Portraits de l’UNICEF

Les ambassadeurs itinérants de l'UNICEF apparaissent dans des spots vidéo en faveur des droits de l'enfant

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0678/Markisz
Au siège de l'UNICEF, à New York, l'Ambassadrice itinérante Mia Farrow enregistre un message d'intérêt public sur la Convention relative aux droits de l'enfant.

NEW YORK, États-Unis, 9 novembre 2009 – Les Ambassadeurs itinérants de l'UNICEF se sont joints à la commémoration du 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant en figurant dans des messages d'intérêt public destinés à attirer l'attention sur cet engagement international sans précédent en terme de droits de l'homme. La Convention aura 20 ans le 20 novembre.

 VIDÉO : regarder maintenant

Dans ces messages d'intérêt public, d'une durée de trente secondes, ces célèbres supporters de l’UNICEF se font les avocats des innombrables causes qui leur tiennent à coeur. Par exemple, l'actrice et militante Mia Farrow s'exprime sur le droit des enfants à être protégés de la violence. Le pianiste classique Lang Lang se préoccupe du droit de jouer. Et la top-modèle et femme d'affaires Claudia Schifffer parle du droit à un enseignement de qualité.

« Le droit de chaque enfant »
Dans son spot vidéo, la chanteuse et auteur-compositeur Angélique Kidjo dit : « Pour de trop nombreux enfants de cette terre, être vivant c'est être en enfer. Obligés de se battre dans des guerres... forcés de faire des travaux dangereux... exploités sexuellement... où enlevés de chez eux ou de leurs familles par des trafiquants. Soyons clairs : c'est le droit de tout enfant d'être exempt de toute forme de violence. »

Cette campagne de messages d'intérêt public présente aussi, entre autres, Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah de Jordanie, le chanteur et producteur Youssou N’Dour, l'acteur Ewan McGregor et le chanteur et auteur-compositeur argentino-vénézuélien Ricardo Montaner.

Regardez l'intégralité de la série de messages d'intérêt public sur le site Internet de l'UNICEF consacré au 20ème anniversaire de la Convention, www.unicef.org/rightsite. D’autres messages d'intérêt public seront ajoutés dans les semaines à venir.

Vraies vies, vrai changement
L'auteur à succès Ishmael Beah, la première personne à occuper le poste de l’UNICEF de Défenseur des enfants touchés par la guerre, a participé à la campagne parce qu'il a observé de ses propres yeux la nécessité de la Convention. A l'âge de 13 ans, il avait été recruté pour se battre pendant la guerre civile en Sierra Leone et, deux ans plus tard, avec l'aide de l'UNICEF, il avait pu s'évader et recommencer une nouvelle vie. 

La Convention prohibe le recrutement des enfants de moins de 18 ans dans les conflits armés.

« Quand les gens parlent de droits, parfois ils pensent que c'est seulement sur du papier, » dit  Ishmael Beah. « Cela concerne en réalité la protection de la vie humaine et si vous ne pouvez pas la protéger dès l'enfance, quand elle est jeune, quand elle est vulnérable, alors plus tard il n'y a plus de vie. »

Au cours de ses voyages autour du monde pour l'UNICEF, Ishmael Beah a vu des enfants dont les vies, comme la sienne, sont assez solides pour profiter d’une seconde chance.

Tous les droits pour tous les enfants
Les ambassadeurs espèrent qu'ils peuvent contribuer à attirer l'attention du monde sur la Convention, un traité international juridiquement contraignant qui a permis de définir une législation et de guider le travail des ONG et qui a changé la vie de millions d'enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les spots vidéo des Ambassadeurs itinérants de l'UNICEF mettent l'accent sur les principes essentiels de la Convention : chaque enfant doit jouir du droit fondamental à la santé, à l'enseignement, à la protection et aux loisirs et il incombe à chacun de le faire respecter.

Mais la Convention n'a pas encore complètement réussi à assurer les droits fondamentaux et les prestations de base,  la protection contre l'exploitation et une meilleure vie pour tous les enfants du monde.

« Les droits de l'enfant ne sont pas réalisés, » dit Mia Farrow, qui a passé la dernière décennie à voyager pour l'UNICEF dans certaines des parties du monde les plus durement touchées par les conflits, dont la région du Darfour, au Soudan, l'Angola, la République centrafricaine et Haïti. « L'indignation que je ressens m'accompagne durant toutes mes journées, » ajoute-t-elle.

Responsabilité partagée
Ce dont la Convention a d'abord besoin – et ce que les ambassadeurs espèrent obtenir –, c’est la reconnaissance fondamentale du fait que les enfants ont des droits et que la responsabilité de les faire respecter incombe à chacun.

« Nous devons ouvrir nos yeux un peu plus largement, ouvrir nos coeurs et devenir plus actifs en menant le processus des droits de l'enfant, » affirme Mia Farrow, « exactement au niveau où cela a un effet sur chaque famille, chaque adulte et, finalement, chaque enfant. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage de la correspondant de l'UNICEF Val Wang sur la réalisation d'une série de messages d'intérêt public par les Ambassadeurs itinérants célébrant le 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant..
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

série d'articles « Les perspectives »

Des auteurs éminents réfléchissent à l'impact de la Convention relative aux droits de l'enfant
Lien vers le site de l'UNICEF consacré aux 20 ans de la Convention (en anglais)

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche