Portraits de l’UNICEF

Agostino Paganini : opérations d’urgence

La carrière médicale d’Agostino Paganini, Chef d’équipe pour les problèmes de santé dans des situations de crise, n’a rien de conventionnel. « Il nous était impossible d’envoyer les patients dans des centres mieux équipés, dit-il de son séjour en Ouganda. Parfois, on posait le manuel de chirurgie sur une table à côté et un assistant trouvait la page dont il avait besoin tout en pratiquant l’opération. »

Après avoir terminé ses études de médecine et chirurgie à 26 ans, Paganini obtint son premier emploi à l’hôpital de sa ville natale, Varese, en Italie. Mais il dut rapidement décider entre le service militaire ou le service civil dans un pays en développement. Le temps de demander à sa petite amie Margaret de l’épouser, Paganini s’envola pour l’Ouganda, où il dut, entre autres tâches, opérer des gens sur qui les soldats du dictateur Idi Amin avaient tiré, que des voleurs de bétail avaient blessé à coups de lance ou qui avaient été attaqués par un hippopotame, un léopard ou un buffle. Le reste du temps, il se rendait dans les villages avec son équipe pour vacciner les enfants, soigner les lépreux et les tuberculeux, examiner les femmes enceintes, procéder à des interventions chirurgicales mineures et superviser les centres sanitaires.

« Nos enfants trouvaient les coups de feu très intéressants. »

Pendant la guerre entre l’Ouganda et la Tanzanie, les Paganini vécurent au sein de la communauté locale, qui les protégea. « Nos enfants trouvaient les coups de feu très intéressants, se rappelle M. Paganini. Et comme ils parlaient très bien le luo, qui est le dialecte local, ils avaient des discussions passionnées avec leurs amis acholi. »

L’un des meilleurs souvenirs du Dr Paganini, c’est son travail au Sénégal pendant les années 1980. Il faisait partie de l’équipe de l’UNICEF qui aidait le président Diouf à tenir sa promesse de faire passer la couverture vaccinale du pays à 75% en quelques mois.

« Pour la première fois de ma vie, je participais à une initiative nationale visant à protéger tous les enfants de la maladie, commente-t-il. Je trouve que j’ai eu de la chance de faire partie de cette mobilisation exceptionnelle. Et pendant ce temps-là, mes cinq enfants ajoutaient le français et le wolof à leur bagage linguistique. »

En 1996, Paganini abandonna sa femme et ses enfants pour la première fois de sa vie pour prendre le poste de Représentant de l’UNICEF en Somalie. Ce fut également un emploi mémorable. « Je revois encore ce jeune Somali de Bardera, une ville noyée sous un déluge biblique, qui se précipitait vers l’hélicoptère de l’UNICEF apportant les premiers secours en s’exclamant : « Merci de ne pas nous avoir oubliés ! »

Agostino Paganini a connu bien des moments mémorables au cours de sa carrière.

Agostino Paganini : opérations d’urgence

 

 

Related link

Recherche