Analyse de politiques et partenariats pour les droits des enfants

Dix ans après la Session spéciale de l'ONU consacrée aux enfants, un événement historique, l'UNICEF célèbre les progrès accomplis vers « Un Monde digne des enfants »

Par Rebecca Zerzan

NEW YORK, États-Unis, 7 mai 2012 – L'UNICEF commémore cette semaine le dixième anniversaire de l'adoption d'« Un Monde digne des enfants », un document des Nations Unies engageant les pays du monde entier à faire progresser partout les droits, le bien-être et la dignité des enfants.

Vidéo (en anglais) : Anthony Lake, le Directeur général de l'UNICEF, célèbre le 10ème anniversaire de l'adoption par les Nations Unies d' « Un Monde digne des enfants » et renouvelle l'engagement de l'UNICEF envers cette cause.  Regarder dans RealPlayer

 

Ce document historique a été adopté le 10 mai 2002 au cours de la toute première session de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée exclusivement aux problèmes des enfants. L'évènement avait été précédé d'un Forum des enfants de l'ONU organisé par l'UNICEF et ses partenaires au cours duquel plus de 400 enfants-délégués avaient énuméré les besoins et les priorités pour les enfants du monde entier.

« Voici dix ans aujourd'hui, lors d'une  session spéciale historique de l'Assemblée générale de l'ONU, avec la présence de 180 pays, nous avons entendu les voix et vu les visages d'enfants exigeant un monde qui soit digne d'eux », a déclaré Anthony Lake, le Directeur général de l'UNICEF.

« Nous ne pouvons pas dire que nous avons réalisé ce que les enfants attendaient de nous. Nous pouvons dire que nous avons écouté. Et nous avons fait des progrès ».

Des progrès, mais pas assez
« Nous, les chefs d'État et de gouvernements et les représentants d'État... sommes résolus à saisir cette occasion sans précédent de changer le monde pour les enfants et avec eux ». Ainsi commence le document, définissant les objectifs en quatre points principaux : favoriser une vie plus saine ; offrir une éducation de qualité ; lutter contre le VIH et le SIDA ; et assurer une protection contre la maltraitance, l'exploitation et la violence.

Vidéo (en anglais) : Richard Morgan, Conseiller principal à l'UNICEF pour l'Agenda pour le développement post-2015, parle des progrès qui ont été effectués – et de ce qui reste à faire – en soutenant « Un monde digne des enfants ».  Regarder dans RealPlayer

 

Au cours des dix années qui se sont écoulées, le bien-être des enfants a connu beaucoup d'améliorations. Pas assez cependant.
 
Les décès chez les enfants de moins de cinq ans ont baissé d'un tiers depuis 1990, c'est-à-dire qu'environ 12 000 enfants en moins meurent chaque jour.

Cependant, beaucoup trop d'enfants continuent à mourir, dont beaucoup de causes qui sont à la fois traitables et évitables.
 
« Le nombre de décès d'enfants a progressivement diminué mais en aucune façon de manière suffisante », constate Richard Morgan, Conseiller principal à l'UNICEF pour l'Agenda pour le développement post-2015. « La malnutrition chez les enfants, avec spécialement les retards de croissance parmi les enfants, est persistante et tenace dans de nombreux pays ».

La dernière décennie a aussi été témoin d'une amélioration dans l'accès à l'éducation. Environ 90 pour cent des enfants en âge de fréquenter l'école primaire sont à présent scolarisés dans des écoles primaires et la plupart des pays ont atteint la parité des sexes dans l'enseignement primaire.

Vidéo (en anglais) : décembre 2007 : des enfants du monde entier ont participé au Forum « Un Monde digne des enfants », cinq ans après l'adoption d' « Un Monde digne des enfants ». Lors de cet évènement, des enfants et des chefs d'État avaient examiné les progrès qui avaient été accomplis pour améliorer la vie et le bien-être des enfants.  Regarder dans RealPlayer

 

« Notre problème principal était celui de la disparité entre les filles et les garçons. Tellement plus de garçons que de filles se trouvaient dans les écoles », a témoigné Caroline Barebwoha, qui avait été à 15 ans représentante de l'Ouganda lors du Forum des enfants de 2002. Elle est aujourd'hui avocat et consultante pour la participation des jeunes à l'UNICEF. « Aujourd'hui, à l'heure où je parle, particulièrement grâce à l'aide des clubs du Mouvement pour l'éducation dans les écoles, tellement plus de filles sont scolarisées ».

Néanmoins, seulement 87 pour cent des enfants des pays en développement achèvent leurs études dans le primaire et la scolarisation dans le secondaire reste faible, particulièrement chez les filles.

Un besoin de vigilance
Le monde a réussi à faire diminuer de façon régulière les taux d'infection par VIH avec un taux mondial d'incidence baissant de près de 25 pour cent entre 2001 et 2009. La plupart des baisses les plus significatives ont été observées en Afrique subsaharienne, stabilisant ou ralentissant une des plus grosses épidémies de VIH du monde. Et le nombre de personnes recevant des traitements antirétroviraux a été multiplié par 13 entre 2004 et 2009, réduisant de 19 pour cent les décès liés au SIDA.

Mais les responsables doivent rester vigilants. Les taux d'incidence du VIH en Asie de l'Est, en Europe centrale et de l'Ouest ainsi qu'en Amérique du Nord sont restés constants et, en Europe de l'Est et en Asie centrale, ils ont commencé à augmenter.
 
En outre, la violence, les mauvais traitements envers les enfants et leur exploitation restent d'une fréquence inacceptable.
 
Dans les pays en développement, un enfant sur six est obligé de travailler. Des études provenant des  pays à faibles et moyens revenus montrent que jusqu'à trois quarts des enfants sont confrontés chez eux à une discipline violente.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ouganda/2012
Caroline Barebwoha, au centre, Consultante pour la participation et l'engagement des jeunes à l'UNICEF, en compagnie de jeunes délégués lors d'une manifestation en Ouganda

De grandes proportions d'adolescentes rapportent avoir subi des violences sexuelles ; en Ouganda et en République démocratique du Congo,  21 pour cent des filles âgées de 15 à 19 ans – une proportion confondante -  ont fait l'objet de sévices. Et des dizaines de millions de filles sont toujours contraintes au mariage alors qu'elles sont encore des enfants, une coutume qui accroît leur vulnérabilité aux mauvais traitements dans leur foyer et aux complications pendant la grossesse et l'accouchement.  

Renouvellement de l'engagement envers les enfants

« Nous avions vraiment l'espoir pour que cela ne soit pas qu'un document et nous étions très enthousiastes », a expliqué Caroline Barebwoha à propos de l'adoption d' « Un Monde digne des enfants ».

« Ces chefs d'État s'étaient tous engagés et nous avaient fait des promesses », dit-elle.
 
L'UNICEF est à pied d'oeuvre pour que ces promesses soient tenues.

« Il y a devant nous beaucoup de tâches inachevées », a dit Anthony Lake. « Cette année, lors de cette année d'anniversaire, nous renouvelons notre engagement envers notre cause : un monde digne de nos enfants et de nos petits-enfants, un monde meilleur pour chacun de nous ».


 

 

Audio (en anglais)

Il y a dix ans, Caroline Barebwoha était parmi les centaines d'enfants qui participaient à la Session extrordinaire historique des Nations Unies consacrée aux enfants. Aujourd'hui, avocate et défenseure des droits de l'enfant avec l'UNICEF, elle explique comment l'experience a transformer sa vie.
AUDIO écouter

Recherche