Analyse de politiques et partenariats pour les droits des enfants

Le débat sur les politiques publiques est axé sur l’obtention de résultats en faveur des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ97-0359/ Balague
L’UNICEF travaille avec des gouvernements et des organisations non gouvernementales pour faire face à la malnutrition et à la faim qui affectent les enfants de village comme celui de Churitaca en Bolivie

Par Sabine Dolan

NEW YORK, États-Unis, 24 janvier 2006 – Partout dans le monde, une partie importante du travail de l’UNICEF consiste à veiller à ce que les politiques publiques contribuent au respect des droits des enfants. Aujourd’hui, au siège de l’UNICEF, un débat sur les politiques publiques et leurs résultats en faveur des enfants a réuni notamment des Représentants de la Région Amérique latine et Caraïbes, des experts dans l’analyse des programmes et des politiques et des spécialistes de la communication.

Dans la région Amérique latine et Caraïbes,  on s’est davantage concentré sur les politiques publiques et cette orientation se révèle prometteuse car elle aide les pays à mieux maîtriser leur propre développement et rend l’aide plus efficace. Des expériences effectuées dans cette région sont applicables ailleurs dans le monde, dans des pays où l’UNICEF intervient.

Encourager la transparence et la justice

Au cours des 20 dernières années, on a enregistré dans les pays de la région Amérique latine et Caraïbes des progrès au niveau des résultats économiques et des ressources, et une amélioration des indicateurs clés relatifs aux enfants, tels que le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans.

Cependant, on a également enregistré un accroissement des disparités entre ceux qui sont aisés et les défavorisés. Dans beaucoup de communautés défavorisées, le taux de mortalité s’est à peine amélioré. Et malgré la croissance économique que connaît la région, le nombre des moins de 18 ans vivant au-dessous du seuil de pauvreté est en hausse.

L’Équateur illustre ce problème. « Comme dans la majeure partie de l’Amérique latine, la pauvreté constitue le grand défi de ce pays », affirme Paul Martin, Représentant de l’UNICEF en Équateur. « L’argent manque pour payer les frais de scolarité des enfants, pour acheter leurs manuels scolaires ou encore leurs uniformes. Les familles n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants chez le médecin.

« Mais, dans un pays comme l’Équateur, la pauvreté elle-même a aussi pour origine l’exclusion. Les pauvres ne sont pas répartis également dans la société. Les enfants autochtones sont beaucoup plus pauvres, les enfants d’origine africaine sont aussi beaucoup plus pauvres – pris individuellement ou en moyenne » indique Paul Martin.

Dans le cadre de son dialogue sur les politiques à suivre, l’UNICEF a préconisé que les affectations du budget de l’État soient plus transparentes et plus équitables, afin que les communautés exclues et marginalisées puissent bénéficier des services de base – en Amérique latine, ces communautés sont généralement d’origine africaine ou autochtones.

Protéger les droits des communautés exclues

En Amérique latine et aux Caraïbes, près de 60 pour cent de tous les enfants, âgés de 18 ans ou moins, vivent au-dessous du seuil de pauvreté. « La façon dont on structure les politiques publiques est importante dans nos efforts pour atteindre les enfants et les jeunes », déclare le Directeur régional de la région Amériques et Caraïbes de l’UNICEF, Nils Kastberg. « En fait, les enfants et les jeunes n’ont pas bénéficié des politiques favorables aux pauvres  mises en place ».

Comment cela a-t-il pu se produire ? M. Kastberg l’explique : « Peut-être parce qu’ils ne votent pas – peut-être les gouvernements sont-ils surtout préoccupés d’obtenir les voix de ceux qui peuvent voter et ont-ils par conséquent tendance à choisir des politiques publiques qui bénéficient à certains groupes d’intérêt. Ce que l’UNICEF essaye de faire, c’est de s’assurer que les politiques mises en place bénéficient aux enfants et aux jeunes ».

L’UNICEF a favorisé un processus de prise de décision transparent et complet, auquel participent la société civile, les médias, le secteur privé, des universitaires et d’autres acteurs nationaux, aux côtés de responsables politiques nationaux, afin de contribuer à créer un consensus qui protège le bien-être des enfants.

L’investissement social améliore la qualité des services de base et contribue au respect des droits des enfants. Mais c’est un défi que d’encourager des politiques publiques dans des secteurs touchés par des troubles sociopolitiques.

Haïti est dans une situation de ce type. Le Représentant de l’UNICEF en Haïti, Adriano Gonzalez-Regueral, décrit ainsi le travail de l’organisation dans ce pays : notre priorité aujourd’hui est de faire retourner en classe les enfants que la violence constante a empêché d’aller à l’école ; d’arrêter la violence qui coûte la vie à des femmes et des enfants ; de permettre à tous ceux qui sont en ce moment exclus du système de bénéficier de systèmes éducatifs, sanitaires et de réseaux d’eau et d’assainissement ».

Le débat de mardi consolide l’action de l’UNICEF en vue d’encourager des politiques publiques efficaces en faveur des enfants d’Amérique latine et des Caraïbes ; en outre, il aide à créer une base pour le renforcement d’initiatives de politiques publiques similaires dans d’autres régions.

Eric Mullerbeck a contribué à cet article.


 

 

Vidéo (en anglais)


24 janvier 2006 :
Le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Nils Kastberg, explique en quoi les politiques publiques ont une incidence sur la vie des enfants.

bas | haut débit
(Real player)

Vidéo (en anglais)


24 janvier 2006 :
Le Représentant de l’UNICEF en Équateur, Paul Martin, débat du nombre d’enfants qui sont victimes d’exclusion dans le pays et évoque les mesures prises par le gouvernement pour améliorer les services éducatifs et sanitaires fournis aux enfants.

bas | haut débit
(Real player)

Vidéo (en anglais)


24 janvier 2006 :
Le Représentant de l’UNICEF au Pérou, Andres Franco, parle des nombreux défis auxquels les enfants du pays sont confrontés et de la manière dont l’UNICEF coopère avec le gouvernement en vue de fournir de meilleurs services sociaux aux enfants.

bas | haut débit
(Real player)

Vidéo


24 janvier :
Le Représentant de l’UNICEF en Haïti, Adriano Gonzalez-Regueral, explique les priorités en matière de politique publique.

bas | haut débit
(Real player)

Recherche