Centre de presse

Communiqué de presse

L’UNICEF appelle le Burundi à accélérer ses efforts en faveur de la protection des enfants

BUJUMBURA, 27 novembre 2011 – Des avancées importantes ont été enregistrées en 2011 au Burundi dans le domaine de la protection de l’enfance, mais ces efforts doivent être intensifiés pour parvenir à instaurer un véritable système de protection des enfants, notamment des plus vulnérables, a déclaré Souleymane Diabaté, Représentant a.i. de l’UNICEF au Burundi, à l’occasion du 22ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), célébré cette année au Burundi les 26 et 27 novembre.

« Des progrès significatifs ont été accomplis cette année par le gouvernement du Burundi avec le soutien de l’UNICEF et de leurs partenaires, vers la mise en place d’un véritable système de protection des enfants, en particulier des plus vulnérables et marginalisés. Mais il reste encore des étapes importantes à franchir pour faire de ce système une réalité qui garantisse à tous les enfants la protection et la jouissance de leurs droits tels que définis par les conventions et textes internationaux ratifiés par le Burundi, dont la Convention relative aux droits de l’enfant, partie intégrante de la Constitution de la République du Burundi », a dit M. Souleymane Diabaté.

Parmi les avancées enregistrées en 2011 figure la finalisation d’un exercice de cartographie et d’évaluation du système de protection de l’enfant au Burundi qui a conduit à l’élaboration d’un projet de Politique nationale du système de protection de l’enfance et de son plan d’action 2012-2016, menée parallèlement à l’élaboration d’un avant-projet de Code de protection de l’enfant. Une Stratégie nationale de prévention et de lutte contre le phénomène des enfants en situation de rue a également été élaborée et validée. Une analyse sur la situation des enfants dans les centres résidentiels a été conduite, ainsi qu’une réflexion sur la situation des enfants en prison sans être en conflit avec la loi.

Le droit de l’enfant à être protégé lui est reconnu par la Convention relative aux droits de l’enfant, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989 et ratifiée par le Burundi en 1990. Fondée sur quatre principes fondamentaux (non-discrimination ; priorité donnée à l'intérêt supérieur de l'enfant ; droit de vivre, de survivre et de se développer ; et respect des opinions de l'enfant) sur lesquels s’appuie l’UNICEF pour remplir sa mission, cette Convention est le premier instrument juridique international ratifié par la quasi-totalité des États membres des Nations Unies.

Les progrès enregistrés dans le domaine de la protection de l’enfance au Burundi, sous la responsabilité principale du Ministère de la solidarité nationale, des droits de la personne humaine et du genre, ont permis d’atteindre les résultats suivants :

  • L’exercice de cartographie et d’évaluation du système de protection de l’enfant mené avec le soutien de l’UNICEF a permis d’identifier des insuffisances dans ce domaine, notamment en matière de justice juvénile ; de suivi de l’application des instruments juridiques internationaux de protection de l’enfance ratifiés par le Burundi, comme la Convention relative aux droits de l’enfant et ses protocoles additionnels ; et de faible couverture des besoins en protection des enfants dans un contexte de persistance, voire d’aggravation, de la vulnérabilité des enfants au Burundi.

  • Le projet de politique nationale du système de protection de l’enfant et son plan d’action ont été élaborés avec le soutien de l’UNICEF à la suite de cet exercice. En août a été signé le décret de création du Département de l’enfant et de la famille au sein du Ministère de la solidarité nationale, des droits de la personne humaine et du genre, chargé d’élaborer et mettre en oeuvre les programmes et de diffuser les politiques et législations nationales de promotion et protection de l’enfance et de la famille.

  • Le travail d’élaboration d’un Code de protection de l’enfant a également débuté avec le soutien technique et financier de l’UNICEF, afin de mettre en place un cadre d’harmonisation des instruments juridiques de protection de l’enfance ratifiés par le Burundi, et faciliter leur mise en oeuvre.

