PROGRÉS POUR LES ENFANTS
Parité des sexes et enseignement primaire : numéro 2, avril 2005 Voir tous les rapports >
The gender gap in the region is particularly wide.

C'est en Afrique de l'Ouest et centrale que les obstacles à la réalisation d'ici à 2015 de l'OMD relatif à l'éducation primaire pour tous sont le plus redoutables. En 2001, le taux net d'inscription/fréquentation n'était que de 55 % dans cette région, bien qu'il ait augmenté en moyenne de 0,8 % par an depuis 1980. Cette région compte plus du tiers des 21 pays du monde dans lesquels le taux net de scolarisation dans le primaire est inférieur à 60 %.

Les seuls pays de l'Afrique de l'Ouest et centrale qui sont actuellement proches de la scolarisation universelle dans le primaire font partie des moins peuplés : le Cap-Vert et Sao-Tomé-et-Principe. A l'inverse, au Burkina Faso, en République démocratique du Congo et au Niger, moins de deux enfants sur cinq bénéficient de l'éducation primaire.

Les disparités entre les sexes en Afrique de l'Ouest et centrale sont particulièrement marquées, l'indice de la parité des sexes n'étant que de 0,90 (c'est à dire 90 filles scolarisées pour 100 garçons) selon les projections de l'UNICEF pour 2005 qui se fondent sur les données relatives à la scolarisation. Seuls cinq pays, le Cameroun, le Gabon, le Ghana, la Mauritanie et Sao Tomé-et-Principe sont bien partis pour atteindre l'objectif de la parité des sexes en 2005. Les pays de la région dans lesquels les filles sont le plus défavorisées en matière d'éducation sont le Tchad (0,69) et le Niger (0,67).

Cette région a également été touchée de façon disproportionnée par les situations d'urgence, d'importants conflits armés ayant eu lieu entre 1990 et 2003 au Congo, en République démocratique du Congo, au Libéria et en Sierra Leone (6). La guerre a infligé d'inestimables dégâts aux perspectives d'éducation des enfants de ces pays. Les campagnes de rentrée des classes menées en République centrafricaine, au Congo, en Côte d'Ivoire et au Libéria figurent cependant parmi les signes les plus importants de progrès.

Les gouvernements de la région se heurtent à la pauvreté et au lourd service de la dette extérieure, ce qui affecte les dépenses en faveur de l'éducation. Ils s'efforcent de répondre à la demande croissante de places dans les écoles émanant d'une population dont le nombre d'enfants augmente chaque année. Dans une région où le taux net d'inscription/fréquentation scolaire du primaire doit augmenter de 3,2 % par an en moyenne d'ici à 2015, des mesures d'urgence s'imposent - ainsi qu'un appui et des financements de la communauté internationale, tout aussi urgents.

PROGRÈS POUR LES ENFANTS
Avant-propos
LA PARITÉ DES SEXES
Afrique de l'Est/Afrique australe
Afrique de l'Ouest/Afrique centrale (You are here)
Asie du Sud
Moyen-Orient/Afrique du Nord
ECO/CEI
Amérique latine/Caraïbes
Asie de l'Est/Pacifique
Pays industrialisés
Note finale
Tables