En bref : Liban

Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, demande au monde entier d’aider les réfugiés syriens

Par Soha Bsat Boustani

Liban, 16 janvier 2013 – Les localités libanaises qui ont accueilli des réfugiés syriens constituent un exemple de désintéressement et de solidarité que le reste du monde doit suivre, a déclaré Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF.

Face aux frustrations des agents humanitaires et au calvaire des réfugiés syriens au Liban, Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, demande à la communauté internationale de renforcer son action en faveur des réfugiés syriens.  Regarder dans RealPlayer

 

Un hiver exceptionnellement  rude

Mia Farrow a tenu ces propos à une conférence de presse organisée à Beyrouth après une visite de deux jours au Liban, au cours de laquelle elle a rencontré quelques-uns des 200 000 réfugiés syriens vivant dans des communautés d’accueil réparties dans l’ensemble du pays.

Elle a expliqué avoir été choquée par les conditions de vie des réfugiés dans les villages et les camps de fortune qu’elle a visités à Wadi Khaled dans le nord et dans la plaine de la Bekaa (est du Liban).

La situation des enfants et des femmes qui constituent environ les trois quarts du nombre croissant de réfugiés est particulièrement préoccupante pendant l’un des hivers les plus rigoureux qu’ait connu la région depuis une dizaine d’années.

« Les gens vivent dans 30 cm de boue », a raconté Mia Farrow. « C’est épouvantable. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0013/Ramoneda
Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, porte un nourrisson dans ses bras lors d’une réunion avec des familles syriennes réfugiées dans un camp de fortune situé près de la ville de Baalbeck dans la plaine orientale de la Bekaa, près de la frontière syrienne.

Les familles d’accueil ouvrent leurs portes

L’actrice connue dans le monde entier et militante de longue date de l’UNICEF a cependant été émue par l’accueil chaleureux que  des familles libanaises ordinaires – elles-mêmes très pauvres – réservaient aux réfugiés.

Mia Farrow a visité à Baalbeck, dans la plaine de la Bekaa, les deux niveaux d’une maison en ciment jamais terminée, où sont abritées cinq familles de réfugiés syriens. L’hospitalité des jeunes enfants syriens, venus l’accueillir dès l’entrée pour la conduire à l’étage, récemment remis en état, était source de chaleur alors même que les températures avoisinaient zéro.

Voyant le carrelage récemment lavé, elle a enlevé ses bottes couvertes de boue après sa visite dans un camp de réfugiés de fortune situé à proximité. Assise en tailleurs, son carnet rempli de tristes témoignages, Mia Farrow a écouté attentivement les soucis des femmes et enfants réunis autour d’elle.

Hanna, l’hôte libanaise, accueille 45 membres d’une famille syrienne depuis un an dans un appartement composé d’une salle de séjour, de deux chambres et d’une cuisine. Toute la famille prend ses repas ensemble dans un grand plat.

Tous parlèrent d’Hanna en termes élogieux. Une grand-mère dit, les yeux en larme, qu’elle n’aurait jamais imaginé être un jour privée de tout. Son mari avait été tué et la famille d’Hanna l’a accueillie. Cette famille lui remonte le moral en ce qui est pour elle une période de deuil.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0018/Marta Ramoneda
Mia Farrow aide des enfants réfugiés syriens à déballer des chaussures et vêtements d’hiver dans les locaux d’une ONG partenaire de l’UNICEF à Baalbeck. « Je lance un appel au monde entier : soyons solidaires », a-t-elle dit.

« Soyons solidaire »

Face à la crise syrienne, l’UNICEF Liban redouble d’efforts, en s’efforçant notamment de fournir de l’eau potable aux réfugiés et de faire en sorte que davantage d’enfants syriens aient accès à l’école et à une aide spécialisée, pour ceux qui ont été le plus marqués par les conflits.

Dans le cadre du Plan d’action régional lancé en décembre 2012, l’UNICEF Liban cherche à réunir 35 millions de dollars É.-U. et en a pour l’instant obtenu un tiers. Lors de la conférence de presse organisée à Beyrouth,  la représentante de l’UNICEF au Liban, Annamaria Laurini, a souligné que l’appel de fonds lancé par les Nations Unies en décembre 2012 en vue d’obtenir 1,5 milliard de dollars pour la République arabe syrienne avait suscité peu de réponses.

« Tous les organismes manquent de fonds. Nous manquons de tout – qu’il s’agisse de vêtements, de chaussures, de médicaments ou d’autres fournitures », a expliqué Mme Laurini.

Il est temps que la communauté internationale fasse preuve d’autant de générosité que les Libanais de Baalbeck, a déclaré Mia Farrow.

« Je lance un appel au monde entier : soyons solidaires. Quand les gens souffrent autant, nous pouvons tous assurément faire un effort. »


 

 

Photographie UNICEF : Focus

Recherche