Analyse de politiques et partenariats pour les droits des enfants

Au siège de l'UNICEF, des enfants autochtones revendiquent leurs droits

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0676/Markisz
Kâhu Pataxó, 19 ans, (à droite), du village autochtone de Pataxó de Coroa Vermelha, dans l'État de Bahia, au nord-est du Brésil, s'exprime lors de « Écouter et agir : le renforcement des droits de l'homme chez les enfants et les adolescents autochtones grâce à leur participation active et réelle » au siège de l'UNICEF. A ses côtés se trouve son cousin, Urapinã Pataxó, 15 ans

Par Chris Niles

NEW YORK, États-Unis, 22 avril 2010 – Deux jeunes militants brésiliens ont quitté leur petit village de la région de Bahia, au nord-est du Brésil, pour aller jusqu'au siège des Nations Unies à New York pour lancer un appel passionné en faveur des droits des peuples autochtones.

VIDÉO : regarder maintenant

Urapinã Pataxó, 15 ans, et Kãhu Pataxó, 19 ans, vivent à  Pataxó de Coroa Vermelha, un village qui souffre de sa proximité avec des destinations touristiques populaires. Il existe peu de moyens pour les familles du village de gagner leur vie autrement qu'en vendant des objets d'artisanat. La drogue, la violence sexuelle, la discrimination, le travail d’enfants font planer de graves menaces sur les enfants. 

Réunion-débat organisée par l'UNICEF

« Il est très important de protéger les enfants qui sont la cible de prédateurs, » dit Urapinã. « Ils sont comme de la viande sur un marché. Cela me rend triste parce que, autrefois, nous avions nos terres  pour nous. » 

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0679/Markisz
Le directeur adjoint de l'UNICEF pour la Politique et la Pratique, Elizabeth Gibbons s'adresse aux jeunes à la réunion-débat sur les questions autochtnes qui se tenait au siège de l'UNICEF, conjointement avec la neuvième session du Forum permanent de L'ONU sur les questions autochtnes.

Urapinã et Kãhu se sont exprimés hier lors d'une réunion-débat qui s'est déroulée au siège de l'UNICEF. Ils sont venus pieds nus, vêtus d'un costume traditionnel et portant une coiffe de plumes peintes.

« Mon peuple a été privé des nombreux droits reconnus aux êtres humains : la santé, l'éducation, les loisirs. Ils ont le droit de vivre dans la dignité, » a dit Kãhu.

Respect de la diversité  culturelle

Des autochtones sont venus du monde entier cette semaine à New York pour participer à la neuvième session de l'Instance permanente de l'ONU sur les questions autochtones.  Urapinã s'exprime aujourd'hui devant le forum; c'est la première fois que l'UNICEF a offert à un adolescent une partie du temps qui lui est alloué à ce forum sur les problèmes des peuples autochtones.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0678/Markisz
Jessica Yee, 24 ans, une Mohawk indigène du Canada, prend part à une réunion-débat parrainée par l'UNICEF sur le renforcement des droits humains des enfants et des adolescents autochtones par leur participation active et significative.

Hier, lors de sa propre réunion-débat – qui a été préparée pour explorer les problèmes touchant particulièrement les enfants et les adolescents – l'UNICEF a rassemblé un groupe comprenant Jessica Yee, membre du Forum des jeunes autochtones, et  Ricardo Gomez Agnoli, Directeur de pays au Guatemala pour Plan international.

« Nous voulons garantir que l’on tienne compte de la diversité culturelle et des droits à l'expression culturelle dans le monde mais c’est un défi, » a dit Elizabeth Gibbons, Directrice adjointe de  la section politique et pratique de l'UNICEF. Elle a ajouté que l'engagement de l'UNICEF dans le passé avait été fragmentaire et que le 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits des enfants de 2009 avait permis de rappeler l’importance de ces questions.

« Nous devons faire mieux »

L'année dernière, l'UNICEF a organisé  une réunion sur les problèmes des autochtones et des minorités, à laquelle ont participé du personnel venu du monde  entier et divers représentants d’autres institutions de l'ONU. La réunion s'est conclue par  une feuille  de route et une proposition d'action qui permettront d'améliorer l'engagement de l'UNICEF sur les questions autochtones. L'UNICEF est également en train de travailler sur une version adaptée aux enfants et aux adolescents de la Déclaration de l'ONU sur les droits des peuples autochtones.

« Nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux, » a dit Elizabeth Gibbons. 

En réponse aux besoins de leur région,  Urapinã et Kãhu ont créé le Groupe des adolescents de Pataxó qui collabore avec l'UNICEF pour encourager les droits des enfants et des jeunes autochtones. Les membres du  groupe ont fait des recherches sur leur culture et leurs traditions, encouragé les débats sur leurs droits, mis en scène des pièces et réalisé des brochures destinées à être distribuées dans les écoles des villes. Malgré les défis considérables, ils restent optimistes et pensent qu'ils réussiront à se faire entendre. 

« Nous sommes ici pour changer l'avenir, l'avenir de notre peuple, » a dit Kãhu.


 

 

Vidéo (en anglais)

21 avril 2010 :
Urapinã Pataxó, 15 ans, décrit les conditions de vie dans son village à Bahia, au Brésil, ce qui l'a conduit à militer pour les droits des enfants et les adolescents autochtones.
 VIDÉO  haut | bas

21 avril 2010 :
Kãhu Pataxó, 19 ans, explique pourquoi préserver la culture est si important pour les enfants et les adolescents autochtones.
 VIDÉO  haut | bas

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

La voix des jeunes

Recherche