Portraits de l’UNICEF

Ishmael Beah

Défenseur des enfants affectés par la guerre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2007-0097/Markisz
« Je connais la nature de ce que c’est que d’être oublié, de perdre son humanité, et encore plus important, ce que c’est que de la retrouver et d’avoir une nouvelle vie. » – Ishmael Beah

Ishmael Beah, auteur à grand succès et porte-parole des droits de l’homme, est devenu le 20 novembre 2007 le premier Défenseur des enfants affectés par la guerre, pour l’UNICEF. En acceptant cette nomination, Ishmael Beah a déclaré : « … Pour moi, ce n’est qu’un moyen de trouver encore plus de force pour continuer à faire ce que j’ai déjà commencé à faire, ce à quoi j’ai consacré ma vie – m’assurer que ce qui m’est arrivé ne continue pas d’arriver à d’autres enfants dans le monde ». Il s’est engagé à prêter sa voix et à redonner espoir aux enfants dont la vie a été marquée par la violence.

En 1991, une brutale guerre civile a éclaté en Sierra Leone et bouleversé la vie de millions de personnes. Les parents d’Ishmael Beah et ses deux frères ont été tués tandis qu’il était lui-même enrôlé de force dans l’armée à l’âge de 13 ans. Deux ans après, avec l’aide de l’UNICEF, il a été démobilisé et placé dans un centre de réhabilitation à Freetown.
Lorsque le Rapport Machel sur l’Impact des conflits armés sur les enfants a été présenté aux Nations Unies en 1996, Ishmael Beah a parlé des effets dévastateurs que la guerre avait sur les enfants dans son pays. En mai 2000, lors de la Session extraordinaire de l’ONU consacrée aux enfants, il a pris part à un débat dont le thème était : « Reprendre en main nos enfants : l’ONU se mobilise face à la situation des enfants soldats ». Le Secrétaire général de l’époque, M. Kofi Annan, ainsi que d’autres dirigeants d’organismes de l’ONU, comptaient parmi les participants.

Ishmael Beah continue de militer pour aider à changer le destin des milliers d’enfants encore pris au piège de la guerre. Il est membre du Comité consultatif de la Division des droits de l’enfant de l’organisation Human Rights Watch et a témoigné devant le Congrès des États-Unis. En 2008, il a été l’un des fondateurs du Network of Young People Affected by War (Réseau des jeunes affectés par la guerre) (NYPAW) qui sensibilise l’opinion aux souffrances des enfants dans les zones de conflit, demande la cessation des hostilités et donne des modèles à suivre aux enfants qui ont actuellement des difficultés à retrouver une vie normale après une guerre.

Activés : faits marquants

Le livre d’Ishmael Beah : « A Long Way Gone: Memoirs of a Boy Soldier » (Le chemin parcouru : mémoires d’un enfant soldat) a été publié aux États-Unis en 2007, avant de paraître au Canada, en Europe, en Amérique latine et en Asie. Il a été traduit en plus de 35 langues. Ce livre a été mis en vente dans les cafés Starbucks, et pour chaque exemplaire vendu, 2 dollars E.-U. étaient reversés au Fonds américain pour l’UNICEF. « A Long Way Gone » figure désormais au programme des livres à lire en première année d’études de plusieurs universités américaines.

Ishmael Beah a reçu de nombreux prix humanitaires et littéraires. Il a pris la parole lors de plusieurs festivals de littérature, notamment le Hay on Wye Literary Festival au Pays de Galles, Royaume-Uni. Il apparaît aussi dans Bling : A Planet Rock, un documentaire réalisé en 2007 qui attire l’attention sur le conflit des diamants.

Ishmael Beah vit à New York.


 

 

Activés : faits marquants

Recherche