PROGRÉS POUR LES ENFANTS
UN BILAN DE LA VACCINATION NUMÉRO 3, SEPTEMBRE 2005 Voir tous les rapports >
Les vaccins ont permis de sauver la vie de millions d'enfants au cours des trois dernières décennies. Mais des millions d'autres enfants ne sont toujours pas protégés par la vaccination.

L'Objectif 4 du Millénaire pour le développement (OMD) vise à réduire de deux tiers la mortalité infantile entre 1990 et 2015. La vaccination joue un rôle de premier plan dans cette entreprise, tout en contribuant sensiblement à la réalisation de l'OMD 5 – améliorer la santé maternelle et réduire la mortalité maternelle – et de l'OMD 6 – combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies.

La vaccination a permis de sauver des millions de vies d'enfants pendant les trois décennies qui ont suivi le lancement du Programme élargi de vaccination (PEV) en 1974. Cependant, dans le monde, plus de 27 millions d'enfants de moins d'un an et 40 millions de femmes enceintes échappent toujours aux services de vaccination de routine (1).

De ce fait, les maladies évitables par la vaccination provoqueraient plus de 2 millions de décès chaque année. Ce chiffre inclut 1,4 million de décès d'enfants de moins de cinq ans et, sur ce total, les 395 000 enfants qui succombent à la rougeole, les 290 000 décès provoqués par la coqueluche et les 257 000 victimes du tétanos néonatal (2).

Encore 1,1 million de jeunes enfants succombent à des infections provoquées par le pneumocoque et le rotavirus, pour lesquels des vaccins seront bientôt disponibles. Il semble que grâce à des améliorations et à la réduction du coût des vaccins actuels, ceux-ci seront à la portée de tous les enfants qui en ont besoin dans un avenir proche.

L'efficacité de la vaccination n'est plus à démontrer. À la différence de la plupart des autres interventions de santé et de développement, la vaccination ne se limite pas à améliorer les chances des enfants de pouvoir résister à la maladie : elle garantit pratiquement qu'ils pourront le faire.

Chaque année depuis 1990, la vaccination de routine contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche a permis de protéger plus de 70 % des enfants, un succès extraordinaire si l'on considère que plus de 130 millions d'enfants naissent chaque année et qu'il faut les vacciner. Alliés aux programmes accélérés de lutte contre la maladie, les services de routine ont largement contribué à la survie de l'enfant, en permettant d'éviter plus de 2 millions de décès par an et un nombre incalculable d'épisodes de maladie et d'incapacités.

La vaccination fournit aussi un réseau et un mécanisme qui met les services de santé en contact avec les enfants et les femmes auxquels d'autres interventions sont destinées, comme la distribution de suppléments de vitamine A, de moustiquaires traitées à l'insecticide pour combattre le paludisme et de médicaments vermifuges.

Une telle approche intégrée est non seulement le moyen le plus efficace de protéger la santé de tous les enfants, y compris les enfants les plus marginalisés, mais elle constitue aussi un moyen économique de renforcer les systèmes de santé. Ainsi l'impact global de la vaccination sur la survie de l'enfant est-il beaucoup plus fort que la somme des interventions qui la composent.

PROGRÈS POUR LES ENFANTS
Avant-propos
Épargner des millions de vies (You are here)
Épargner des millions de vies Links
Progrès
Rougeole
Polio
Tétanos maternel et néonatal
Nouveaux vaccins
La voie du progrès
Afrique de l'Est/Afrique australe
Afrique de l'Ouest/Afrique centrale
Asie du Sud
Moyen-Orient/Afrique du Nord
ECO/CEI
Amérique latine/Caraïbes
Asie de l'Est/Pacifique
Pays industrialisés
Agir sur plusieurs fronts
Tableaux