Adolescence

À Genève, des jeunes lancent la Charte des enfants, pour garantir la sécurité en cas de catastrophe

Image de l'UNICEF
© UNICEF Switzerland/2011/Tidey
À la Plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe (de g. à d.) : Johnson, 17 ans, Tricia, 14 ans, et André, 14 ans, à la conférence de Genève.

Par Christopher Tidey

GENÈVE, Suisse, le 23 mai 2011 – Les enfants représentent plus de la moitié de la population dans les pays qui risquent le plus d’être affectés par le changement climatique et subissent de plus en plus l’impact des graves problèmes qu’entraîne le réchauffement de la planète. On estime que 175 millions d’enfants par an seront bientôt touchés par diverses catastrophes.

Afin de faire entendre la voix des enfants, trois jeunes personnes ont indiqué aux dirigeants mondiaux à Genève ce qu’il fallait faire pour garantir la sécurité des enfants lors des catastrophes.

André et Tricia, tous deux âgés de 14 ans et originaires des Philippines, et Johnson, 17 ans, du Kenya, ont été nommés pour participer à la Plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe qui a eu lieu récemment. Ils ont été nommés par leurs communautés locales suite à leur engagement dans la réduction des risques de catastrophe chez eux.

Les intérêts des enfants

Dans un auditorium rempli de dirigeants gouvernementaux et communautaires du monde entier, les trois jeunes ont saisi l’occasion qui leur était offerte de placer les intérêts des enfants au premier plan dans le débat mondial sur la réduction des risques de catastrophe.

Après avoir fait part à l’audience de leurs expériences en matière de réduction des risques liés aux catastrophes dans leurs propres pays, André, Tricia et Johnson ont lancé une nouvelle Charte des enfants en cinq points qu’ils ont demandé aux participants de la Plateforme mondiale de signer et d’appuyer.

La Charte stipule, entre autres, que la protection de l’enfance doit être une priorité avant, pendant et après une catastrophe ; les infrastructures communautaires doivent être sûres, l’aide et la reconstruction doivent aider à minimiser les risques futurs ; et la réduction des risques liés aux catastrophe doit atteindre les plus vulnérables.

La Charte est fondée sur les impressions de plus de 600 enfants dans 21 pays qui ont mentionné l’éducation, la protection de l’enfance et l’accès à l’information de base comme principaux éléments nécessaires à la réduction de l’impact dévastateur des catastrophes et du changement climatique sur leurs familles et communautés.

Un message haut et clair

L’UNICEF, Plan International, World Vision, Save the Children et l’Institute of Development Studies (qui travaillent ensemble en tant que « Children in a Changing Climate », littéralement « les enfants dans un climat qui change »), ainsi que la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge affirment qu’il est essentiel d’intégrer les points de vue uniques des enfants et des jeunes à la réduction des risques liés aux catastrophes et à l’adaptation aux changements climatiques.

André, Tricia et Johnson sont maintenant rentrés chez eux, mais leurs efforts au sein de la Plateforme mondiale ont permis de faire entendre haut et clair les priorités concernant les enfants affectés par les catastrophes dans le monde.


 

 

La voix des jeunes

Recherche