Portraits de l’UNICEF

Harry Belafonte

Ambassadeur itinérant

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ94-0304/PRESS
« Avant de vraiment savoir quels progrès accomplir pour les enfants, il faut savoir de combien d'enfants il faut s’occuper. Le simple fait de les compter indique l'intention d'un pays de s'occuper de ses gens. » - Harry Belafonte.

Harry Belafonte est connu dans le monde entier comme artiste de scène, acteur et producteur et pour son engagement en faveur des droits de l'homme. Il a commencé par s’engager dans la campagne pour les droits civiques dans les années 1950, il a déjà derrière lui une longue carrière de militant pour les droits de l'homme. Il a été nommé ambassadeur itinérant de l'UNICEF le 4 mars 1987.

Au cours des années, le dévouement de Harry Belafonte et sa générosité d'esprit ont contribué à valoriser le rôle d'Ambassadeur itinérant. Il a été un militant éloquent de la cause des enfants dans le monde. Se faisant le champion de la cause de l'UNICEF, il a rencontré des présidents, des parlementaires et des membres de la société civile, aidant à créer des partenariats pour les enfants. En 1997, l'UNICEF a honoré Harry Bellafonte pour ses dix années de service comme Ambassadeur itinérant à l'occasion d'une cérémonie auquel assistait le Secrétaire général de l'époque, M. Kofi Annan.

En 1987, comme président du Symposium international des artistes et des intellectuels pour les enfants africains au Sénégal, il a lancéun cri d'alarme en disant que le décès de millions d'enfants chaque année pouvaient être évitées en prenant de simples mesures de préventioon comme la vaccination. Harry Belafonte évoque sans détour les questions ayant  un impact négatif sur la vies des enfant, alertant fréquemment les médias après ses visites de terrain. Par exemple, il a constaté et  témoigné des besoins essentiels en soins de santé primaires au Mozambique, des soins inadéquat donnés aux enfants affectés par le VIH/SIDA en Afrique du Sud, et de la situation critique des enfants abandonnés au Rwanda.

En 2004, après l'abolition des frais de scolarité au Kenya, Harry Belafonte a visité le pays au nom de l'UNICEF pour évaluer l'impact et les défis encore à relever. Il a par la suite écrit un éditorial puissant dans International Herald Tribune louant le travail accompli et encourageant d'autres pays à faire de même. Harry Belafonte est aussi fortement impliqué dans nombre de concerts et d'émissions de bienfaisance afin de réunir des fonds pour l'UNICEF et promouvoir ses programmes. Il ne manque pas une occasion de soutenir les comités nationaux et de plaider la cause des droits de l'enfant dans le monde entier.

Activés : faits marquants

Harry Belafonte est né à Harlem, New York. Plus tard, il partit vivre en Jamaïque, patrie de sa mère. C'est là qu'il découvrit la musique folk si caractéristique de ses oeuvres. Son troisième disque, Calypso, marqua l'histoire de la musique en devenant le premier album à se vendre à plus d'un million d'exemplaires. Sa première apparition à Broadway, dans Almanac de John Murray Anderson en 1953, lui valut un Tony Award, prix récompensant les acteurs de théâtre. Harry Belafonte a été le premier Noir américain à gagner un Emmy, pour son show télévisé Tonight with Harry Belafonte (1959), la première d'une série d'émissions spéciales qu'il produisit lui-même.

En 1960, il fut le premier conseiller culturel du Peace Corps. Il a lancé la Campagne et a organisé le projet rassemblant 45 vedettes pour enregistrer la chanson « We Are the World », qui a gagné le Grammy Awards 1985 du disque de l’année et a permis de récolter des millions de dollars pour l’aide

En 1994, Harry Belafonte s'est vu décerner la Médaille nationale des Arts, l'une des plus hautes récompenses des Etats-Unis. En 2000, il reçut le Prix d'excellence des Ronald McDonald House Charities en reconnaissance de ses interventions humanitaires. Harry Belafonte a été honoré de l'Impact Awards 2006 décerné par le magazine de l'Association américaine des personne retraitées à ceux qui ont accompli un travail humanitaire exemplaire.

Harry  Belafonte vit à New York.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ 01-0264/Pirozzi
Harry Belafonte et sa femme Julie debout derrière un groupe d’enfants

En juin 2001, les Belafonte,  engagés à fond dans la campagne contre le VIH/SIDA, se rendirent en Afrique du Sud où ils purent constater de leurs propres yeux l’impact de la maladie et les efforts entrepris pour la combattre. De retour à New York, Belafonte s’exprima sur le sujet dans les médias et fit largement connaître les initiatives de l’UNICEF.

Quand il ne voyage pas, Belafonte s’implique dans nombre de concerts et d’émissions de bienfaisance afin de réunir des fonds pour l’UNICEF et promouvoir ses programmes. Il ne manque pas une occasion de soutenir les comités nationaux et de plaider la cause des droits de l’enfant. Ses interventions auprès du Congrès des Etats-Unis afin d’influencer les politiques ayant trait à l’enfance ont été d’une grande importance pour l’agence et pour les enfants partout dans le monde.

Des disques d’or

Harry Belafonte est né à Harlem, New York. Plus tard, il partit vivre en Jamaïque, patrie de sa mère. C’est là qu’il découvrit la musique folk si caractéristique de ses oeuvres. Son troisième disque, Calypso, marqua l’histoire de la musique en devenant le premier album à se vendre à plus d’un million d’exemplaires. Depuis, les concerts de Belafonte font salle comble dans le monde entier. Sa première apparition à Broadway, dans Almanac de John Murray Anderson en 1953, lui valut un Tony Award, prix récompensant les acteurs de théâtre. Il enchaîna sur une carrière hollywoodienne qui couvrira cinq décennies. Belafonte a été le premier Noir américain à gagner un Emmy, pour son show télévisé Tonight with Harry Belafonte (1959), la première d’une série d’émissions spéciales qu’il produisit lui-même.

En 1994, Harry Belafonte s’est vu décerner la Médaille nationale des Arts, l’une des plus hautes récompenses des Etats-Unis. En 2000, il reçut le Prix d’excellence des Ronald McDonald House Charities en reconnaissance de ses interventions humanitaires. Belafonte utilisa les cent mille dollars qui accompagnent le prix pour lancer le Fonds Harry et Julie Belafonte pour le VIH/SIDA en Afrique subsaharienne, qui est administré par le US Funds pour l’UNICEF.


 

 

Activés : faits marquants

Recherche