Portraits de l’UNICEF

Sebastião Salgado

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ01-0242/TOUTOUNJI

Le photographe brésilien Sebastião Salgado est l'un des photojournalistes les plus respectés de sa profession. Il raconte depuis des années la vie des dépossédés, une chronique relayée par  d’innombrables journaux et magazines ainsi qu’une dizaine de livres, de nombreuses expositions et une série de sites Internet remarquables. M. Salgado s’est vu décerner de nombreuses récompenses en Europe, en Asie et en Amérique du Nord comme du Sud, et le 3 avril 2001, il a été nommé ambassadeur itinérant de l’UNICEF.

« J'espère que le visiteur qui sort d'une de mes expositions n'est plus la même personne que celle qui y est entrée, explique M. Salgado. Je pense que l'aide des gens ordinaires peut être très importante. Non pas en donnant des biens matériels mais en participant, en prenant part à la discussion, en se sentant réellement concerné par ce qui se passe dans le monde. »

Des années de généreuse collaboration

Au cours des ans, M. Salgado a généreusement prêté sa collaboration à plusieurs organisations humanitaires, dont l'UNICEF, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Médecins sans frontières et Amnesty International.

Parmi ces collaborations, on compte son exposition de 90 portraits d'enfants déplacés en 2000 au siège de l'ONU à New York. L’année suivante, M. Salgado entreprit d’illustrer la campagne mondiale d’éradication de la polio en collaboration avec l’UNICEF, l’OMS, Rotary International et les Centers for Disease and Prevention Control (CDC). Le reportage parut dans de grands magazines européens et américains, donnant un retentissement sans précédent à la campagne, ce qui se traduisit par une augmentation soudaine des dons individuels. On peut voir son exposition itinérante et retrouver ses photos sur un site Internet, http://www.endofpolio.org/, ainsi que dans un livre à paraître en octobre 2003 intitulé La fin de la polio. La campagne reste ainsi un sujet d’actualité, ce qui aide à combler l’actuelle insuffisance de fonds.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ01-0638/NOORANI
Salgado (à droite), photographie un agent de santé en train d’administrer une dose de vaccin oral contre la polio à un petit enfant au Pakistan, en 2001.

Sebastião Salgado a également fait don des droits d'auteur qu'il touche pour plusieurs de ses photos à l’UNICEF afin de financer certaines de ses initiatives, y compris une série d’affiches destinées à promouvoir la Session extraordinaire des Nations Unies consacrée aux enfants en 2002 et le Mouvement mondial en faveur des enfants  ainsi que le livre de Graça Machel, L’impact de la guerre sur les enfants, qui est une mise à jour du rapport historique sur la question qu'elle avait rédigé en 1996 en tant que Représentante spéciale des Nations Unies sur l'impact des conflits armés sur les enfants.

Dignité et manifestations

Après des études d'économie, Sebastião Salgado, 57 ans, fit ses débuts de photographe en 1973. Son premier livre, Autres Amériques, sur les démunis d'Amérique latine, est paru en 1986. Puis vint Sahel : l'Homme en Détresse, publié la même année. Cet ouvrage, qui montre la sécheresse en Afrique du Nord, est le fruit d'une collaboration de 15 mois avec Médecins sans Frontières.

De 1986 à 1992, il documente le travail manuel dans le monde, un projet monumental qui aboutit à un livre et une exposition intitulés La main de l'homme. De 1993 à 1999, il s'intéresse au phénomène des déplacements massifs de population et publie en 2000 deux ouvrages qui récoltent de nombreux éloges dans le monde, Exodes et Enfants de l'Exode.

Le respect dont M. Salgado fait preuve envers ses sujets et sa volonté de replacer ce qui leur arrive dans un contexte plus large se retrouvent dans des images qui témoignent de la dignité humaine tout en protestant contre la guerre, la pauvreté et autres injustices qui violent cette dignité.

Pendant que son épouse, Lélia Wanicklors Salgado, dirige leur compagnie et réalise la conception graphique de ses principaux livres et de ses expositions, il se consacre à un projet de reforestation et de revitalisation communautaire dans l'Etat brésilien de Minas Gerais.


 

 

Recherche