PROGRÉS POUR LES ENFANTS
Parité des sexes et enseignement primaire : numéro 2, avril 2005 Voir tous les rapports >

Ça a marché au Kenya. Et aussi au Malawi, au Rwanda, en Ouganda et en République-Unie de Tanzanie. Dans chacun de ces pays, l'abolition des frais scolaires et l'engagement du gouvernement en faveur d'un enseignement primaire gratuit et universel ont entraîné une hausse massive du nombre d'inscriptions à l'école.

Frais scolaires : un fardeau pour les familles pauvres

L'impact négatif des frais scolaires sur la probabilité qu'un enfant aille à l'école ne suscite plus aucun débat : il est incontestable que les frais éducatifs ont un effet dissuasif sur les familles pauvres et que leurs enfants seront beaucoup plus nombreux à aller à l'école si ces frais sont supprimés.

Sur les 79 pays en développement étudiés par la Banque mondiale, seuls l'Algérie et l'Uruguay n'avaient aucun frais d'aucune sorte. Huit pays imposaient des frais d'association de parents d'élèves ou des frais de collectivité, tandis que les 71 autres pays avaient diverses formes de frais : pour les uniformes et les manuels scolaires, par exemple, ainsi que pour la scolarité.

Ces frais ont de lourdes répercussions sur les ménages défavorisés. Les frais scolaires représentent 16 % des dépenses autres que la nourriture en Zambie, de 12 à 18 % au Ghana (1). Plus la famille est pauvre, plus les répercussions sont lourdes. Au Kirghizistan, les ménages défavorisés consacrent 17 % de leur budget de consommation à l'éducation tandis que ce pourcentage est de 13 % pour les ménages plus fortunés (2).

À la quatrième réunion du Groupe de haut niveau sur l'éducation pour tous (Brasilia, novembre 2004), les chefs d'État, les ministres de l'éducation et les dirigeants et représentants de haut niveau des organismes internationaux et organisations non gouvernementales ont instamment demandé aux gouvernements de coopérer avec leurs partenaires de développement en vue d'abolir les frais scolaires et de réduire les autres coûts qu'entraîne l'éducation pour les enfants pauvres et les enfants qui travaillent, notamment les filles. Cet appel témoigne de la nécessité urgente d'intensifier les efforts en vue de réaliser les objectifs liés à la parité des sexes dans le domaine de l'éducation mondiale.

PROGRÈS POUR LES ENFANTS
Avant-propos
LA PARITÉ DES SEXES
Afrique de l'Est/Afrique australe
Afrique de l'Ouest/Afrique centrale
Asie du Sud
Moyen-Orient/Afrique du Nord
ECO/CEI
Amérique latine/Caraïbes
Asie de l'Est/Pacifique
Pays industrialisés
Note finale (You are here)
Tables