Portraits de l’UNICEF

Audrey Hepburn

Image de l'UNICEF

« Je peux témoigner de l’importance de l’UNICEF pour les enfants, car je fais partie de ceux qui ont reçu des vivres et une aide médicale juste après la deuxième Guerre mondiale, expliquait l’actrice Audrey Hepburn lors de sa nomination en tant qu’ambassadrice itinérante en 1989. Ma gratitude envers l’UNICEF et ma foi en son œuvre sont éternelles. » Au vu de ce qu’elle a accompli pour l’agence au cours des années qui ont suivi, cette gratitude est mutuelle.

En mission

Peu après sa nomination en tant qu’ambassadrice itinérante, Audrey Hepburn partit en mission en Ethiopie, où des années de sécheresse et de guerre civile avaient causé une terrible famine. A son retour, elle parla pendant plusieurs semaines des opérations humanitaires de l’UNICEF à la presse américaine, canadienne et européenne, donnant jusqu’à quinze interviews par jour. Ce dévouement exemplaire envers l’organisation ne faiblit jamais.

Dans les années qui suivirent, Audrey Hepburn se rendit plusieurs fois sur le terrain pour le compte de l’UNICEF, que ce soit pour un projet de vaccination contre la polio en Turquie, des programmes de formation professionnelle pour femmes au Venezuela, des projets pour les enfants vivant et travaillant dans la rue en Equateur, des projets d’alimentation en eau potable au Guatemala et au Honduras ou d’alphabétisation au moyen de la radio en El Salvador. Elle visita des écoles au Bangladesh, des projets pour enfants démunis en Thaïlande, des programmes d’alimentation pour les enfants du Vietnam ou des camps pour enfants déplacés au Soudan.

Audrey Hepburn travaillait sans relâche pour l’UNICEF même quand elle n’était pas sur le terrain. Elle témoigna devant le Congrès américain, participa au Sommet mondial pour les enfants, lança plusieurs rapports sur la Situation des enfants dans le monde, présida aux cérémonies de remise des prix Danny Kaye, dessina des cartes de vœux pour les magasins UNICEF, participa à des tournées de concert de bienfaisance, prononça de nombreux discours et donna quantité d’interviews pour promouvoir l’œuvre de l’UNICEF.

Audrey Hepburn se vit remettre la plus haute distinction honorifique civile américaine, la Médaille présidentielle de la Liberté, en décembre 1992. Cette année-là, bien qu’atteinte d’un cancer, elle continua à œuvrer pour l’UNICEF et se rendit en Somalie, au Kenya, en Grande-Bretagne, en Suisse, en France et aux Etats-Unis.

Des classiques de l’histoire du cinéma

Audrey Hepburn est née le 4 mai 1929 à Bruxelles, en Belgique. Son père était un banquier anglais et sa mère une baronne hollandaise. Elle étudia la danse classique, mais un petit rôle dans un film français incita l’écrivain Colette à lui proposer le rôle de Gigi, qu’elle avait adapté pour le théâtre à Broadway. La même année, Audrey Hepburn décrocha le rôle principal dans Vacances romaines avec Gregory Peck. Ce fut le premier d’une longue liste de classiques américains dans lesquels elle tint le premier rôle.

Vers la fin des années 1960, Audrey Hepburn abandonna le cinéma pour la vie de famille et on ne la revit plus que dans quelques rares films au cours des années 1970-80. Elle consacra la fin de sa vie à l’UNICEF.

« Elle savait mieux que personne que la récompense d’un tel labeur se trouve dans les yeux de ceux qui ont besoin de réconfort, écrivit Sir Peter Ustinov dans The European. Ce sont eux qui vous font comprendre en toute simplicité que ça vaut la peine d’accomplir un tel travail. »

Audrey Hepburn s’éteignit chez elle, en Suisse, le 20 janvier 1993.


 

 

Recherche