Analyse de politiques et partenariats pour les droits des enfants

L'UNICEF accueille les discussions sur une gouvernance digne des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2009
La Directrice générale adjointe de l'UNICEF Hilde F. Johnson parle de la nécessité d'avoir une bonne gouvernance respectueuse des droits de l'enfant

Par Amy Bennett

NEW YORK, États-Unis, 28 octobre 2009 - les efforts entrepris pour aller encore plus loin dans la mise en oeuvre de la Convention sur les Droits de l'Enfant (CDE), dépendent beaucoup d'une bonne gouvernance digne des enfants. À l'occasion d'un groupe de travail qui se tenait hier au siège de l'UNICEF à New York, des experts ont discuté de l'interdépendance entre les droits de l'enfant et la bonne gouvernance.

 VIDÉO : regarder maitenant

Les participants ont aussi cherché à identifier les orientations pour lesquelles les théories sur la gouvernance et les structures peuvent être les mieux utilisées dans la satisfaction des besoins et des droits des enfants. 

Principes et obligations

Le groupe de travail était formé de Hilde F. Johnson Directrice générale adjointe de l'UNICEF ; Daniel Kaufmann spécialiste éminent de l'Institution Brookings pour l'économie mondiale et le développement ; le Dr Assefa Bequele Directeur général du Forum African Child Policy ; et Phil Matsheza Conseiller Anticorruption du Programme de Développement de l'ONU.

Le responsable de la Protection de l'enfant à Save the Children UK, Bill Bell, arbitrait les discussions.

« La gouvernance et les droits de l'enfant se renforcent mutuellement, » a déclaré Mme Johnson. « Les principes des droits de l'enfant exposés dans la Convention sur les droits de l'enfant, fournissent un ensemble de valeurs qui constituent autant de  principes directeurs essentiels au  travail des gouvernements – ce ne sont pas seulement des principes directeurs, mais des obligations. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2009
Le Dr. Assefa Bequele, Directeur général du Forum African Child Policy, explique comment les gouvernements peuvent être évalués sur leurs engagements en faveur des droits de l'enfant.

 L'impact dommageable de la corruption

L'impact destructeur de la corruption gouvernementale sur les enfants a également été abordé par le groupe de travail. La corruption fait obstacle à l'obtention des services aux enfants, ont reconnu les participants, avant d'ajouter  qu'il y avait une corrélation directe entre des niveaux élevés de corruption et une forte  mortalité infantile.

"Le travail entrepris jusqu'ici sur ces questions dans le secteur gouvernemental  va permettre d'améliorer grandement l'efficacité de la délivrance et de la réalisation des droits de l'enfant," a déclaré M. Bell.

« Le plus  important pour nous est d'avoir des décideurs responsables, » a noté M. Matsheza après  avoir discuté des principes qui doivent guider la gouvernance.

Une Gouvernance digne des enfants

Le Dr Bequele a présenté une méthode unique pour déterminer quels gouvernements sont favorables aux enfant et ceux qui le sont moins, sur la base des principes essentiels de la Convention. Ce qui importe vraiment, a-t-il argumenté, ce n'est pas le statut économique d'un pays, mais le degré auquel ses lois et politiques prennent les enfants en considération.

Renforcer les interactions entre la gouvernance et l'agenda des droits de l'enfant peut aider à promouvoir les deux aspects. Avec le 20ème anniversaire de la Convention, il est de plus en plus évident que la bonne gouvernance est un pré-requis pour réaliser les droits de l'enfant - et qu'elle doit faire l'objet de la plus grande attention internationale afin de réaliser les ambitions de la Convention.

« Nous avons besoin d'une gouvernance digne des enfants,” a déclaré Mme Johnson, “non seulement pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développemnet mais aussi pour accomplir les droits des enfants– pour les aider à survivre et prospérer, pour les protéger et s'assurer qu'ils possèdent les moyens essentiels de leur survie. »


 

 

Vidéo (en anglais)

27 octobre 2009 :
La Directrice générale adjointe de l'UNICEF Hilde F. Johnson parle de la nécessité d'avoir une bonne gouvernance respectueuse des droits de l'enfant.
 VIDÉO  haut | bas

Le Dr. Assefa Bequele, Directeur général du Forum African Child Policy, explique comment les gouvernements peuvent être évalués sur leurs engagements en faveur des droits de l'enfant.
 VIDÉO  haut | bas

Daniel Kaufmann, Maître de recherche en Économie mondiale et sur le développement à la Brookings Institution, discute du rôle des données dans la détermination d'une bonne gouvernance.
 VIDÉO  haut | bas

Le Conseiller Anticorruption du Programme de développement de l'ONU, Phil Matsheza parle des défis à relever pour lutter contre la corruption gouvernementale et comment celle-ci affecte les besoins des enfants.
 VIDÉO  haut | bas

Le chef de la Protection de l'enfance à Save the Children UK, Bill Bell, parle du 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant comme étant la trame de fond et l'inspiration pour la discussion sur les enfants et la bonne gouvernance.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche