Le progrès des nations: Les femmes


Deux millions de filles mutilées chaque année

Chaque année, plusieurs millions de femmes arrivent au terme de leur grossesse en sachant qu'elles courent un danger en raison des mutilations sexuelles traditionnelles qu'elles ont subies.

Ce traitement est infligé bon an mal an à quelque deux millions de fillettes ou de jeunes filles, dont 75 % en Egypte, en Ethiopie, au Kenya, au Nigéria, en Somalie et au Soudan. A Djibouti et en Somalie, 98 % des filles sont mutilées.

Une telle intervention entraîne, outre la peur et la douleur immédiates, des conséquences qui peuvent être graves: hémorragie prolongée, infection, stérilité, voire le décès. Dans la forme la plus extrême, l'excision avec infibulation, où après l'ablation totale des parties génitales externes, les deux côtés de la vulve sont recousus ensemble, le traumatisme est répété à chaque naissance, quand on coupe à nouveau pour permettre le passage de l'enfant. Même dans ses formes moins poussées, l'excision accroît les dangers de l'accouchement.

Aucune religion n'impose l'excision. C'est une tradition destinée à préserver la virginité, exigée par le futur mari, et à supprimer la sexualité.

Le tableau montre que plusieurs gouvernements africains ont commencé à s'élever contre cette pratique, mais jusqu'ici seul le Ghana a adopté une législation spécifique. Au Burkina Faso, les campagnes menées depuis 1990 par l'intermédiaire du Comité national contre l'excision se sont intensifiées ces trois dernières années grâce à un soutien accru du gouvernement; les responsables de décès consécutifs à une excision ont été poursuivis devant les juridictions pénales.

L'excision, habituellement pratiquée sur des fillettes de 4 à 12 ans, est l'une des pires violations de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Dans les années 90, groupes féminins, organisations pour les droits de l'homme, comités de protection de l'enfance et groupements professionnels ont exercé des pressions croissantes pour l'abolition de l'excision.

Des mesures ont également été prises dans différents pays industrialisés où se trouvent des communautés importantes d'Africains immigrés ou réfugiés. En 1994, l'Australie et la Norvège, suivant l'exemple du Royaume-Uni et de la Suède, ont adopté des lois contre l'excision. En décembre 1995, des projets de loi ont été soumis au Congrès américain et au Parlement canadien pour criminaliser cette pratique.

Afrique: des chiffres sur l'excision

Estimations (nombres et pourcentages) de femmes victimes de l'excision



%
estimatif
de femmes
Nombre
estimatif
de femmes
(en millions)
1994
Politique
officielle
déclarée
contre
l'excision
Excision interdite par
loi
spéciale
code
médical
Nigéria 6032,8OuiNonNon
Egypte 8024,2OuiNonOui
Ethiopie 9023,9OuiNonNon
Soudan (du nord) 899,7Oui*Non
Kenya 506,8OuiNonNon
Somalie 984,5Oui**NonNon
Mali 804,3OuiNonNon
Côte d'Ivoire 604,1NonNonNon
Burkina Faso 703,5OuiNonNon
Ghana 302,6OuiOui***
Sierra Leone 902,0OuiNonNon
Tchad 601,9OuiNonNon
Erythrée 90****1,6OuiNonNon
Guinée 501,6OuiNonNon
R.-Unie de Tanzanie 101,5NonNonNon
Bénin 501,3OuiNonNon
Cameroun 201,3OuiNonNon
Zaïre 51,1NonNonNon
Togo 501,0OuiNonNon
Libéria 600,9OuiNonNon
Niger 200,9NonNonNon
R. centrafricaine 50 0,8OuiNonNon
Sénégal 200,8OuiNonNon
Gambie 890,5OuiNonNon
Ouganda 50,5NonNonNon
Djibouti 980,3OuiNonNon
Guinée-Bissau 500,3NonNonNon
Mauritanie 250,3NonNonNon


* Excision non pratiquée dans les trois régions du sud. Une loi de 1946 n'a interdit que l'excision avec infibulation; le code pénal de 1993 n'en fait pas mention, d'où flou juridique.

** L'ancien gouvernement s'était déclaré contre; on ne connaît pas la position des groupes actuellement au pouvoir.

*** Aucune mention dans le code de déontologie médicale, ce qui serait inutile puisque la pratique est illégale.

**** Estimation faite avant l'indépendance de l'Erythrée, supposant une prévalence identique à celle de l'Ethiopie.


SOURCES: pour les mutilations sexuelles, Nahid Toubia, Female Genital Mutilation: A Call for Global Action, Les femmes, Ink., New York, revised edition, 1995 (mise à jour de janvier 1996); pour la population, United Nations Population Division, World Population Prospects: The 1994 Revision, 1994.



[Table des matières] - [Haut de la page] - [Page suivante]