Photo Essay
UNICEF logo

Portraits de l'UNICEF

Jessica Lange en République démocratique du Congo

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |  next

Jessica Lange, nouvelle ambassadrice itinérante de l’UNICEF, exhorte la planète à « mettre fin aux horreurs » qui se déroulent en République démocratique du Congo.

Du 7 aux 10 août 2003, l’ambassadrice itinérante de l’UNICEF Jessica Lange s’est rendue dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) pour attirer l’attention sur l’impact sur les femmes et les enfants d’un conflit qui dure depuis cinq ans, ainsi que pour dénoncer l’utilisation endémique de la violence sexuelle comme arme de guerre.

Des milliers de filles et de femmes ont été victimes de viols brutaux et parfois systématiques dans la région, y compris dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et dans l’Ituri, dans la province orientale.

« Les femmes et les enfants qui survivent à cette brutalité stupéfiante souffriront toute leur vie de séquelles physiques et psychologiques, a déclaré Jessica Lange. La communauté internationale doit mettre fin à ces crimes horribles et aider les survivants. Quant aux responsables, il faut les traduire en justice. »

Le conflit dans l’est de la RDC continue d’affecter quelque six millions de personnes et des centaines de milliers d’entre elles sont victimes d’atrocités qui sont commises en toute impunité. A cela s’ajoute un accroissement de la pauvreté, des déplacements et de la violence sexuelle et par conséquent des taux d’infection par VIH. Les données récentes récoltées auprès de victimes de viol soignées à l’hôpital de Panzi, à Bukavu, montrent que 27 % d’entre elles sont séropositives.

Au cours de sa visite à Bukavu ainsi qu’à Goma et à Bunia, Jessica Lange a rencontré des femmes ayant subi des violences sexuelles, des représentantes d’organisations féminines, des jeunes chargés de parler du VIH/SIDA à leurs camarades, des enfants soldats démobilisés, des agents sanitaires, des enfants déplacés et leur famille, des représentants des autorités locales et des partenaires humanitaires.

Pour appuyer les programmes d’aide humanitaire dans la région, l’UNICEF a publié en mai un appel d’urgence d’un montant de 46,6 millions de dollars, dont seulement 22 % avaient été réunis à la fin juillet.