  • L’élaboration puis la validation en octobre 2011 de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre le phénomène des enfants en situation de rue, suite à deux études menées en 2010 dans les trois principales villes du pays (Bujumbura, Gitega et Ngozi) ayant identifié 3253 enfants en situation de rue, constitue une étape importante dans la mise en place d’une réponse adaptée permettant à ces enfants de retrouver durablement leur place dans la société. L’UNICEF, qui a soutenu tout le processus, s’emploie désormais à mobiliser les volontés, les compétences et les ressources pour promouvoir la mise en oeuvre cette stratégie.

  • L’analyse sur la situation des enfants dans les centres résidentiels a permis de révéler l’existence d’importantes lacunes dans le cadre légal de gestion et suivi des centres, et d’application de la loi en matière de placement des enfants. Sur 98 centres hébergeant 5520 enfants, seuls trois respectaient 80 pour cent des standards de qualité acceptables et 9 ont été évalués à moins de 20 pour cent des standards, les enfants vivant dans des conditions où leurs besoins de base (nourriture, santé, éducation et hygiène) n’étaient pas satisfaits. Suite à cette analyse, le Ministère de la solidarité nationale a initié avec le soutien de l’UNICEF un processus d’élaboration de standards minima de qualité tout en travaillant à la mise en place d’un cadre légal et d’une stratégie à long terme.

  • Enfin, la réflexion menée, avec le soutien de l’UNICEF, sur la situation des enfants en prison sans être en conflit avec la loi, suite à une étude conduite en 2010 qui avait révélé la présence d’enfants – conçus, nés ou ayant accompagné leur mère - dans 10 des 11 établissements pénitentiaires du pays, a abouti à une stratégie concertée de réponse à ce phénomène qui touche 95 enfants au Burundi. Cette stratégie vise à sensibiliser et plaidoyer pour une réforme légale profonde et à réinsérer ces enfants dans les milieux familiaux tout en maintenant des liens étroits avec les mères incarcérées, ainsi qu’à séparer femmes et hommes dans les lieux de détention.

Ces avancées sont cruciales pour les enfants du Burundi, dans un contexte national qui reste marqué par des violations de leurs droits parmi lesquelles l’exploitation économique ; la maltraitance et la violence ; certaines pratiques comme les mariages précoces ; la privation d’environnement familial (enfants orphelins, abandonnés, en conflit avec la loi, vivant en prison sans être en conflit avec la loi, placés en institution, réfugiés). De nombreux enfants vivent dans des conditions de grande pauvreté et de précarité, avec un accès quasi inexistant aux infrastructures et services sociaux de base. Par ailleurs, selon les dernières données officielles, en 2005 deux enfants sur cinq n’avaient aucune existence légale par défaut d’enregistrement à l’état civil, notamment parmi les enfants les plus vulnérables ayant le plus besoin de protection.

Le Programme de coopération 2010-2014 signé en février 2010 entre le Gouvernement de la République du Burundi et l’UNICEF et doté d’un budget global de près de 100 millions de dollars, a pour objectif d’améliorer la situation des enfants et des femmes au Burundi, notamment des plus vulnérables et marginalisés, dans cinq domaines d’intervention prioritaires : Santé et nutrition ; Éducation de base ; Égalité du genre et prévention du VIH chez les jeunes ; Eau, assainissement et hygiène ; Promotion des droits et protection de l’enfant ; Communication pour le développement. Dans le domaine de la Promotion des droits et de la protection de l’enfant, ce programme quinquennal vise à mettre en place et à constamment renforcer un environnement assurant la protection des enfants contre toutes les formes de discrimination, d’abus et de violence.

#####

Pour de plus amples informations :

UNICEF Burundi
Anne-Isabelle Leclercq, Spécialiste communication
tél. : +257 22 20 20 80
tél. : +257 79 948 118
courriel : aileclercq@unicef.org


 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche