Portraits de l’UNICEF

Une décennie passée à améliorer le sort des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF Australia/2003
Margaret Quick, une alliée sûre de l’UNICEF

La septuagénaire Margaret Quick habite les faubourgs de Sydney, Australie. Elle doit faire une heure de trajet pour se rendre de chez elle  à l’aérogare de fret international de l’aéroport de Sydney, où elle travaille comme bénévole pour le programme de l’UNICEF « Devises de l’espoir ».

L’UNICEF et le secteur de l’aviation collaborent depuis des années pour offrir aux passagers un moyen pratique d’aider les enfants du monde. Grâce au programme « Devises de l’espoir », créé en 1987 par l’UNICEF, des millions de passagers ont laissé à l’UNICEF ce qui leur restait de devises étrangères, que ce soit en billets ou en menue monnaie. Cet argent va à des programmes offrant aux enfants des soins de santé, de l’eau potable, une éducation, une bonne alimentation ou une protection contre la violence et la maltraitance. A ce jour, l’UNICEF a ainsi récolté plus de 37 millions de dollars US.

Mme Quick passe sa journée à trier et compter la monnaie étrangère donnée par les passagers des vols Quantas. En 2002, Mme Quick et d’autres bénévoles ont compté et trié plus de 50 000 kilos de pièces de monnaie et de billets de banque pour un total de 800 000 dollars US.

En dépit d’opérations aux deux hanches, Mme Quick ne se laisse pas décourager par les trois volées d’escaliers qu’elle doit grimper pour s’acquitter de son travail bénévole. Elle s’est montrée une alliée sûre de l’UNICEF, rarement absente de son centre de comptage.

Mme Quick peut se vanter d’avoir remporté la compétition « Gros billet » du programme « Devises de l’espoir » trois années d’affilée. Elle a trié plus de billets de cent dollars que tout autre bénévole du centre de comptage. Elle travaille comme volontaire pour l’UNICEF depuis le début des années 1990.

« Ah, mais c’est tellement important, le travail pour les enfants, s’exclame Mme Quick quand on la félicite chaque année pour son dévouement envers l’UNICEF. On n’en fait pas tellement, vous savez. C’est rien que pour les enfants. »

Mme Quick travaille en compagnie de sa sœur et de son mari, eux aussi septuagénaires. Elle est galloise d’origine. Elle a émigré en Australie il y a plus de vingt ans.

Pour en savoir plus sur la présence de l’UNICEF en Australie.


 

 

Recherche