR LES ENFANTS
Avant-propos
Épargner des millions de vies
Afrique de l'Est/Afrique australe
Afrique de l'Ouest/Afrique centrale (You are here)
Asie du Sud
Moyen-Orient/Afrique du Nord
ECO/CEI
Amérique latine/Caraïbes
Asie de l'Est/Pacifique
Pays industrialisés
Agir sur plusieurs fronts
Tableaux