Survie et développement de l’enfant

Le rapport « Progrès pour les enfants » apporte un nouvel éclairage à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.

L’équité privilégiée

Par Chris Niles

NEW YORK, États-Unis, 7 septembre 2010 – Pour réaliser les objectifs ambitieux du développement et réduire l’injustice à l’échelle mondiale, il est essentiel de répondre aux besoins des personnes les plus pauvres d’entre les plus pauvres, affirme « Progrès pour les enfants », le dernier rapport de l’UNICEF de cette série. Le rapport a été publié aujourd’hui, à l’occasion de la première journée de la session du Conseil d’administration de l’UNICEF au Siège des Nations Unies à New York.

VIDÉO (en anglais) : Chris Niles, correspondante de l’UNICEF, présente le nouveau rapport de l'UNICEF « Progrès pour les enfants » 2010 qui privilégie l’équité, indispensable pour réaliser les objectifs mondiaux en matière de développement.

 

En 2000, les dirigeants de la communauté internationale ont adopté la Déclaration du Millénaire, engageant leurs nations à rendre le monde plus équitable et fixant toute une série de cibles, assorties d’un calendrier, que l’on a appelées Objectifs du Millénaire pour le développement ou OMD. Chaque année, « Progrès pour les enfants 2010 », une des publications phares de l’UNICEF, examine les progrès accomplis vers ces objectifs.

Cette année, « Progrès pour les enfants 2010 :  réaliser les OMD avec équité » montre que dans la course lancée pour atteindre les objectifs du développement avant la date butoir de 2015, les personnes très pauvres continuent à perdre de plus en plus de terrain.

Une approche privilégiant l’équité

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2005-0270/Pirozzi
Une fille sourit à l’école Huraa sur l’île de Huraa près de Male, Maldives.

Une étude de l’UNICEF liée à ce sujet, récemment publiée elle aussi, montre que l’on peut atteindre les OMD plus rapidement avec des investissements axés sur les personnes les plus désavantagées.

Cette étude, « Réduire les écarts pour atteindre les objectifs », révèle qu’en aidant les personnes les plus pauvres de la planète, on pourrait sauver les vies de plus de mères et d’enfants, et de manière efficiente.

« Cette étude contredit ceux qui pensent que le fait de privilégier les enfants les plus pauvres et les plus désavantagés ne présente pas un bon rapport qualité/prix, » a affirmé le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake. « Une stratégie axée sur l’équité permettra non seulement une victoire morale, juste dans son principe, mais une victoire tout aussi passionnante, juste dans sa pratique. »

De criantes inégalités

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2008-1197/Holt
Des enfants se reposent sur une natte à l’orphelinat Nygangi à Goma, capitale de la province du Nord Kivu, République démocratique du Congo.

D’après le nouveau « Progrès pour les enfants », les taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans sont, en moyenne, plus de deux fois plus élevés chez les 20 pour cent les plus pauvres des ménages que pour les 20 pour cent les plus riches. Et les enfants les plus pauvres courent deux fois plus de risques de souffrir d’insuffisance pondérale.

En outre, les filles continuent à avoir plus de mal à obtenir une éducation, en particulier au niveau secondaire.

Le rapport montre que bien que la plupart des pays en développement progressent régulièrement vers les OMD, de nombreux pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud n’y parviennent pas. Les deux régions représentent plus des trois-quarts des quelque 100 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire qui ne sont pas scolarisés. Elles affichent également les taux de mariages précoces les plus élevés, les taux les plus faibles d’enregistrement des naissances et la couverture la plus réduite en matière de santé.

Atteindre les plus vulnérables

La présence de poches d’inégalités qui existent au sein même de pays en train de progresser complique encore la situation. Les enfants qui sont orphelins ou souffrent de handicaps, ceux des minorités ethniques et ceux qui sont exploités ou victimes de la traite sont les plus exposés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2006-0949/Noorani
Une fille berce sa petite soeur qui vient de naître sous les yeux de leur mère dans un centre de santé municipal du Bangladesh.

Des disparités existent également entre les populations urbaines et rurales. Environ 84 pour cent des 884 millions de personnes qui n’ont pas accès à des sources améliorées d’eau potable, par exemple, vivent dans des régions rurales.

« Il est de plus en plus évident que pour réaliser ces objectifs, il est indispensable d’atteindre les communautés les plus pauvres et les plus marginalisées, » a déclaré M. Lake.

Un environnement humanitaire plus difficile, les changements climatiques, la crise financière mondiale et l’urbanisation rapide de la planète sont des facteurs qui contribuent à placer les personnes les plus pauvres hors de portée de l’aide.

« Les Objectifs du Millénaire pour le développement ont été conçus pour améliorer la vie des personnes les plus désavantagées du monde, a ajouté M. Lake. Nous croyons que les conclusions de l’étude peuvent avoir un effet réel sur la réflexion de la communauté internationale au sujet des OMD et au sujet du développement humain en général, en nous aidant à améliorer la vie de millions d’enfants vulnérables. »


 

 

Recherche